Trou noir

Ysabel G

J’ai perdu ma vie dans tes yeux. J’avais cru y avoir vu mon ciel, ils n’étaient finalement que les trous noirs qui ont aspiré tout ce qui était moi, ma substance, pour ne me laisser qu’une enveloppe, ce corps qui ne sera plus que le foyer de la douleur, celle qui m’accompagne désormais dans chacun de mes gestes, la moindre de mes pensées.

Cette douleur qui seule, me rappelle que je suis toujours en vie.

Que feras-tu de tout ce moi que tu as emporté ? Sans doute, l’as-tu déjà laissé au bord d’une route, au détour d’un chemin, sans doute ne suis-je plus pour toi qu’un vague souvenir qui s’éteint.

C’est étrange de voir comme ma vie ne pèse rien, comme tu as pu l’oublier, la perdre sans même l’avoir senti.

Je t’ai tout donné : mon amour, mon âme, tout moi et, pour ne pas t’encombrer, je me suis faite toute petite, si petite que tu m’as oubliée. Tu as simplement avancé, continué ta vie, en souriant et saluant tes amis. Je n’étais rien, ai-je jamais existé ?

Report this text