1

axelbolu

    Nous étions 1. Arnaud, Harold, Lucas et moi. On avait décidé de partir aujourd’hui à 16h. Ca s’était fait comme ça, sur le vif. Longtemps qu’on y pensait à ce grand voyage mais c’est seulement ce matin que la décision fut prise. La difficulté c’était de savoir quel quart chacun allait représenter. Qui allait se mettre devant, qui derrière, et au milieu ? On allait se battre sans doute. Mais qu’importe ! On était 1 et on allait partir aujourd’hui, à 16h pétantes.

    Le problème avec les nombres impairs c’est leur fâcheuse tendance à être asymétriques, instables. On préfère tous les nombres pairs : ils sont rassurants. Ils sont solidaires de leur binôme. Par exemple lorsqu’on monte le volume sur une chaîne hi-fi, on aime souvent le monter de 2 crans, passer de 16 à 22. 21 ça sonne pas bien… Tout comme 23. Ca tient pas. C’est casse gueule. Du coup j’avais super peur que le voyage soit inconfortable au possible, glissant. Mais c’était comme ça : aujourd’hui à 16h ! C’était décidé.
    A15h30 : personne. Pas le moindre foutu signe de la moitié d’un quart.
- Putain mais qu’est-ce qu’ils foutent ? me dis-je un peu anxieux. Il faudrait pas qu’on parte à moitié non plus !
    J’avais la main posée sur ma valise rose et l’autre enfouie dans la poche de ma parka, tripotant la doublure de la veste, aussi douce qu’une plume d’oie. Ca me réconfortait dans mes moments de doutes comme dans mes réflexions les plus profondes. Un peu comme on scotche, absent, les yeux fixés sur la liste des ingrédients, le dos du paquet de Kellogs’ le matin au petit dej’. Dans mon esprit débutait un combat de catch improbable. A gauche : mes doutes et mes angoisses. A droite : mes envies et mon optimisme. S’ils ne viennent pas qui l’emporte ? Je pars ou je reste ? J’agrippais nerveusement la poignée de ma valise funky, comme si le train allait partir d’une minute à l’autre. Je fixais l’horloge qui semblait remonter le temps. Putain j’ai cru voir Marty McFly au distributeur de café !
    Ce qu’il faut savoir d’un voyage premier de ce type c’est l’enjeu qui en découle. Il ne peut y en avoir qu’un dans une vie. Logique… Si vous le ratez il n’y aura plus que des suites sans saveur de 2, de 3, de 4 et autres chiffres dénués d’intérêt. Il n’y a que le 1 qui compte et c’est à 16h bordel ! Des images défilent derrière mes yeux, côté nerf optique : l’océan multicolore de Denzabra, les forêts tropicales de la région d’Artuis, les gazelles sociables, les lions rieurs et les milliers de lampions le soir au bord du Kengasi. Ca picote un peu. Des clichés lointains sur le point de devenir réalité. Là au bout de ce train. J’ai l’impression qu’en tendant le bras, en étirant mon doigt le plus long je pourrais peut-être les toucher. Mais c’est faire fi de la distance. Ces quelques kilomètres qui me séparent de The One And Only. Il parait que là-bas on peut surfer la plus belle et la plus longue vague jamais imaginée. On peut rester des heures entières dans son creux. C’est la fatigue qui vous fait tomber à la renverse, pas un remous ou une mauvaise manœuvre.

