Ton papa t'aime tu sais

ttr-telling

Thème imposé : scénario noir lié à la drogue. /!\ ATTENTION TEXTE DUR /!\

Ils se sont rencontrés en boite. Elle avait suivi ses copines, maquillées et apprêtées, qui voulaient s'essayer au milieu de la fête, avec des mecs cools, pas avec les autres gamins de 15 ans de leur collège. Il avait 24 ans, il était grand, élancé, il avait des yeux sauvages et un sourire carnassier. Il a été sympa, il lui a payé plusieurs verres sans alcool, il l'a complimenté, il s'est montré attentionné et respectueux. Il s'est assuré qu'elle rentre chez elle sans encombre ce soir là, lui laissant son numéro "au cas où".                                   

--------------------

Ils se sont vus en cachette quelques mois. Elle vivait son idylle interdite, avec un homme qui savait reconnaitre sa valeur, sa maturité, son intelligence, sa sensibilité. Rapidement elle délaissa ses amies pour passer tout son temps avec lui. Elle n'avait besoin de personne d'autre, il la comprenait, il la respectait, il l'aimait.

- "D'accord, mais n'en prends pas l'habitude hein?" Lui a-t-il dit en lui tendant la paille.

Elle découvrit alors la sensation de brûlure mêlée à l'extase alors que la poudre traversait sa narine.


--------------------


Elle gérait. Elle savait quand elle pouvait se permettre d'en prendre, et quand il fallait éviter. Elle gérait, pas comme lui. Lui il avait vraiment un problème, mais il voulait pas l'écouter.

- "J'en ai besoin pour bosser ok? Comment on va payer pour la petite si je ramène pas du fric?"

Elle avait quitté le lycée. Elle n'avait pas supporté le regard des autres gamins et des profs qui voyaient son ventre s'arrondir. Elle habitait avec lui maintenant, après une dispute avec ses parents.

De toute façon elle avait besoin de personne d'autre, il la comprenait, il la respectait, il l'aimait.


--------------------


Elle se réveilla alors qu'il lui donnait un coup de pied depuis l'autre côté du lit. Une migraine subite lui foudroya le crâne alors que les hurlements de sa fille résonnaient dans la chambre. Elle tituba maladroitement en direction du petit matelas sur lequel un bébé rougi par les pleurs se débattait en hurlant sa faim.

- "Fais terre cette petite conne putain !" Il avait craché ces mots en articulant à peine, défoncé par l'alcool et l'héroïne.

Elle pris un peu brutalement l'enfant dans ses bras violacés, rapprochant sa petite tête de sa poitrine décharnée.


--------------------


- "Tiens, voila votre came. A bientôt chérie..." Un petit homme aux doigts boudinés et ornés de grosses bagues en or avait jeté un sachet sur la table basse en se rhabillant, faisant signe à ses deux gorilles de le suivre, alors qu'ils la laissaient telle une poupée désarticulée sur le tapis, nue et souillée. L'homme de la maison se jeta sur le sachet au moment où ils quittèrent la pièce. Il récupéra une cuillère qui trainait près du petit lit à barreaux, dans le coin du salon, dans lequel était assise une gamine à peine âgée de 3 ans, qui mâchouillait un bout de chiffon sale, fixant sa mère avec de grands yeux ronds.

- "Tiens mon cœur, je te prépare une dose, regarde, on l'a bien mérité" dit-il en préparant une seringue alors que sa femme se trainait vers la table basse, en fixant la flamme du briquet faire fondre le caillou, comme il avait fait fondre toute trace de dignité.


--------------------


Elle se figea dans son lit, les yeux fixés sur la porte de la chambre, encadrée de la lumière du couloir. Elle osait à peine respirer, à l'affut des bruits de pas lourds et irréguliers qui montaient l'escalier. Son père venait de rentrer, et il était accompagné. Sa mère avait fait une overdose la semaine passée, la veille de son 5ème anniversaire. Son sang se glaça alors que la porte s'ouvrit dans un couinement atroce.

- "Coucou ma princesse..! viens dire bonjour aux amis de papa... viens..!" Il avançait vers elle, les bras en avant, tremblant comme une feuille, puant la sueur et l'alcool. Elle n'avait nulle part où aller. Elle le suivi docilement. "Tiens, vas voir tonton Oscar...!" Il la poussa vers un petit homme aux doigts boudinés et ornés de grosses bagues en or.

"Ton papa t'aime tu sais" lui dit-il avant de se ruer sur un sachet que le petit homme lui jeta aux pieds...



TTR.

  • Dur, une descente enfer qui n'a rien d'une fiction hélas, comme on aurait voulu aider ... putain!

    · Ago 2 months ·
    Lwlavatar

    Christophe Hulé

    • Pour être honnête je me suis senti moi-même pas hyper à l'aise à la fin de l'écriture de ce texte.. ^^'

      · Ago 2 months ·
      Default user

      ttr-telling

Report this text