Toi et moi destinés à s'aimer

Amal Aghzaf

1er Chapitre :

Deux mois se sont écoulés depuis la mort de Yanis, Samia semblait encor être sous le choc de sa disparition enfin plutôt sous le choc de tout ce qui s'était passé ces derniers temps. Elle se rememora tout d'abbord l'arrestation de Boher, et toute la dévotion et l'énergie qu'elle avait fournie pour le sortir de là. Déja à ce moment elle avait bien sentie au fond de son coeur que ces sentiments pour le brigadier Boher avait bien évolués. De la haine des premiers jours s'en était suivi de la complicité, de la tendresse et de l'affection.

C'est vrai se dit-elle en voyant une brique de lait à moitié vide sur la table de son salon, je l'aime. Puis le souvenir de leurs premier vrai baiser sur les marches du palais de justice a dessinner sur ses lévres un currieux sourire puis soudain se dit-elle bien sur que je l'aime et ce depuis fort longtemps, depuis le jour où il m'a violament plaqué contre ce mur j'ai vu dans son regard que nos destins étaient liés.

Chapitre 2 :

A ce moment elle fût sortis de ces rêveries par quelqu'un qui frappa à la porte d'entrée. Elle se retourna pour voir qui s'était et là elle aperçus la silouhette de cette homme à qui ele tenait tant, à qui elle aurait voulu dire tout ce qu'elle ressentais pour lui.

_ JP : Samia tu es là?
_ Samia : oui oui j'arrive

Tout ce bousculait dans sa tête, l'amour, la colére, devait-elle lui avoué son amour. Non c'est trop tôt se dit-elle.. Son coeur semblait vouloir sortir de sa poitrine. Allez reprend toi ma fille, respire un bon coup et fait lui face.

Ces minutes qui la menérent à la porte lui semblait interminables. Elle saisit la poignée et ouvrit la porte, il se tenait là face à elle avec se sourire qu'elle aimait tant.

_ Samia : " Tu veux encor m'arrêter c'est sa, faudrait pas que sa devinne une habitude.
_ JP : Bah non puis t'es rester finalement donc je n'ai pas de raison de t'arrêter. Puis si j'ai fais sa c'était pour t'empêcher de détruire ta vie, tu sais bien que tout ce que je fais c'est dans ton intêret.
- Samia : Dis on va pas rester sur le pas de la porte, tu entre.
_ JP : Oui avec plaisir.

Il referma la porte dérriere lui puis s'avança dans le salon.

_ Samia : Tu veux quelquechose à boire?
Et en même temps "du lait c'est sa".
_ JP : C'est bien sa.

Tous les deux se regardérent avec un léger sourire aux lévres. Pendant qu'elle lui préparais son verre de lait il ne pouvait s'empêcher de se dire, elle est si belle, si forte, têtue comme une mule oui. Mais sans elle ma vie n'aurait pas la même saveur qu'aujourd'hui.

Tout deux prirent place sur le canapé et comme deux timides adolescents osaient à peine parler. C'est Samia qui la premiére rompu ce silence qui commençé à devenir paisant.


Le prochain chapitre se sera pour demain ou se soir si j'ai le temps.


Chapitre 3 :

_ Samia : Je voulais te remercier vraiment de m'avoir retenue, au fond je voulais juste trouver une bonne raison de rester et c'est toi qui me la donner.
_JP : Pourtant vu la façon dont tu ma traité j'aurais penser que tu ne me pardonnerais pas.
_Samia : Je sais bien mon côté tigresse a resurgit.

Un sourire illumina le visage de Samia et Jean-Paul.

_Samia : Puis tu sais pour Yanis j'ai de la peine quand je pense à sa mort, mais mais ce n'est pas celui que que
_ JP : Que tu quoi?

Samia plongeant son regard dans celui de Jean Paul osa enfin le dire.

_Samia : De celui que j'aime

Jean-Paul tendrement lui passa la main dans ces cheveux noir ébène et lui murmura doucement à l'oreille moi aussi je t'aime mon amour et ce depuis le premier jour. Ils ne se quittérent plus des yeux et ceux pendant de longues minutes comme pour figer à jamais cet instant dans leurs mémoires. Elle lui prie les mains les porta à sa bouche et les embrassa l'une aprés l'autre, C'est alors que Jean-Paul s'approcha d'elle la rapprochant un peu plus de lui, lui embrassa le cou, lui caressa les lévres puis l'embrassa fougueusement leurs baiser plein de tendrese, de passion et de fougue dura 10 bonnes minutes, puis peu à peu leurs corps s'unirent pour ne former qu'un seul être. Leurs étreinte fût coupé par l'arrivé d'Abdel qui fut surpris de les voir ensemble. Alors tous deux inventérent une excuse soit disant ils devaient parler d'une enquête, puis il prétexta devoir s'en aller. Puis en partant lança un dernier regard à Samia, un dernier je t'aime du bout, comme si ange lui porta le message promesse d'un futur heureux à ses oreilles.

