A toi qui parles trop

violetta

Il y avait tes mains, ta bouche, ta peau,

Mais il y avait des intrus : tes mots

Il y avait ton regard, ton sourire,

Mais il y avait tes idées ! (soupirs…)

Tu aurais pu te contenter de m'aimer

Me caresser, me faire rêver

Tu aurais pu te retenir de m'ennuyer

Avec ton idéologie

Qui m'assombrissait l'esprit

J'ai besoin d'un monde ouvert

Tu m'offrais du binaire

J'ai besoin d'un monde apaisé

Tu ne le voyais que divisé

Il m'a fallu des années

Pour retrouver un rapport au monde

Fluide comme une onde

Alors à nouveau t'entendre et t'écouter ?

Comment peux-tu imaginer

Que cela puisse m'attirer !

Si tu m'avais dit, puis-je à nouveau t'aimer ?

Puis-je contre ta peau ma peau presser ?

Ma réponse eût été différente.

Mais tu ne l'as pas dit.

 

 

Report this text