petit guide pratique à l'usage de l'entourage du fan

Daniel Macaud

Madame, Monsieur.

Vous ne le savez peut-etre pas, mais vous avez forcement dans votre entourage, un FAN. Cette étrange espèce d’être humain, qui ne vit que pour une passion, n’est pas sans danger pour la santé mentale de son entourage, et nous vous proposons donc ce petit guide, destiné à vous aider à survivre.

Point 1: Identifier le fan.
Quest-ce qu’un fan exactement ? Il s’agit, dans tous les cas, d’une personne ayant subit un grave traumatisme psychologique, et qui considère une personne, ou un objet quelconque, avec un amour tout-à-fait déraisonnable, ce qui, autant le dire tout de suite, est fatalement très embarrassant pour l’entourage, voire chiant.
De quoi peut-il être fan ? D’à peu près tout, de Pokémon à Bernard Lavillier, en passant par Rachida Dati, le fan ne sait plus quoi inventer pour pourrir la vie de son entourage, et les bassiner des heures avec de prétendus exploits de l’objet de ses désirs. Attention, nous établissons un distingo avec le geek: Non seulement le geek est fan de nouvelles technologies, mais en plus, quand il en parle, on ne comprend rien, ce qui est encore plus énervant et moralement fatiguant pour l’entourage. Malheureusement, le geek est irrécupérable et il est préférable, soit de l’éloigner de vous, soit de l’achever d’un bon coup de matraque derrière les cervicales, c’est violent, c’est méchant, mais ça fait du bien !
Comment le reconnaitre ? Fort heureusement pour vous, il est très facile de reconnaître un fan: Si votre petit dernier place dans toutes ses phrases le mot Pokémon, ou Gormiti, ou tout autre mot interdit dans la langue française, c’est qu’il est fan de Pokémon ou Gormiti, Attention toutefois: S’il utilise à outrance les mots pipi et caca, ce ne sont pas les dernières marionnettes à la mode, il est seulement dans sa période scatologique, et on y peut rien. Si votre oncle Albert a des tatouages de rockeur, boit de la bière comme un rockeur, et porte un t-shirt de Johnny Halliday en écoutant ses chansons à plein volume, c’est qu’il est fan de Johnny, si mami Renée ne rate jamais une émission de Question pour un champion, c’est qu’elle est fan de Julien Lepers, et si Kevin porte un t-shirt du PSG, c’est qu’il est con !

Point 2: Comment se comporter avec un fan.
Une fois que vous saurez qui est fan de quoi, vous n’aurez fait qu’identifier le problème. Le résoudre devient un vrai casse-tête. Plusieurs cas généraux sont répertoriés:

L’enfant fan: le cas le plus simple. l’enfant fan veut tous les jeux, et produits dérivés de son idole virtuelle. Il en parle comme si c’était un héros national et veut devenir comme lui plus tard, avoir des supers pouvoirs, et éventuellement sauver le monde (ben voyons !) Pour vous, le plus dur sera de dire non systématiquement à toutes ses requêtes dans les supermarchés, mais rassurez-vous, au bout de deux ans, ça devient un réflexe de survie, presque psychomoteur, c’est comme respirer, on n’y fait même plus attention !

L’ado fan: c’est plus compliqué, s’il est fan de Sardou, payez-lui les intégrales de Brassens et Gainsbourg, avec un peu de chance, vous pourrez le récupérer. S’il est geek, et que le coup de matraque n’a aucun effet, tentez le lance-roquette, ou fuyez ! Loin ! S’il est fan de Tom Cruise, empêchez-le de rejoindre la scientologie, c’est un fan-club un peu trop fermé, et un peu trop cher ! S’il est fan de quoi que ce soit d’autre, soyez patient, vous aussi vous avez été ado, et fan de chanteurs plus ou moins débiles (n’est-ce pas mesdames ? Je suis certain qu’il vous reste un poster des 2be3 dans un placard !) Dans tous les cas, gardez ce réflexe du non systématique, quitte à le hurler sur tous les tons, massue à la main, ça devrait le calmer rapidement. De toutes façons, dites-vous que tôt ou tard, il devait bien vous le dire: vous êtes relou, et pas “in” et vous ne servez à rien !

