Si l'on se déchire

shakashaka

Si l’on  se déchire

Je me balancerai tragique, sous le soleil de ton orbite

Laisse  moi, me drainer

Me déchirer

De vie

Dois tu  te lover sur mes flammes

Sur les parois de mon âme

Mérite  tu le prix  de mes faveurs ?

Es tu digne du sel qui coule entre ma fleur

 

 

Je  pourrirai sur ta croix

Sabordé  par le son de ta voix

Croulant  sous des contours

Cherchant le  point des jours

 

 

Suis-je l’apogée à  ton envole ?

Un doux printemps  sous camisole

Dois t’on se suivre ?

Dois t ‘on se  fuir ?

Si l’on se déchire, au seuil du hasard

Si l’on s’envenime, le temps nous sépare

Des méandres, des  goûts d’ailleurs

Des jeux de corps, des plaies au cœur

 

Je vomirai sur ta chaire

Les silences, des rivières

Les nuits d’orient, nos vices nos guerres

Les ombres mortes, les chimères

 

 

 

Dois tu t’enivrer de ma toile 

De mon parfum sur nid d’opale

De mes jeux d’organdi

De mes souffle de mon  cri 

 

Laisse moi croire en mes sens

A la folie qui me serpente

Laisse moi toucher tes lèvres

Ce soleil ces   diadèmes

 

 

 

Suis-je l’apogée à  ton envole ?

Un doux printemps  sous camisole

Dois t’on se suivre ?

Dois t ‘on se  fuir ?

Si l’on se déchire, au seuil du hasard

Si l’on s’envenime, le temps nous sépare

Des méandres, des  goûts d’ailleurs

Des jeux de corps, des plaies au cœur

 

 

 

 

 

Auteur :Sébastien Hochet

 

Report this text