Paternité imposée

Pascal Ladhalle

On a sonné à la porte
Un jour de février
Silhouette des amours mortes
Que j'avais oublié

Je l'ai pourtant reconnu
Penchée sur un enfant
Réajustant sa tenue
Il l'appelait ‘'Maman''

Je l'ai pourtant reconnu
Juste avant qu'elle ne glisse
Dans un regard confondu
« Je te présente ton fils »

Je lui ai dit

C'est un amour d'hier
Qui me rattrape aujourd'hui
Il fait de moi un père
Devant le fait accompli

Ils ont passé la porte
Et à ce moment précis
Mon fils et son escorte
Sont entrés dans ma vie

J'étais bien sûr abattu
Assis dans le sofa
De cette visite impromptue
Et de ce résultat

J'étais bien sûr abattu
A demander pourquoi
Dix années à mon insu
Et me voilà papa

Elle m'a dit

C'est un amour d'hier
Qui me poursuit aujourd'hui
J'ai commis un impair
Celui de t'avoir menti

Nous nous sommes expliqué
Sur cette relation suspendue
De cette grossesse cachée
De nos vies corrompues

Nous nous sommes expliqué
Devant ce fait accompli
Rattrapé par le passé
Puis ils sont reparti

On a sonné à la porte
Un jour de février
J'ai ouvert en quelque sorte
Sur une paternité imposée


Texte de Pascal Ladhalle.
Protégé et déclaré comme propriété de l'auteur.

Report this text