CAFE TERASSE

gone

Ça y'est, les jours ont commencé à raccourcir, on sent que les journées longues de l'été accompagnées de leurs éclats de rires, de leurs festins entre amis, de ces soirées grillades, de musique agrémentées d'un verre, et ces éclats de rire, et ce soleil qui prend son temps avant d'aller se coucher. Le monde vit, les gens vivent et se sentent presque éternels, baignés dans un profond sentiment de joie. L'été tire délicatement sa révérence, mais tout est encore si beau, si doux, si tendre. Il y a tant encore à apprécier avant que ne tombe la nuit trop tôt. Trop tôt pour se blottir au chaud, près d'un feu, d'écouter de la musique, d'avoir froid, de prendre une couverture, d'être bien. De profiter de chaque instant à la lueur des lampes qui éclairent à peine, laissant cette lumière délicate apaiser l'esprit du tourbillon de la journée. Et puis se blottir. Se sentir au chaud.

C'est assise à cette terrasse que je commandais un café. Je regardais ce couple qui était là avant moi. Ils étaient assis l'un en face de l'autre. Lui sur son ordinateur, elle écrivait stylo en main sur un cahier à spirales qui n'avait aucune ligne. De temps en temps elle regardait les nuages, les oiseaux, les branches des arbres où les feuilles étaient attachées là, s'inclinant délicatement après une journée ensoleillée. Elle s'arrêtait parfois pour regarder les gens, les observant dans leurs comportements, les écoutant. Elle les observait. Puis, retournait écrire. Lui, il ne quittait pas son écran des yeux, parfois levait les yeux vers elle, puis continuait. Comme ça on aurait dit que quelque chose lui était dicté… ses mains ne lâchant pas le clavier un seul instant. Elle le regardait avec une tendresse infinie en mordillant son stylo. Elle le regardait, l'observait, souriait, puis tendait la main lui caressant le poignet amoureusement, ses yeux étaient posés sur son texte qu'elle lisait, puis reprenait…

Elle devait avoir fini son café puisque elle appela le serveur «Puis-je avoir un double expresso avec un verre d'eau s'il vous plait ? » Le serveur parti il fronça les sourcils en la regardant : il avait un regard très intense « Encore ? Tu en as bu combien depuis qu'on est arrivé ? » « Onze » lui répondit-elle sans le regarder mais en souriant !

Lorsque le serveur lui apporte son café, elle le remercie. Lui se cale au fond de son fauteuil. « Ca y'est tu as fini ? Je peux le lire ?... pour moi c'est bon… enfin ça le sera tout à l'heure ! » Il passe sa main dans ses cheveux, ferme un instant les yeux, sa tête est penchée en arrière, elle le dévore du regard, c'est impressionnant. On voit qu'elle l'aime, qu'elle aime chacun de ses gestes, de ses mots, sa voix… il se lève et elle aussi et échangent  leurs places. Il pousse son café vers elle après en avoir bu. « Tu peux le garder, je n'aime pas quand il est sucré ! » Il la regarde et pousse malgré tout le café en pinçant la sous-tasse. Elle lui sourit, tourne la tasse et bois au même endroit où il a posé ses lèvres avant elle.

« Alors…. » « Alors… »

Chacun se penche sur le travail de l'autre et alors que chacun est pris par sa lecture, elle lui prend sa cigarette avant de lui tendre ses lunettes qu'il avait laissées sur son clavier. Libéré de sa cigarette il prend le stylo dont elle se servait et commence à raturer, noter des choses… « Ça ne va pas là, tu brodes trop… décidément ! » Elle l'écoute et le regarde faire, puis retourne à sa lecture. « Je peux modifier un truc là ? C'est trop ! » Il redresse la tête, surpris, ôte ses lunettes… « Modifier quelque chose ? Mais quoi ? Tu n'effaces rien !!! » « Comme d'habitude… depuis le temps… » Elle continue sa lecture, lui a fini. Elle allume une cigarette qu'elle lui tend « C'est génial ! J'adore ! » Elle change de visage au fil de la lecture, on sent qu'elle est prise par les émotions …

 

Je les ai regardés un long moment. Ils étaient tous les deux mais on avait l'impression de faire face à une seule personne. Ils étaient un. On sentait cet équilibre où lui recadre les choses et elle arrondit les angles… et si c'est l'impression que j'ai de leur écriture, c'est peut-être aussi leur vie qui est comme ça, où chacun, aussi différent s'apporte et enrichi l'autre. C'était beau à voir. Beau de la Beauté, de l'inconditionnalité, beau de vérité, de fusion, d'unité. Il n'y avait pas de jeu là, il n'y avait pas de rôle, il n'y avait pas de personnage. Il y avait deux personnes qui sont dans un élément commun, dans une communion de l'esprit, du cœur… Ils sont sublimes ces amoureux…

L'Amour, ici, avait un parfum d'éternité. Comme si ils étaient unis depuis toujours et qu'ils le seraient à jamais…

La communion de leurs corps, j'y pensais… doit être aussi intense dans cette Beauté-là…

Ils sont Un.

  • Belle analyse !

    · Ago 2 months ·
    Louve blanche

    Louve

  • Une très chaleureuse peinture d'un couple vrai, réellement uni !

    · Ago 2 months ·
    Oiseau... 300

    astrov

    • Oui. Il y avait là tant d'amour...
      Mais ce ne sont que des mots sur une page, écrits par un pseudo...
      Il y avait tant d'amour.
      L'amour existe, et pas que dans les livres... heureusement d'ailleurs.
      je vous souhaite plein de bonheur

      · Ago 2 months ·
      00

      gone

Report this text