Chapitre 4 :

Samia encor sous le coup de l'émotion ne remarqua pas qu'Abdel la regardait entrain de sourire.
_ Abdel : He beh sa à l'air d'aller beaucoup mieux j'avais jamais vu un aussi beau sourire sur ton visage.
_Samia : Ha oui ta raison est ce sourire tu le dois à Jean-Paul, on viens de vivre un moment mémorable et ce baiser je vais pas m'en remettre de si tôt.
_Abdel : Donc c'est repartis entre vous c'est cool sa
_Samia: Minute papillon c'est pas encor fais, tu sais on étaient trés émus je crois qu'on n'en a pas encor bien pris conscience. On verra sa demain là je vais aller me coucher.
_ Abdel : Tu vas aussi faire de beaux rêves je crois
_ Samia : Oi moi aussi je crois.

Le lendemain elle se réveilla toute pimpente est souriante, ha oui elle était en forme mais à la fois un peu anxieuse de le revoir. Le petit déjeuner vite avaler elle alla au commissariat en ne cessant de penser à ce pur instant de bohneur. Arrivée devant le comissariat elle le vit en train de fumer son cigarillo, il l'avait l'air heureux, il se retourna et tomba sur elle tout deux avc un sourire et regard qui en disait long.

_JP : Tiens miss Samia tu vas bien?
_Samia : Oui et toi?
_ JP : Je n'ai jamias étais aussi bien, je peux t' offrir un café?
_Samia : Avec plaisir.

Il saisissa son visage et lui posa un délicat baiser sur ces lévres.

Chapitre 5 :

Une fois entrée dans le commissariat, il tombérent sur Léo.

_Léo : Tiens vous avez l'air de bonne humeur tous les deux.

Samia et JP échangérent un regard complice et plein d'amour

_ Samia : Oui sa va mieux entre nous on s'est expliqués et tout est rentré dans l'ordre.

Ils se rendirent dans la cuisine pour boire ce fameux café et réstèrent là a se regarder pendant de longues minutes. Quand soudain JP se mit à rire.

_Samia : Pourquoi tu ris?
_ JP : Je sais pas surement parce-que je suis heureux.
_Samia : Ha oui, lui caressant les lévres moi aussi.
JP : Mon dieux ce qu'on a pu se rendre dingue tous les deux
_Samia : C'est clair ce comissariat a connu de belle enguelades grâce à nous deux et à mon avis c'est pas fini vu notre caractére.
_JP : Bah, moi sa me vas tant qu'on fini par se réconcillier.
_ Samia : Sa va être dur de pas se toucher au boulot
_ JP : C'est sur mais faut rester discret au boulot surtout avec ces gros lourds.
_ Samia : Puis on pourra se retrouver dans mes vestaires.
Lui dit-elle d'un air coquin.
_JP : Oui d'ailleurs on doit pas aller se mettre en tenue.
_Samia : Attend encor un peu
_JP : C'est un ordre!
L'attirant dans ces bras
_Samia : Dans ce cas je vous suis chef!

Chapitre 6 :

Une fois dans les vestiaires, comme pour inaugurer leurs nouvelle vie à deux, ils s'embrassérent à l'endroit même où il s'étaient embrassés lorsque Léo les interrompu. Aprés avoir relâcgé leur étreinte, ils se décidérent enfin à se mettre au travail.

La journée de travail ne cessa d'être ponctué de regards,, de sourire et de tendre caresse quand chacun trouvé le moindre prétexte pour s'approché de sa moitié.

Samia avait une pile de dosier à traités sur son bureau mais elle avait du mal à se concentrer. Faut dire que toutes cs pensées étaient occupées par son JP.

Les minutes puis les heures défilérent et enfin l'heure de la délivrance arriva. C'était la fin de leurs service . Les deux collégues s'emprésserent d'aller retirer leurs uniforme pour redevenir couple. Au moment ou JP ferma son casier, Samia sortis de son sacun paquet cadeau et le remis à son Brigadier. En l'ouvrant il découvrit une clef. Il l'avait l'air un peu intrigué puis il se saisit d'une petite carte ou était inscrit ces quelques mots :" Voila la clef de mon appartement, enfin de notre appartement". Tous deux étaient trés émus.

Ils repartirent bras dessus bras dessous rejoindre leurs nouveau lieu de vie, ils se promenérent quand Samia cru^t apperçevoir Une femme qui ressemblait étrangement à armelle. Qu'importe se dit-elle aujourd'hui nous sommes ensemble et c'est tout ce qui compte. Elle ne voulait pas gâcher cette soirée quand une voix appela Jean-Paul.

