Passeur de passions

joss-cat

1. Le départ

La nuit a coulé sur la toile ses heures torrentielles, son feu noir charbon s'éteint dans l'âtre de l'aube et la porte en bois fatiguée s'entrebâille sur le bleu de la plaine. Sous le drap d'un ciel d'ivoire brodé d'éclats de brume, voilà que tu regardes s'éveiller un autre jour, paisible et aérien.                                                                          Tu te déshabilles le regard de tes fines jaretelles, cachée derrière tes cils comme d'un doux paravent, indocile comme un brin léger de vent, de l'huile sur le corps, des fleurs bleues dans le sang.                                                                                                                   Lierres de myosotis accrochés aux cheveux, lilas couleur jasmin semés au creux des reins, des parfums de romarins de Tunis à Turin, tu exhales, tu sens bon et ta vie n'est qu'un jeu, demoiselle du grand jardin, que je regarde danser par la fenêtre, au milieu des allées vertes.                                                             Sur ton chevalet il reste quelques tâches de vert du ciel qu'aucune pluie n'a jamais su effacer, ces mêmes reflets qui colorent tes pupilles et font briller ton iris, une saveur tahitienne qui se ballade de papailles en papilles, à bout de lêvres.                                                                                                                                       Une fleur jaune sur un piano qui éclabousse ses quelques notes à la face du destin, pour qu'il se redressse et reprenne vie en arpèges d'écume qui roulent sur l'océan, une fleur d'hippocampe née d'une étoile de mer : voilà ce qu'il y a au fond de tes yeux.                                                                                                Tout va bien trop vite aujourd'hui et heureusement que tu freines un peu pour que j'admire le paysage, ces lacs qui fondent comme des glaces sur des palais tapissés de verre, ces dentelles que tu défroissent d'un rêve de la main quand tu marches pieds nus dans l'herbe tendre qui te rafraîchit de sa rosée matinale, cadeau de perles enfilées au collier de la vie, intenses instants de bonheur, don de la terre qui se renouvelle.                                                                                                                 On s'est assis sous un chêne liège pour profiter du temps qui passe, avec le bourdonnement de quelques abeilles qui cherchaient du miel dans nos oreilles, sous leurs cirées jaunes elles avaient ratées l'avion qu'elles ne devaient jamais prendre.   Demain nous prendrons le bateau pour L'italie, nos sourires parasols en panoplie...

Report this text