Perséides

cirrusminor

l'automne voleur de feu
le sable éparpillé
nos épaules qui se frôlent
comme si elles-mêmes savaient
que rien jamais ne dure
ni le doux ni l'amer

alors je préfère
l'écrire dans mes rêves
garder ce trésor
d'une passion fragile
née des perséides

des héroïdes
pour conserver
son corps de lin
son rire de miel

et le ciel
sur moi pleure
psalmodie

midi
minuit

lui
Report this text