Le jeune fan: cas délicat s’il en est, le jeune étant majeur, il est en droit d’être fan de ce qu’il veut. Le non systématique ne fonctionne plus, et n’aura qu’un effet pervers, à savoir renforcer sa folie admiratrice. Faites preuve de pragmatisme: payez-lui son appart’ ! Au moins, il vous foutra la paix, et s’il insiste, coupez-lui les vivres, ça lui fera les pieds à ce petit con ! (Attention tout de même, il serait capable de devenir artiste ou intermittent, dans ce cas, reportez-vous au guide approprié). S’il est geek, offrez-lui un iphone, et payez-vous des anti-dépresseurs !

L’adulte fan: Qu’il s’agisse de votre conjoint, père, mère, frère, soeur, ou oncle et tante: Soyez gentil: la nostalgie, c’est tout ce qu’il lui reste ! Offrez-lui une place de concert à Noël ou son anniversaire, et tachez de mettre une distance raisonnable entre le fan et vous (ah ben oui, y’a des gens qui bossent !). S’il est geek, admirez-le: il ne comprend rien à ce qu’il dit, mais il y croit !

Le vieux fan: Aucun problème, c’est la maison de retraite qui gère ! Et puis, Julien Lepers est un gentil garçon !

point 3: Comment supporter un fan dans la vie de tous les jours ?
Soyons clair: vous ne pourrez pas toujours éviter les conversations chiantes des fans, et vous ne pourrez pas toujours avoir une kalachnikov sous la main. Tôt ou tard, vous devrez endurer un monologue poussif sur l’aspect ô combien merveilleux de l’idole du fan. Voici quelques règles essentielles pour y survivre:
règle numéro 1: Surtout, restez calme, ça finira par finir !
règle numéro 2: Surtout, ne dites rien, un hochement de tête toutes les 10 minutes suffira, si jamais vous avez le malheur de poser une question, vous doublerez votre calvaire, malheureux !
règle numéro 3: Surtout, ne le (la) contrariez pas. Un fan est une personne instable, et la moindre étincelle pourrait mettre le feu aux poudres, en l'occurrence à vos tympans déjà pas mal malmenés par la musique de son (sa) chanteur(se) préféré(e). Courbez l’échine, faite le dos rond, dormez, mais surtout, évitez tout comportement contrariant.
règle numéro 4: Surtout, prévoyez un appel sur votre portable en avance, ça vous donnera l’occasion de vous éclipser pour le boulot (oui, un 25 décembre, à minuit, ben oui, y’a des gens qui bossent !)
règle numéro 5: prenez une cuite ! Vous ne vous souviendrez plus de rien le lendemain, ce qui vous donnera une bonne excuse pour lui faire bouffer son p..t..n de CD de Dorothée ! (si, y’en a encore !!)
règle numéro 6: Si c’est un geek, ta matraque mon gars ? Faut pas oublier les accessoires de survie !

point 4: Comment guérir un fan ?
C’est LA question à laquelle les scientifiques ne trouvent pas de réponses pour le moment. Certains cas se guérissent d’eux même avec l'âge et la mode (qui est fan encore aujourd’hui de Gsquad, Larousso, et autre boys2men ?), certains ne guérissent jamais, même avec la disparition de l’objet de désir (cf les fans de Claude François, les pires de tous, et on a très peur pour les fans de Johnny). Certains prétendent avoir vu la lumière et ne pas être malade (cf les fans de Dieu). Pour certains, la prise de conscience est telle qu’ils prefèrent le suicide (cf al quaïda). Encore une fois, dites-vous bien que le plus important est de conserver son sang froid et ses anti-depresseurs. On ne peut pas guérir les fans !

Conclusion: Si vous avez un fan dans votre entourage, qu’il vous est impossible de vous en débarrasser, devenez-vous même fan de quelque chose, et opter pour un truc chiant: philatélie, pétrozoophilie, collectionneur de noyau de cerise, ou d’ongles de pieds, de quoi faire fuir n’importe qui. Vous aurez enfin la paix, et pourrez, pour noel, offrir ce guide à vos proches !

Report this text