Trois-cents vingt-sixième notification

Damien Nivelet

Suite de "La vieille dame"

Après ma conversation avec la vieille dame, je me sentais bien. Je restais un peu dans le parc à observer ce qu'il se passait. Des enfants jouaient à colin-maillard, d'autres plus grands fumaient des cigarettes avec une drôle d'odeur... Des amoureux se promenaient main dans la main. C'était un chouette spectacle...
Tout ça fût interrompu par la nuit qui tombait. Chacun rentrait chez soi, il était l'heure !  Moi, je n'avais pas du tout envie de rentrer, l'idée même me désolait. Pourtant, il fallût bien s'y résoudre.
Je rentrais cependant chez moi par le chemin des écoliers, imaginant n'importe quel détour fantaisiste, histoire de voir un magasin, une librairie ou toute autre échoppe. Mais mon manque récurrent de deniers limitait mes possibilités.
Arrivé chez moi après ce petit périple, mon ventre criait famine. Je n'avais pas mangé de la journée, occupé dans mes pensées. Je ne savais pas quoi préparer... Je regardais dans le frigo. Vide bien évidemment. Il restait dans le placard de la cuisine du pâté en boîte et du pain de mie. Je me contentais de ce repas frugal.
Je me sentais fatigué, mais bizarrement je n'avais pas envie de dormir. Du coup, je me dirigeais vers mon ordinateur, juste pour regarder si j'avais eu des messages sur un célèbre réseau social. Dit réseau social sur lequel je me rendais trois à quatre fois par an. C'était très peu, mais ça me suffisait. Je m'occupais principalement par l'écriture, la rêverie, et mes disques. Je n'avais pas la télévision que je voyais comme un moyen de s'abrutir plus qu'autre chose...
J'allumais la machine, tapais mes mots de passe, et je m'aperçus que j'avais trois-cents vingt cinq notifications. Que de retard !! Principalement des alertes concernant des jeux auxquels j'avais joué par désoeuvrement et dont je m'étais vite lassé. Aussitôt joué, aussitôt oublié... Des nouvelles, aussi, de quelques rares amis qui étaient restés abonnés à ma page malgré mon côté dilettante. Puis survînt une trois-cents vingt-sixième notification. Ça provenait d'une personne que je ne connaissais pas... Intrigué, je cliquais dessus.
C'était un message d'invitation à faire connaissance de la part d'une jeune femme (du moins en apparence). Elle se présentait comme ayant des amis communs avec moi, et ayant entendu parler de moi, et surtout comme je n'avais pas assez verrouillé mon compte (elle avait eu accès à mes contenus), elle désirait me connaître. La situation me gênait, mais je me disais "ne sois pas si frileux". Et puis, c'était sur internet, donc virtuel. Je me laissais donc tenter par la proposition... Et nous entamions une conversation. Je lui posais, prudemment, des questions sur les amis communs. Elle répondît à côté de la plaque. Ce qui me fît sourire finalement. J'avais affaire à un faux profil, mais mon besoin de parler était si urgent, si pressant, que je me pris au jeu... Bien entendu, au bout d'une heure de banalités irréelles, elle me déclara être amoureuse de moi... Je riais aux éclats devant mon écran. Elle m'envoya des photos qui étaient censées être d'elle. Ça sentait le photoshop à plein nez... Décidément, j'étais dans une situation absurde. Après la cure de réel offerte par la vieille dame, je subissais les assauts d'une "brouteuse" qui allait sans doute finir par me demander de l'argent en échange d'une promesse d'amour infinie. Mais je jouais le jeu, jusque très tard dans la nuit... Elle me disait m'accepter comme j'étais, le rêve ! Qui pourrait se transformer en cauchemar financier... Et affectif, car il y avait malheureusement des personnes qui tombaient dans cet abominable piège.
Quand vînt le moment de me demander de l'argent car, bien entendu, elle devait se rendre à l'étranger pour toucher un héritage... Je coupais la conversation. Je la bloquais. Fin du jeu.

  • Excellente réaction :-).
    Je ne connaissais pas ce terme de "brouteuse", mon clavier averti non plus (azerty), il m'a écrit vigoureuse à la place de brouteuse, heureusement que je me suis relue.

    · Il y a 10 jours ·
    Visage etaine eire capture %c3%a9cran

    Etaine Eire

    • Un brouteur est un arnaqueur opérant sur Internet, notamment sur les réseaux sociaux. Sa technique consiste à séduire sa victime pour lui extorquer de l'argent, parfois même à la convaincre de se déshabiller devant une webcam puis de la faire chanter en menaçant de diffuser la vidéo.

      · Il y a 10 jours ·
      Scarface 1932

      Damien Nivelet

    • Le terme de brouteur provient de Côte d'Ivoire, « en référence au mouton, qui se nourrit sans effort »

      · Il y a 10 jours ·
      Scarface 1932

      Damien Nivelet

    • J'ai écris une nouvelle en parlant de ce brouteur sans savoir ce nom, dommage :-).
      J'ai une connaissance qui a eu affaire à un, elle y a cru, il l'a délesté de 2000€.
      Je me suis moqué d'elle d'être tombé dans un piège aussi grossier, elle n'a pas aimé, on est plus amie :-))).

      · Il y a 10 jours ·
      Visage etaine eire capture %c3%a9cran

      Etaine Eire

    • Le profil des victimes est souvent le même : des personnes seules, en gros manque affectif, à un point tel qu'elles croient n'importe quoi., du moment qu'elles se croient "aimées". C'est dommage pour votre amie, il y en a eu plein dans son cas.

      · Il y a 10 jours ·
      Scarface 1932

      Damien Nivelet

Signaler ce texte