Souviens-toi...

Dominique Capo

Pensée onirique...

Souviens-toi d'une époque, il n'y a pas si longtemps, où les gens considéraient les livres comme des œuvres d'art. Souviens-toi de cet Age révolu où ils en prenaient soin tout le long de leur existence ; où ils se les transmettaient de génération en génération parce qu'ils étaient source de sagesse et de connaissance ; où ils s'y plongeaient parce qu'ils leur donnaient accès à des mondes mystérieux, inconnus, extraordinaires.

Souviens-toi de l'honneur et du privilège que c'était d'en tenir un entre ses mains ; du bonheur sans pareil que c'était de les dévorer des heures durant afin de tenter d'acquérir, de partager avec autrui, leurs savoirs, leurs imaginaires, les émotions qu'ils suscitaient à foison. Souviens-toi des heures, des après-midi, des soirées que tu y a consacré ; comme si le temps s'était momentanément figé, que plus rien d'autre n'existait autour de toi. Souviens-toi de leurs mots, de leurs images, qui se reflétaient dans ton regard et qui s'y gravaient pour le reste de ton existence. Ils ne s'en sont jamais effacé, crois-moi.

Souviens-toi du plaisir qu'ils te procuraient, des terreurs qu'ils engendraient, des passions qu'ils éveillaient, des espoirs qu'ils suscitaient... Souviens-toi des chemins qu'ils t'ont permis d'emprunter, des personnes qu'ils t'ont permis de rencontrer, des projets qu'ils t'ont permis de réaliser. Souviens-toi de tout cela, et de bien plus encore. Ne l'oublie jamais, ne le néglige jamais, ne t'en moque jamais, ne le fuis jamais, ne le trahis jamais.  

Car aujourd'hui, regarde le monde tel qu'il est. Regarde ce que les hommes et les femmes qui l'arpentent sont devenus ; comment ils vivent ; à quoi ils pensent ; ce dont ils rêvent ; quelles sont leurs ambitions ou leurs projets. Regarde de ce dont ils se sont désintéressé. Regarde comment ils considèrent les livres, l'écrit.

Regarde : ils méconnaissent tout ce qu'ils leur ont apporté ; ils sont leurs racines, leur passé, leur présent, leur avenir. Mais ils les délaissent. Et ainsi, ils se méconnaissent eux-mêmes. Et finalement, ils courent à leur perte.  

Alors, fuis-les, parce qu'ils n'ont rien à t'apporter, si ce n'est misère, souffrance, larmes, et humiliations. Alors, détache t'en ; n'oublie jamais ce que les livres ont jadis été pour l'Humanité, ce qu'ils peuvent peut-être encore être lorsque leur mémoire se sera entièrement et définitivement effacée. Et bâtis, avec leur aide, quelque chose de nouveau, de beau, de grand.

Car, peu importe les vicissitudes de l'Histoire, lorsque ces hommes et ces femmes qui te dédaignent aujourd'hui auront tout perdu, eux seront toujours là pour te guider, te réconforter, t'assister, t'encourager... Souviens-toi de cela à tout jamais...

  • Il est vrai Dominique que l'on a un attachement particulier aux livres, ce qui n'empêche pas d'utiliser d'autres supports, pourtant grande fan de technologies , ordi, tablette, smartphone, je n'aime pas lire un livre sur ces supports, le papier, les belles éditions ont quelque chose de magique.!

    · Ago 6 months ·
    W

    marielesmots

    • En effet. Moi non plus, je ne pourrais pas mire sur tablette. Merci pour tes mots. Amicalement.

      · Ago 6 months ·
      4

      Dominique Capo

  • Moi, j'ai une bibliothèque et au premier plan, les livres que j'aime depuis si longtemps. Et je veux que mes enfants les mettent à mes côtés lors de mon dernier voyage...
    Merci pour ce texte Dominique, mais il y a encore des gens qui aiment et vénèrent les livres. Des jeunes aussi certainement, même si il y en a moins qu'auparavant.

    · Ago 6 months ·
    Louve blanche

    Louve

  • Nul n'est obligé de suivre le troupeau. J'ai des amis bouquinistes qui me sont plus chers que quelques cousins qui passent leur temps, le nez sur une tablette :)

    · Ago 6 months ·
    Rose rouge touches du piano 12395 934

    Edgar Allan Popol

    • Je te comprends. Merci et amicalement...

      · Ago 6 months ·
      4

      Dominique Capo

Report this text