Affaire à suivre...

Chapitre 7 :

A cet appel JP et Samia se retournérent et là quelle ût leurs surprise lorsque ils virent que c'était Armelle. Mon dieu mais qu'elle me veut encor se dit JP.

_Armele : Bonjour
_JP : Tu veux quoi?
Armelle : Juste prendre de tes nouvelles
JP regarde Samia
_ JP : Bah comme tu peux le voir je suis sortis de prison grâce à Samia qui à bien était la seule avec Abdel à croire en moi.
Armelle : Je je vois, tu sais je suis vraiment désolé et puis je reviens sur Marseille, on pourra se voir.
_ JP : Quoi? Pardon? Je rêve tu as avorté de mon enfant, tu m'a accusé à tort d'un meurtre et tu penses vraiment que je veux te revoir. Tu veux que je te dise toi et moi c'était une érreure mais heureusement aujourd'hui je suis avec celle que j'ai toujours aimé.

Tout en plaçant son bras autour de Samia, qui elle n'était pas peu fière de son homme.

_Armelle : Parce-que vous deux vous êtes...?

JP la coupant

_JP : Oui on est amoureux trés amoureux, alors maintenant je veux plus entendre parler de toi.

Samia se mit face a lui et lui dit

_ Samia : Brigadier je vous aime

Ils finirent leurs promenade tout en se murmurant des doux mots à l'oreille et en s'embrassant, puis il arrivérent devant la porte de leurs chez soi.

Ils passérent le seuil de la porte et dans un élan de passion commençérent à se déshabiller, à se dire des je t'aime, puis s'en suis le language du corps, ils semérent leurs habits jusqu'a la chambre de Samia qui allait jalouseument abriter leurs premiére nuit.

Les premiers rayon du soleil venait caresser la peau de nos deux amoureux visiblement épuisé par leurs étreinte. JP regarda Samia dormir puis se décida à lui faire une petite surprise en lui préparant un petit déjeuner au lit. Il sorti discrétement de la chambre et alla chercher des croissant et des belles roses. Il rentra au pas de courses puis s'affera à la cuisine café, jus d'orange préssé, toast, salade de fruit. Il chercha un plateau pendant au moins 5 minutes, faut dire qu'il n'était pas vraiment habitué au lieu. Quand tout fût prêt il alla dans la chambre posa le plateau sur une petite table, se rallongea auprés de sa douce. Et pour la reiveiller en douceur, lui embrasse délicatement le front, le nez, les joues et ces lévres. Puis Samia ouvrit les yeux et caressa de sa main son chéri.

_ JP : Bonjour ma chérie.
_Samia : Bonjour mon amour. Bien dormi?
_JP : Comme un bébé. Et toi
_Samia : Idem
_Samia : Cette nuit était ha
_JP : Magique
_Samia : oui magique, si tu savais ce que je suis heureuse, promets moi que plus rien ni personne ne pourra nous séparer.
_JP : Je te le promets
_Samia : Promets le moi encor
_JP : Je te le promet

Ils allaient s'embrasser quand le portable de JP sonna c'était Armelle, il écouta puis posa son téléphone sans dire un mot.
_Samia : Quoi? Tu me fais peur?
_JP : C'était Armelle elle a gardé l'enfant elle n'a pas avorté
_samia : C'est pas vrai.

Alors elle se blotti contre lui et lui la serra trés fort...

Chapitre 8 :

JP n'arrivant pas à trouver ces mots avait le regard dans le vide, il semblait être ailleurs. Samia s'en rendit compte et en lui saisissant le visage pour qu'il la regarde, lui dit que tout irais bien et qu'elle est là et qu'elle le soutiendrait quoiqu'il arrive.

JP se leva et se dirigea vers la salle de bain, Samia savait que quand il était comme sa vallait mieux le laisser, elle lui parlerait plus tard. Pendant qu'il prenais sa douche, elle prépara le petit déjeuner. Elle avait tout posé lorsqu'il arriva.

_JP : Mmmmm sa à l'air apétissant tout sa
_Samia : Merci
_JP : Je te trouve particuliérement jolie aujourd'hui
_ Samia : Merci mais je le sais déja sa (rire)
_Samia : Dis-moi tu veux qu'on en parle?
_JP : J'ai du mal à comprendre, comment as-t-elle pu me cacher sa?
_Samia : Tu sais pour ce que j'ai pu voir d'elle elle a pas l'air trés scéne d'esprit
_JP c'est clair, j'y crois pas, pendant tout ce temps elle m'a laisser croire que mon enfant était mort alors que non.
_ Samia : Tu devrais demander à le voir.
_JP : Vraiment, tu crois
_Samia : Ben oui comme sa tu sauras si elle ne ta pas encor mené en bâteau et puis tout enfant doit connaître son pére.
_JP : Mais toi sa te gêne pas si
_Samia : Sa va pas comment je pourrais me regarder en face si je t'empêcher de voir ton fils.
_JP : T'es une femme exeptionelle tu sais.


