Un homme -5-

aile68

Il guette Marie-Claude comme une proie et il n'aime pas ça, ça ne correspond pas à son caractère. Quand il la voit arriver avec d'autres collègues masculins, il est pris d'une jalousie terrible et décide de se plonger dans son travail mais la chose n'est pas aisée. Il mâchouille son stylo comme un enfant qui ne comprend le problème de mathématiques qu'il doit résoudre, se ronge les ongles puis décide soudain de retourner aux toilettes pour ne pas attirer l'attention. Mais qui se préoccupe de lui se dit-il, il a parfois l'impression d'être un fantôme quand les autres parlent autour de lui comme s'il était absent. Avec désespoir il s'appuie au lavabo, en soufflant très fort plusieurs fois d'affilée, il a le ventre noué, il est désemparé. ça fait combien de temps qu'il n'est pas sorti avec une femme, se demande-t-il encore, il n'y arrivera jamais. Depuis deux ans qu'il travaille dans ce bureau, il n'a parlé à Marie-Claude que pour des raisons matérielles, l'agrafeuse, un trombone, du scotch, jamais il ne l'a regardé en face, jamais. Il a envie de changer de boulot, travailler sur les chantiers, au grand air, côtoyer le moins de femmes possible. Il s'asperge le visage d'eau fraîche pour retrouver son calme. Il ira courir ce soir, retrouver un peu de liberté, sentir un peu d'adrénaline lui fera du bien.

Il retourne à son bureau comme s'il ne s'était rien passé en évitant de regarder vers Marie-Claude. Il lui en veut de le rendre si vulnérable. L'après-midi s'écoule pour lui avec un calme apparent qu'il essaie de maîtriser comme il peut. A la pause de 16h il file à la machine à café, où il retrouve Serge et Rémi. Ils sont en train de parler du match de foot de ce soir, notre homme se mêle un peu à la conversation plus par savoir-vivre que par intérêt. Il est mal dans sa peau, il pense qu'il devrait aller voir son ami Daniel, le chirurgien, lui saurait le conseiller pour ses blocages vis-à-vis des femmes, il a envie de tout raconter, absolument tout, sa solitude, ses années perdues à la fac, l'alcool. La pause ne dure qu'un quart d'heure, c'est contrit qu'il retourne au travail quand il croise Marie-Claude. Que dire, que faire, lui sourire ou l'ignorer comme un goujat, il opte pour un sourire timide auquel la femme répond gentiment. Premières manifestations humaines entre deux êtres qui ne savent rien l'un de l'autre, c'est tellement doux que Gérard se sent mieux, réconforté. Marie-Claude,elle, a apprécié ce sourire timide presque tendre, elle ne le regardera plus de la même manière à présent.

(à suivre)

  • Voilà un bon début ! Un sourire est toujours le début de quelque chose. A suivre, donc !

    · Ago about 1 month ·
    Coquelicots

    Sy Lou

  • L'amour paralyse souvent et empêche ainsi de s'exprimer, montrer ses sentiments à l'autre. J'espère que notre homme y parviendra. Il y a cependant un pas de fait avec ce sourire !

    · Ago about 1 month ·
    Louve blanche

    Louve

Report this text