Songes de nuit

fragile-voice

Dans le plus fort de mes rêves prémonitoires, je suis sur le toit d'un immeuble. Le ciel est nuageux et gris, et semble êtres partout, je ne distingue rien d'autre. Je marche sur le bord, et suis au téléphone.
Je viens d'apprendre une bonne nouvelle et ressens une joie immense. Puis je raccroche, heureuse, et quelqu'un arrive sur le toit. Je ne distingue de lui que des cheveux bouclés et une haute stature. Son arrivée me fait sursauter, et je trébuche. Je glisse vers le vide, la personne se précipite vers moi, tendant la main. Il est tout près, je peux peut-être encore me raccrocher à lui et survivre... Nos mains se touchent presque, mais je me sens commencer à chuter. Je dois attraper sa main...
Et le rêve s'interrompt, brutalement, me laissant pantelante, effrayée et incertaine. Suis-je donc destinée à survivre, ou à mourir ? Suis-je destinée à être sauvée par ce mystérieux inconnu ?


Dans mon cauchemar, il y a un fond rouge, couvert de mon sang, et dessus, un papillon noir agonisant, dont les ailes saignent de sang violet. Ce papillon hante plus que mes nuits. Il hante mes pensées et ma vie. La certitude que c'est moi qui l'ai blessé, et bientôt tué, me détruit et m'obsède.


Dans mon cauchemar, je suis allongée, morte, au milieu de roses couvertes d'épines. Les roses sont d'un violet si sombre qu'elles en paraissent noires. Et autour de moi, tout près, des papillons s'approchent en volant. Ils se posent sur moi, et à peine m'ont-ils effleurée qu'ils se mettent à saigner, et sont cloués au sol, mourants.


Dans mon cauchemar, un lion rugit, et, alors que le félin dévoile tous ces crocs acérés, un papillon vient se poser sur son museau. Il n'a pas peur. Il le domine et le contrôle, malgré sa fragilité apparente.


Dans mon cauchemar, je suis perdue dans le noir, sans repères, il y a juste une fenêtre fermée, couverte de papillon à l'extérieur, à travers desquels filtre un peu de lumière. Et lorsque je m'approche, les papillons s'envolent, et, de l'autre côté de la fenêtre, il n'y a rien, aucune lumière, rien. Cela veut-il dire que si je me délivre de cette culpabilité, mon avenir restera si sombre qu'on n'en distingue rien ?


- FragileVoice

Report this text