JP se saisit du téléphone pour demander à Armelle un rendez-vous afin qu'il puisse voir son fils. Armelle lui donna donc rendez-vous donc a 19h00 à son ancien appartements, Ils ne voulait pas trop que radio mistral ait vent de la nouvelle du moins pour l'instant.


L'heure du rendez-vous arriva, JP sonna à la porte, Armelle lui ouvrit sans même un mot pour cette femme qui l'avait tant fait souffrir il lui demanda où était son enfant. Elle partit le chercher, JP face à se petit bout de chou resta troublé. Il resta quelques minutes à le contempler puis au moment ou il s'apprenait à le prendre dans ces bras, Armelle lui lança un ultimatum.

_Armelle : Si tu veux revoir ton fils, laisse tomber ta Samia et repars avec moi.
JP s'énerva et plaqua violamant Armelle contre un mur et lui dit

_JP : Samia et la femme de ma vie et pour le bébé je ne te laisserais pas faire espéce de folle.

Jp repartis furieux vers l'appartement ou l'attendais Samia. Pendant ce temps Samia était assise sur le canapé ou elle lisait un magazine de mode ( bah oui c'est bien une fille). Quand JP entra dans leurs appartement il claqua si violamant que la porte que les murs en tremblérent. Samia le regarda d'un air interloqué et elle le regarda faire les 100 pas dans l'appartement comme un lion en cage. A cette vue Samia se demanda si c'était une bonne idée de lui parler maintenant ou s'il vallait mieux qu'elle attende qu'il se calme. Aprés quelques instant il fini par se calmer. A ce moment elle se décida à lui parler.

_ Samia : Ce n'est pas la peine que je te demande si sa c'est bien passé.
_ JP : Cette bonne femme elle est bonne a enfermer c'est tout.
_Samia : Pourquoi tu dis sa mon coeur?
_JP : Elle m'a lancé un ultimatum qui est le suivant voila si je veux revoir mon enfant il faut que je te quitte et que je retoure avec elle.
_ Samia : Quoi, mais qu'et que tu lui a répondu.
_ JP : Je lui est dis qu'elle était complétement dingue et que je ne te laisserais jamias tomber.

Samia pris tendrement son homme dans ces bras et l'zmbrassa tendrement elle lui murmura doucement à l'oreille, un doux je t'aime. Puis elle lui dit qu'il ne pouvait pas laisser faire sa elle lui promit qu'elle aller l'aider de son mieux.

Aprés de logs instants, elle lui demanda comment il était son petit bou, la JP se retourna vers elle et lui dit que c'était un petit. Elle savit bien qu'il désirait fonder une famille et que cela lui ferais trés mal s'il ne revoyer pas son enfant. Alors elle lui suggera de prendre conseil auprés d'un avocat, même s'il ne voulait en arriver à de telles extrémités il lui dit qu'elle avait raison. Il embrassa et lui dit qu'elle était la femme de sa vie, en retour elle embrassa et lui dit qu'au moment venu elle lui donneré aussi un enfant, à cela elle ajouta qu'elle n'envisage pas sa vie sans lui, qu'il est tout pour elle.

Jean-Paul écouta Samia et pris rendez-vous dés le lendemain avec un avocat pour connaître les droits dont il dispose au sujet de la garde de son enfant. Pour oublier un peut tout sa Samia décida de concocter une petite soirée en amoureux que pour eux deux.

Elle commença tout d'abbord par préparer une spécialitée alsacienne pour son homme. Tandis qu'elle vaquer à ses occupations culinnaires, il la regarda et ce dis à cet instant précis que c'était celle dont il avait toujours rêver, il était certain que rien ne pourrait jamais les séparer. Ils avaient franchis tellement d'épreuves, et ils franchiraient celle-là aussi ensemble.

Aprés quelques instants il se décida à aller dérrière le bar de la cuisine pour rejoindre sa belle. Il la serra fort contre lui et lui parcourrut le cou de tendres baisers.

_ Samia : C'est en quelle honneure
_ JP : En l'honneure que je t'aime

Samia serra ses mains dans les siennes

_ Samia : Moi aussi je t'aime mon amour
_ JP : Hmmm c'est quoi cette bonne odeur
_ Samia : Sa c'est une spécialitée alsacienne pour l'homme que j'aime
_ JP : Pardon, que tu quoi?
_ Samia : Parce-que tu n'as pas entendu peut-être ( rire)
_ JP : (le sourire aux lévres) non je suis sourd
_ Samia : (le regardant droit dans les yeux) je t'aime.