    Je me souviens du premier soir où j’ai parlé de The One And Only à mes associés. Je me rappelle encore très bien, 11 ans après, de leurs yeux ébahis, des chipsters que j’ai reçu en plein visage ; de quelques rires chatouilleux aussi. Il aura fallu en écouler des bières avant qu’ils ne me prennent au sérieux.
    - Est-ce qu’il y aura des putes ? Comme dans le quartier rouge d’Amsterdam ? Et des néons ? m’avait jeté Harold à la gueule. On en aura combien chacun ? Nan, parce que dans le Coran ils en ont des centaines des vierges hein ! insistait-il un sourire au coin de sa bouche surdimensionnée, les sourcils tellement relevés, comme un V inversé, qu’ils touchaient presque la racine des ses cheveux. Te fous pas de notre gueule Axel ! T’as intérêt à être convaincant !
    Je crois que je les ai eu quand je leur ai parlé des kilos de Pépitos et de Banga qu’on allait pouvoir se coller dans le bide là-bas. Manœuvre bassement politique il faut l’avouer… Ils ont roulé par terre de bonheur. Le soir même, confiant, j’avais déjà bouclé ma valise rose et collé dedans mon ipod blindé de bon son, mes 3 t-shirts préférés et mon ours Ata. J’étais prêt !

    11 ans plus tard : 15h47 et toujours 0,25. Mon pied droit me gratte… Je décide alors de déballer mon fidèle lecteur fruitier et me coller un son dans les oreilles, bien profond. Bill Withers s’exclame alors sans prévenir : « Ain’t no sunshine when she’s gone ». Je pense aussitôt à elle. Ca m’énerve qu’elle puisse savoir qu’à chaque fois que j’écoute ce titre, un des morceaux les plus repris de l’histoire de la reprise, je pense à elle. Elle le mérite pas. Elle m’a trop fait galérer. « And i know, i know, i know, i know, i know, i know… ».

    15h56 le train entre en gare sans un bruit, comme un caillou qui ricoche sur un lac. Comme si j’avais répété 1000 fois ce geste, je me lève, toujours agrippé à ma valise rose, et je fais le premier pas, celui qui me mène sur le quai. Jamais je ne reverrai ma terre natale. Je ne me retournerai même pas pour la regarder une dernière fois, malgré mon épaule qui me tiraille vers l’arrière. Les yeux dans le vide, comme happés par un mirage que je suis le seul à voir, je regarde droit devant moi. Mon rêve va enfin se réaliser. Peu importe si mon corps s’éparpille dans le wagon. Je ne suis pas 1 mais j’avance. Je suis décimal mais je pars.

HOU LE VILAIN BUG !!! Je recopie la dernière phrase si elle s'affichait mal : "Mon rêve va enfin se réaliser. Peu importe si mon corps s’éparpille dans le wagon. Je ne suis pas 1 mais j’avance. Je suis décimal mais je pars."

  • Yihaaaaaa ! Merci Léo ! Ca me fait très plaisir...

    · Ago over 8 years ·
    Axel bolu ab avatar

    axelbolu

  • Yihaaaaaa ! Merci Léo ! Ca me fait très plaisir...

    · Ago over 8 years ·
    Axel bolu ab avatar

    axelbolu

  • Bravo Axel ! J'aime ton humour et trouve ton texte très bien mené. Singulière écriture effectivement ! A partager : Coup de coeur !

    · Ago over 8 years ·
     14i3722 orig

    leo

  • J'aime bien cette écriture qui se prend pour du baratin (ou inversement). On sent le pote qui raconte son histoire aux 0,25 suivants, même si le style reste assez "écrit". Bon, pour un texte court, ça passe très bien. Je suis moins convaincu que ça fonctionne aussi bien pour un récit plus long (ça risquerait de devenir lassant). En tous cas, coup de coeur pour celui-ci !

    · Ago over 8 years ·
    Tumblr inline mscoh90pca1qz4rgp

    saint-james

  • Hey c'est gentil ça Sabine ! Appréciant moi-même ton talent (il faut que je te lise un peu plus) je prends ton commentaire très à coeur. A très vite.

    · Ago over 8 years ·
    Axel bolu ab avatar

    axelbolu

  • Un joli rythme. Y'a du talent dans vos lignes. Bravo jeune Axelbolu. Chuis fan. La suite quand vous voulez. Me suis régalée à boire vos mots.

    · Ago over 8 years ·
    Extraterrestre noir et blanc orig

    bibine-poivron

Report this text