BERLANGE ET SES ROBOTS

suemai

«Il était une fois Berlange, que même la solitude et la tristesse délaissaient.»

Un jour, feuilletant un de ces sites où l'on retrouve de tout

Son regard fut attiré par ce reluisant visage amer et doux

Sur prix épinglé, rouge argenté, il se vendait au plus offrant

D'un tel ennui, elle s'offrit son nouvel ami, tel un présent

 *

L'observant d'yeux d'une mère vaguant au vent des solitaires,

Elle ne put que percevoir ce sourire, aux allures mécaniques

Que servitude, depuis ces temps nouveaux, aux odeurs austères

Ne laissait qu'entrevoir qu'une petite peine, qu'à peine unique

 *

Toudou enivrait la maison de ce goût de lavande, si douce       sensualité

Berlange s'aveuglait de reflets, couleur secrets oubliés des saisons

Vint un soir magnifique où Berlange, à mille temps et lieux de se douter,

Se vit chevaucher d'un chaud robot brandissant haut, flamme et fanion

 *

Que de nuits de jouissances, là où Berlange, n'osait jamais poser le pied

Elle en redemandait. Le petit robot, aux aguets, s'exécutait, se donnait et l'aimait

Berlange regretta, cette lointaine vision de l'ange, qu'impatiente, elle désirait,

Aussi vaste que l'entier des océans, là où se découpent ces mères de pérennité

 *

On lui conseilla Dardemo ancien roi, déchu laquais, d'une vaste connaissance  

Berlange s'y rendit. L'homme en perdait ses mots, si lourde tâche, on lui prêtait

De son regard Berlange lui dit, que lui seul pouvait lui rendre ce qu'on lui devait

Tristement, Dardemo accepta l'impossible : rendre l'âme à un robot sans conscience

 *

Dardemo y travailla autant qu'un dieu prit de temps à supputer et créer l'univers

Un jour, ses yeux s'illuminèrent. Un petit garçon l'entretenait, de poésies et galaxies

Berlange vint aussitôt récupérer cet enfant inespéré, fruit idyllique de tant d'interdits

Elle le berçait des nuits entières, attendant que la terre crache ses derniers viscères

 *

Heureuse et malheureuse, Berlange se languissait et regrettait ce pays aux mille feux

Un soir son corps trahissant ce besoin si naturel de sentir en elle, briller l'étincelle

Fébrile, elle se retrouva fouillant cet endroit, où l'on vend tant de l'enfer, que du ciel

Elle reconnut son petit robot, tout brillant, grand conquérant d'un lieu, si merveilleux

 ***

«Il fut une fois Berlange, entourée de ses amours : Les petits robots.» 

  • HELLo, Sophina outre-Atlantique !
    Here is... the herborist...

    · Ago almost 8 years ·
    030

    rimaillon

    • hey, salut toi. Je pensais t'avoir perdu comme ami. J'ai plutôt été méchante avec toi à notre dernier contact,. Je te prie de m'excuser. Je suis vraiment heureuse de te retrouver. une grosse bise So

      · Ago almost 8 years ·
      6a012876c02e5d970c019affb02dba970d 500wi

      suemai

  • J'aime çà, quand c'est bazar...

    · Ago almost 8 years ·
    Philippe effect betty

    effect

    • Le «Big Bazar, fais comme le robot»^^ non je blague, je comprends. J,ai, à quelque part réécrit l’histoire de Pinocchio, qui devient celle de Berlange tiraillée entre l'enfant qu'elle désire et le petit robot lui faisant découvrir sa sexualité. Cool de te lire mon ami, bises Sue.

      · Ago almost 8 years ·
      6a012876c02e5d970c019affb02dba970d 500wi

      suemai

  • Etrange et poétique.... :-)

    · Ago almost 8 years ·
    12804620 457105317821526 4543995067844604319 n chantal

    Maud Garnier

    • alô Maud (sans e)^^ c'est un peu le style d'écriture qui est étrange avant tout, enfin je crois; une prose poétique. Je ne me souviens plus comment tout ça s'est fait, je devais siphonnée un fond de bouteille de scotch^^

      au fait, j'aimerais discuter d'une création commune, moi texte et toi dessins et/ou influence d'un coté comme de l'autre. Si l'idée peut t'intéresser... bise, Sue

      · Ago almost 8 years ·
      6a012876c02e5d970c019affb02dba970d 500wi

      suemai

Report this text