Elle lui embrassa le front, le reste de la soirée se déroula comme un charme. Aprés le délicieux repas ils se blottirent l'un contre l'autre sur le canapé, et se callinérent tendrement tout en se murmurant des promesses d'avenir.


Le lendemain matin alors qu'ils se préparaient pour aller au rendez-vous prévu avec l'avocat, quelqu'un frappa à la porte. Ils se regardérent et se demandaient qui sa pouvaient bien être, a une heure pareil Abdel étaits en cours. Boher alla donc ouvrir là porte et qui c'est qui vit là devant ces yeux. Armelle.

_ JP : Qu'est tu viens faire ici chez moi?
_ Armelle : Te rendre une petite visite amicale
_ JP : Dégage t'entends et ne t'avise plus de remettre un pieds ici.

Samia entendant tout ce vacarne se décida à intervenir. Sans même qu'elle ais eut le temps de dire quoi que ce soit Armelle c'étais saisit d'une arme et la posa contre la tempe de Samia. Boher ne savait plas quoi faire, dans son regard on pouvait voir toute la peur qu'il avait pour Samia.

_ Armelle : C'est à cause d'elle si on est plus ensemble alors elle va mourir devant tes yeux.
_ Boher : Nonnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnnn

Il s'empara alors d'un couteau qui alla se loger dans la cuisse d'Armelle qui se laissa tomber au sol. JP délivra immédiattement sa belle il la serra fort contre lui, en lui demandant si elle allait bien. Pendant ce temps Armelle en profita pour éssayer d'étrangler Samia, là JP empigna fermement Armelle pris son arme et apprêta a la tuer sur place.

_ JP : C'est fini pour toi Armelle
_ Samia : Non, mon amour ne fais pas sa, tu vas le regretter et puis on est ensemble c'est tout ceux qui compte. Laisse là elle n'en vaut pas la peine.

_ Armelle : t'es un gentil garçon
_ JP : Je te hais mais j'aime Samia avant tout c'est pour sa que je te laisse vivre, mais si tu t'approche encor une fois d'elle je te jure que là je ne réponds plus de rien.

Aprés le départ d'Armelle samia se lova contre JP de toutes ces forçes.

_ JP : SA va t'es sur t'as pas eu peur
_ Samai : J'ai plus de raison d'avoir peur depuis qu'on est ensemble.


Chapitre 9 :

Aprés le départ d'Armelle JP et Samia réstérent un long moment l'un contre l'autre sans dire un mots faut dire que ces deux n'avaient pas besoin de parler pour se comprendre. Ce tendre regard laissait transparaître tout leur amour. Le reste de la journée se passa sans encombre. Vu qu'aujourd'hui il ne travaillaient pas JP décida de faire passer à sa douce une journée qu'elle ne serait pas prête d'oublier.

_ JP : Mon coeur
_ Samia : Oui
_ JP : Sa te dirais qu'on aille se balader tous les deux aujourd'hui en amoureux il fait un temps iéal pour sa?
_ Samia : D'accord avec toi mon amour on y vas.
_ JP : C'est parti j'ai juste quelques petits trucs à préparer
_ Samia : Ha et je peux savoir quoi,
_ Non pas pour le moment
_ Samia : Allez donne moi un indice ( d'une toute petite voix allez mon amour)
_ JP : Ha ha non je veux que tu sois surprise
_ Samia : C'est une surprise bonne ou mauvaise?
_ JP : Sa sa dépendra de toi.

JP fixa un long moment Samia dans ces beaux yeux avant de lui déposer un baiser sur les lévres puis de lui mumurer au creux de l'oreille un je t'aime presque innaudible.

_ JP : Bon je dois y aller je passe te prendre dans une heure, sa te va?
_Samia : Une heure sa devrait me laisser assez de temps pour me faire belle.
_ JP : Tu es toujours belle.

JP le sourire aux lévres allez franchir le seuil de la porte quand Samia le rattrapa.

_ Samia : Hey attends j'ai quelquechose à te dire approche.
_ JP : ha oui et quoi?

Samia l'attira à elle et l'embrassa passionnément, je t'aime.
_ JP : Mmmmmmmmmm j'adore le gout de tes lévres.

Il les caressa puis s'en alla.

Comme convenu il étais là une heure plus tard, quand il enta dans leurs appartement il fût subjugué par la beauté de Samia. Elle avit détaché ces long cheveux noir ébène elle portait une sublime petite robe rose pâle qui lui allait à ravir.

