Pierrefonds mémoire génétique

gribouille--2

Pierrefonds mémoire génétique

Mon vélo roule tranquillement au coté d'autres vélos sur une route de campagne verdoyante, il fait chaud, ce doit être l'été, en vacances je suis en short je crois.

Il me semble que je longe une petite vallée à ma gauche, et soudain il apparaît, ses tourelles pointues m'apparaissent, surmontées de grands drapeaux flottants à deux pointes, un beau château fort de conte de fée, et nous nous arrêtons sur le coté gauche de la petite route sinueuse pour admirer cette magnifique battisse.

Là s'arrête mon rêve, j'ai seize ou dix sept ans, et ce rêve a si fortement marqué ma mémoire que j'en parle à ma mère le matin au petit déjeuner, laquelle arrête de tirer sur sa cigarette et me regarde bizarrement, puis me demande de regarder dans le petit Larousse à la page où le mot Pierrefonds est marqué. Énorme surprise de ma part, le dessin du château m'apparait avec ses tourelles et ses drapeaux, mais là ne s'arrête pas mon émoi, ma mère me raconte que sa jeunesse s'est passée dans le département où est implanté ce château et qu'elle même avec ses cousines passait ses journées de vacances à sillonner à vélo les routes de là bas.

Moi même n'étant pas allé dans ce coin avant ce rêve, j'y suis allé ensuite, une fois mon permis voiture passé et ai retrouvé cette petite route surplombant la petite vallée et la vue de mon rêve.

Ma stupeur fut si grande que cet épisode onirique est encore gravé dans ma mémoire, mais ce serait une simple coïncidence si seulement un autre château plus modeste celui ci dans son classicisme ne m'était apparu quelques années plus tard, celui de Villers Cotteret, je jouais dans le parc et ai traversé la partie centrale en courant, là encore ma mère avait joué là bas étant gamine, alors que je n'y avais jamais mis les pieds.

Troublante mémoire génétique ou simplement projection mentale ? Ou Imaginaire reconstitué, à chacun de réfléchir et de se pencher sur le fait onirique, les arcanes de la pensée sont encore loin d'être élucidées, mais me laissent songeur, comme d'autres visions du présent ou du passé, voire du futur, vous en prendrez bientôt connaissance puisque je n'ai que çà à faire que de transmettre mes pensées aux autres.

Report this text