Racines

Logirreell S. Heimr

Face à la douleur, les mots ont toujours étés mon seul remède. Seuls, ils pouvaient tout prendre, mes émotions, mes sentiments, mes incompréhensions, mes peurs, mes brûlures... Alors j'ai écris, j'ai écris comme si ma vie en dépendait, comme si quelques mots pouvaient donner un sens à tout une vie, sans me rendre compte que je les emprisonnaient dans mes feuilles de papier, ces mots trop beaux pour m'appartenir. Je les ai enfermés et ils ont pris racines.

Report this text