_ JP : whaoo tu es divine,j'ai vraiment de la chance de t'avoir à mes côtés
_ Samia : Merci mon amour,, ta l'air troublé
_ JP : C'est toi qui me trouble. Bon si madamme veut bien me suivre votre carosse est avancée.
_ Samia avec plaisir.

Ils étaient sur la route, Samia passait réguliérement sa main dans les cheveux de son JP il adorait sa.

_ Samia : Quelle est la déstination
_ JP : Les calanques, sa te vas ou tu préfère allez ailleurs.
_ Samia : Peut importe l'endroit pourvu que je sois avec toi.

Aprés quelques kilométres ils arrivérent, la journée se passa merveilleusement bien, entre promenades mains dans la main, baisers et crises de rires. JP reçu un coup de fil lui disant que tout était prêt.

_ JP : Mon amour faut qu'on aille au Mistral
_ Samia : OK, merci c'était une belle journée.
_ JP : Et ce n'est pas fini.

Lorsque ils arrivérent au mistral ils allérent chez Roland ou se trouvaient tous les amis de Samia ainsi que ces parents, là elle se demandait bien ce qui se passait. Un écran géant était au mur il y avait des bougies un peu partout. Aprés quoi JP était parti s"éclipser. Samia était là ne savant plus trop quoi penser. Lorsqu'elle le vit débarquer vêtu d'un magnifiques costume blanc avec un bouquet de rose rouges à la main. Sur ceux il lui proposa de s'assoir pour regarder un petit film réaliser par un de ces amis. OK Samia ainsi que tous ceux présent dans la salle regardaient aussi le film. Ce film retraçaient toutes les étapes de leurs histoires des débuts violents jusqu'a leurs premiers baisers. JP demanda à Roland de tamiser les lumiéres il se mis devant Samia et commença son à parler.

_ JP : Samia, ma chérie avant de te connaître je n'étais qu'un type réac ,macho, borné et rasciste. Ma vie n'avait pas vraiment de sens, ma vie était plutôt pauvre. Mais lorsque je t'ai rencontré pour la premiére j'ai su à linstant que tous allait changé et c'est ce qui est arrivé pour mon plus grand bohneur. Pendant prés de deux ans on s'est cherché, engueulés souvent, tu m'a rendu fou a de nombreuses reprises ( rires), mais mon amour pour toi n'a cessé de grandir de jour en jour pour toi. Puis un lien puissant s'est créer entre nous, on a toujours étaient là l'un pour l'autre. Puis enfin un jour on s'est trouvé, on s'est avoués notre amour et depuis je suis le plus heureux des homme. De nombreux matins je me léve avnt toi et je te regarde dormir et je me dis à quelle point j'aide la chance de t'avoir à mes côtés. Mon coeur je suis né le jour ou tu m'a aimé, tu es mon unique, ma moitié, ma meilleure amie, ma confidente, ma partenaire, mon âme soeur. Je ne savais ce que voulais dire le mot aimer jusqu'au jour ou je t'ai rencontré et je veuc t'aimer juqu'à la fin de mes jours en éssayant de te rendre aussi heureuse que toi tu me rends heureux.

Samia et JP avaient les larmes aux yeux, il se saist des mains de sa belle, s'agenouilla à ses pieds, aprés une pause.

_ JP : Samia nassri veux tu m'épuser
_ Samia : OUI mille fois oui je t'aime.

D'une main tremblante il lui passa la bague au doigt puis il s'embrassérent de vant toute l'assemblée et devant le coucher de soleil témoin de leurs union.

Aprrés un long regard langoureux entre les deux jeunes futurs mariés, ils se léverent puis annoncérent à tous ce petit monde qu'ils allaient rentrés chez eux. Ils les remerciérent chaleureusement, Samia alla rejoindre ces parents accompagnés de son futur époux. Avec l'accord de JP Samia proposa a ces parents de venir chez eux mais ils refusérent l'invitation des deux jeunes futurs mariés en leurs disant qu'ils avaient résèrvés une chambre au sélect et puis ils ne veulent pas les dérangés dans ce moment.


Les deux jeunes gens quittérent le bar de Roland et se rendirent chez eux. Samia ce soir se sentait apparament d'humeur taquine, elle savait que son homme était chatouilleux alors elle le chatouilla, JP la suplia d'arrêter mais elle ne l'entendait pas de cette oreille alors elle continua à le torturer, JP ne pouvant pas se défaire de sa femme décida de contre attaquer alors il se mis à son tour à la chatouiller. Cette nuit fut bien calme dans le quartier du mistral mis a part les éclats de rire des futurs mariés. Sans trop savoir comment ils arrivérent à ce fameux mur ou JP avait plaqué Samia.

