Twistoire N°9 - Spéciale #RaysDay

Jeff Legrand (Djeff)

A l'occasion du RaysDay : #etsi... la cryothérapie existait à notre insu ? En pleine écriture du prochain roman, pas facile de mobiliser mon cerveau, mais chose promise chose due.

L'humanité est fixée devant sa TV. Neil Bradbury, le premier homme cryogénisé en 2012, va se réveiller en ce jour de 100éme RaysDay. #etsi


Conservé à -451°c et alimenté par le fluide Jomunsi©, Neil apparaît à la caméra, affaibli. Ses sens ne répondent pas, il panique. #etsi


Les médecins crient au génie. Après les humanoïdes, l'Homme supplée Dieu en allongeant la vie. Le cobaye est un mythe devenu star. #etsi


Dans sa chambre stérile, Neil, hagard, balbutie ses premiers mots à la caméra qui flotte devant lui « Où sont-ils ? ». Pas de réponse.#etsi


Il souffrait d'un cancer en phase terminale. Dans le coma, sa famille avait signé le protocole Fahrenheit. Il est maintenant soigné. #etsi


Ce n'était pas son choix, il ne souhaitait pas d'acharnement. Sa femme le savait. Que fait-il là, seul, observé derrière ces vitres. #etsi


Le gouvernement mondial ouvre une liste d'inscription pour les malades incurables, en recherche de vie dans l'attente d'un traitement. #etsi


Neil souffre. Il veut écrire ses pensées pour les cloisonner sur une feuille. On lui refuse ce droit et lui administre un calmant. #etsi


Neil veut mourir. C'est une liberté qui n'existe plus non plus. Soigner la santé mentale est le dernier grand défis de l'humanité. #etsi


Neil intègre à son insu le projet Happy. Il est heureux, plongé dans un rêve où sa famille l'accueil. Le cobaye ne meurt jamais. Fin #etsi

Report this text