Réponse assurée

marivaudelle

Même si, moi, je ne suis plus assurée tous risques
Partager nos désirs ? Emmêler nos plaisirs ?
Échanger les rôles ?
Oui je le veux !
Je le veux cet inconnu qui m'offre tous ses soupirs.
Je te veux. Rien de plus, rien de moins.
Toi qui lis dans moi sans me connaître, qui es là sans être là, qui me vois sans me voir.
Toi qui mets du rose sur mes joues et des frissons sur ma peau.
Toi qui trembles dans mes oreilles, qui me perturbes, me troubles, m'intrigues, m'attires, me déstabilises.
Et tout ça, avec seulement ta voix.
Je te veux parce qu'après mon esprit, mon corps est déjà conquis.
Tes écrits, murmurés doucement au bord de mon coeur, furent un réel feu d'artifices dans ma nuit.
Mon corps fiévreux se tortillait comme un jouet entre tes mains absentes.
Et la seule réponse que mes lèvres brûlaient d'envie de te donner, c'est une invitation à me rejoindre.
Pour que tu viennes te blottir dans le confort de mon lit.
Pour qu'on se sourit, qu'on se regarde, qu'on se respire, qu'on s'apprivoise.
Pour qu'on soit tous les deux, mi-anges, mi-démons, et qu'on s'abandonne à nos pulsions, le reste de la nuit.
J'étais prête à m'offrir à toi, rien que pour lécher ta peau.
Me soumettre à ton épée à condition que tu l'enfonces en moi profondément, sans retenue, sans peur et sans pudeur.
Qu'on s'agace et qu'on repousse les limites du désir, toujours plus loin...
Faire grandir notre faim et monter la tension jusqu'à une explosion certaine.
Que ma peau soit le terrain de jeu où tes lèvres se posent,
où ta langue s'amuse.
Que tu me couvres de baisers.
Que tu goûtes le miel que ta bouche provoque.
Que tu embrasses ma bouche impatiente.
Que tu embrasses ma chatte ruisselante.
Que tu embrasses mon antre ému tout ouvert.
Que tu embrasses mon dos, pendant que ta queue cogne au fond de mon ventre...
Que tu me fasses gémir ton nom !
Que tu me serres dans tes bras.
Que ma bouche goûte toutes tes saveurs.
Partir en voyage sur ton corps comme s'il était un pays merveilleux où je ne veux rien manquer.
Te dévorer sans même prendre le temps de respirer.
Chatouiller ton corps de mes longs cheveux.
Faire tourner ma langue autour de ton nombril juste avant de descendre...
Observer ton visage et accrocher mes yeux dans les tiens pendant que ma langue s'approche doucement de ton gland.
L'abandonner dans le désir pour pointer ma langue sur ta rosette et la pénétrer.
Te faire languir, te faire soupirer d'impatience !
Et enfin me régaler de ton membre si dur...
Le lécher, le téter, le sucer avec ardeur pendant que le feu du désir me brûle le corps.
Appeler ta jouissance, te guider vers elle, lentement.
Percevoir tes muscles se contracter, voir ton visage se crisper, et te boire à même ta queue.
Que l'on nourrisse nos désirs en remplissant les heures de découvertes excitantes, et peut-être même de cette tendresse dont tu m'as parlé...
Oui ! En te parlant cette nuit, je n'avais qu'une envie : Que ton corps vienne écrire sur mon corps, tous ces mots que tu m'avais offerts !
Report this text