JP : Tu te souviens?
Samia : Comment oublier.

Et la elle le plaqua viloament contre le mur.

_ Samia : Mais cette fois ci c'est moi qui suis au commande, elle lui embrassa le cou.
_ JP : Ha je veux bien être sous tes ordre ma chefetaine
_ Samia : OK alors la pour pour te faire pardonner de m'avoir plaqué contre ce mur j'ai décidé de prendre un peu d'avance sur la nuit de noce.
_ JP : Arrêtes pas ici quelqu'un pourrais nous surprendre.
_ Samia : poule mouillée, poule mouillé
JP : Viens là toi le poulet va s'occuper de toi...

Aprés ce petit détour par le mur de l'amour, nos deux amoureux décidérent de rentré chez eux, pour tenter de dormir un peu avant de reprendre le travail le lendemain. Mais apparamment leurs hormones en avaient décidés autrement et ils passérent une nuit blanche à se caliner, d'ailleurs il me semble qu'une hirondelle c'était posé sur le bord de la fenêtre pour entendre ces drôles de gémissement. Le matin arriva bien vite les deux jeunes gens heureux certes mais épuisés avaient du mal à se lever. Dérriére la porte d'entrée les parents de Samia s'impatienter.

Malika : Ha mais qu'est qu'ils font la
Toc toc toc, toujours rien.
Malika : Aprés tout j'ai les clefs je rentre.

La mama de Samia entre dans l'appartement

Malika : Mon dieu il s'est passé quoi ici une tornade est passé ou quoi.

Malika décida de réveiller sa fille et rentra dans la chambre et quelle fut sa surprise quand elle découvrit sa fille et JP dans une position disons... suggestives.

Samia : Ha maman mais...

Malika : Euh désolé je voulais vrai vraiment pas vous dérangé

Samia et boher (tentant de couvrir leur nudité) non non vous nous déranger pas on n'allait se lever.

La mére de Samia ne manqua pas de se prendre la porte en pleine face sorti de la chambre.

Boher : Nonnnnnnnn ma futur belle mére vient de voir entiérement nu sur sa fille.

Samia : Au moins sa auras servis à briser la glace
JP : Ha sa c'est sur, non mais arrête je suis gêné
Samia : Ho arrête sa va aller, ma mére a l'esprit ouvert, d'ailleurs t'a de la chance car mon pére bien que l'on soit fiancés t'aurais surement écharpé.

Samia et JP éclatérent de rire.

Aprés un petit détour par la salle de bain nos deux futurs mariés arrivérent dans la cuisine ou la mama et j'insiste était en train de préparer un bon petit déjeuner. ( Aprés la nuit qu'ils avaient passés il en avait bien besoin se dit-elle).
Le pére de Samia arriva à son tour avec des croissant

Samia : Bonjour Papa t'a passé une bonne nuit?
ahmed : Oui ma fille est toi, ta une petite mine, ofait tiens des croissant je sais que t'aime sa.
Samia : Merci papa chérie, oui c'est vrai j'ai eu du mal a m'endormir
Malika : C'est vrai cette nui il a fait chaud sur Marseille

Malika, Samia et JP se regardérent, le pauvre Ahmed ne comprenant pas trop proposa de passer à table. Il s'asseya sur le canapé mais quelquechose le gêna, il regarda ce que c'était et quelle fut sa surprise lorsqu'il découvra le soutien gorges de sa fille.

JP qui avait vu la scéne ne put s'empêcher de rire, Samia l'entendit et se retourna

Ahmed : Je crois que c'est a toi sa
Samia: euhh oui merci papa.
Le petit déjeuner se passa sans encombre mis a part la fois ou JP voulant se saisir discrétement la main de Samia sous la table s'empara de celle de Malika. Mon futur gendre je crois que vous vous trompez de main.
JP : Mince désolé madame je suis confus.
Malika : C'est rien mon fils ( tout en lui pinçant la joue)
Ahmed : Bon ma fille ta mére et moi allons un peu nous promener dans Marseille.
Samia : Ok de notre on a quelques trucs a faire on a qu'a dîner tous ensemble ce soir a la maison.
JP embrassent Samia : exellente idée.

Ahmed : Mon cher Boher laisser un peu respirer quand même, elle va pas s'échapper.
JP : Sa je l'est je la garde.

Les parents Nassri se promener tranquillement dans les rue marseilleses quand de leurs côtés les deux jeunes futurs mariés rengérent un peu leurs appartement, c'est vrai faut dire qu'ils avient le diable au corp la veille et le pauvre appartement en avais fais les frais. Tout en faisant le nettoyage Samia demanda à son homme comment il envisagait la cérémonie de leurs futur mariage. JP lui dis qu'il voulait une cérémonie simple avec seuleument leurs parents et leurs témoins. Samia était d'accord avec lui. Les parents de Samia voulant aller à l'appartement de leurs fille prirent la précaution de l'appeler avant juste histoire de vérifier si la voie était libre. A quelques métres de là

- Samia : Mon coeur c'est mes parents ils arrivent.
- JP : OK ma puce.

Les parents de Samia arrivérent et la soirée pouvait commençer.

JP conscient de ses petites bourdes offris un magnifique bouquet de fleurs a Malika, qui appréciat le geste de son futur gendre. De son côté Ahmed prit JP dans ces bras, faut dire que pendant l'affaire de la fléche blanche ces deux là c'étaient rapprochés. Tout ce petit monde pris place autour d'un bon thé a la menthe. JP galant homme qu'il est complimenta Malika sur sa beauté.

Malika : Samia ma fille tu devrais vite l'épouser sinon je seraisn tenter de divorcer de ton pére pour me marier avec lui à ta place.
Samia : Ha sa jamais il est à moi et elle l'embrassa. C'est vrai aprés ce qu'elle avait vu ce n'est pas un petit baiser de rien du tout qui aller la choquer. Aprés le thé les femmes allérent à la cuisine préparait le dîner, mmmm un bon tagine de poulet( croyez moi c'est trés bon). Tandis que les hommes de leurs côtés discutérent, et deviner qui était au centre de la conversation. Samia bien entendu. Le repas se passa à merveille, Samia,JP et les parents commençérent à discuter du mariage quand tout a coup Ahmed eut une idée.

- Ahmed :C'est une trés belle soirée idéal pour en mariage ( en rigolant).

Samia et JP se regardérent.

JP : Tu pense à ce que je pense
Samia : oui, aller Papa,Maman on sort.
Malika : Et on va ou
Samia et JP : On va se marier, on n'est amis avec le maire on va l'appeler.

Dernier chapitre

Le mariage civil se déroula à la perfection dans la plus grande intimoté comme le souhaiter notre petit couple d'amoureux. Donc aprés cette cérémonie improvisé Monsieur et Madame Boher et les beaux parnts rentrérent à la maison. Mr et Mme boher était sur un petit nuage rose attendez plutôt orange ( en souvenir de pépétte). La température entre les deux monta crescendo ce qui n'échappa aux beaux parents. Samia et Boher n'en puvait plus ils avient envie l'un de l'autre aprés tout c'était la uit de noce. La un dileme apparut aux yeux des deux jeunes mariés comment virer Maman et Papa.

JP : Chérie : J'en peux plus d'ici quelques minutes je ne réponds plus de rein
Samia : Rrrrrrrrrrr bon je vais m'occuper de gentiment virer mes parents.

_Samia : Heu Maman Papa comment vous dire vous savez on vient de se marier et on aurait besoin de
_ Ahmed : n'en dis pas plus on s'en va.

JP et samia se regardérent avec des yeux pleins d'étoiles. Pendant que Samia parler avec ces parents JP avait tapisser leurs lit de pétales de roses et avait allumer des bougies pur former ces quelques mots " je t'aime". Aprés tout c'est vite enchainer et la nuit fut trés courte. Cela faisait biento 2 mois qu'ils étaient mariés et l'heure des vacances avit sonné alors vu qu'ils avit vu les parents de Samia ils décidérent de partir en Alsace chez les parents de JP. Aprés leurs journée de travail ils retournérent chez eux et la surprise un le bébé de JP dans son landeau les attendait, JP apperçut un petit mot c'était l'écriture d'Armelle, il le lut à Samia " Vous ferais d'exellent parents soyez hzureux je vous en confie la garde". Ils s'installérent dans le salon et bien vite un malaise s'installa mais Samia l'interrompit : " Chérie on vient de semarier et je suis heureuse mais avec cette enfant je suis comblée ne t'en fais pas je suis d'accord pour qu'on le garde ensemble chez nous ici. Jp était aux anges, aprés sa il appela sa mére pour lui demandait si lui et samia pourraient pendant les vacances, sa mére était ravi. Il marqua un temps d'arrêtet et la lui dit o fait Je pourrais te présenter ma femme et mon fils.

Maman de JP : ta femme mais c'est fini avec Samia je l'aimais tant
JP : Mais non c'est elle ma femme puis notre bébé c'est celui que j'ai eu avec armelle elle nous en confie la garde définitivement elle se sent pas l'ama d'être mére.
Maman de JP : Elle l'a bien fais de te laisse puis toi et Samia vous feraient d'exellent parents, embrasse ma belle fille de ma part,
JP se s'ra fais.

Puis la petite famille passa une soirée des plus agréable.


FIN

Report this text