Concours Intervalles - La métaphore du dragon

pascale91

Début du livre
I

Maravillas, un jour... ou l'autre


    La première fois, ça me fait un drôle d'effet. En réalité, ce n'est pas la première fois que ça arrive, c'est la première fois que je l'analyse. Après l'entraînement, je vais pour emprunter le passage dérobé vers les vestiaires, raccourci commode pour esquiver l'étape autographes, photos souvenirs, autographes, tapes dans le dos, blablabla et... re-autographes ! J'agis comme ça sans scrupule quand l'enjeu fait monter la pression. Je veux bien être sympa avant, après ; beaucoup moins au cœur d'une compétition.

Seulement brusquement, sans raison, je change d'avis pour traverser le complexe à découvert. Je ne me vois même pas rebrousser chemin, je me retrouve à déambuler dans l'allée extérieure, encadré par des vigiles qui m'ouvrent le passage au milieu de la foule. Un bug, un accident de parcours de plus, mais là, je sais que ce n'est pas moi qui ai décidé. Parfois, j'ai le sentiment de n'être que l'exécutant de ma propre histoire, un pion qu'on recale à l'endroit qui convient. Parfois, souvent, ou tout le temps... Et « on », c'est qui ?

Ensuite, les évènements s'enchaînent, implacables. Je suis remonté de m'être laissé embarquer sur un trajet semé d'embûches, alors je marche au pas de course en regardant mes pieds. Évidemment, je ne la vois pas, elle qui me tourne le dos, plantée au milieu de ma trajectoire. Comme personne ne la pousse, étonnamment, c'est moi qui lui rentre dedans. Elsa est sur ma route, nouvel accident prémédité, je le sens. Je souris, elle rigole, je lui offre un café pour me faire pardonner ; elle accepte, stupéfaite et ravie d'être tombée dans mes bras de champion distrait. Aucune hésitation sur ce que je dois dire ou faire : Elsa est la femme de ma vie.

Pourtant, il m'arrive fréquemment de soutenir des clins d'œil concupiscents, de croiser de séduisantes créatures ostensiblement acquises à ma cause. La tentation est le lot quotidien d'un type célèbre. Mais j'ai la tête sur les épaules et  je suis fidèle à ma fiancée. Je l'étais... jusqu'à ce je déroge à tous mes principes. Pourquoi ? Est-ce qu'Elsa possède ce que les autres n'ont pas, ou est-ce que je n'ai pas le choix ? J'ai une voix qui me parle de l'intérieur. Et comme elle beugle de plus en plus fort, je suis obligé de l'entendre. Une voix qui me rassure, qui me fait peur, qui me dit que je vais gagner aujourd'hui ; une voix qui me réveille la nuit et qui m'appelle, sans cesse. Alors je veux savoir ce qui guide ma vie.

L'autre première fois, ça se passe dans mon lit. J'ai une vision. Je pense que c'est un rêve. Je m'évade de mon corps, happé vers un univers insolite qui n'est pas le mien. C'est mon apparence qui me frappe : je suis encore moi, mais en version moitié solide moitié gazeuse, comme un fantôme, un peu. Le décor : un pavillon modeste avec quelques pièces. Je ne sais pas où je suis, il fait nuit. L'air est chargé d'humidité, mais pas de celle qu'on éprouve en bord de mer. Moi, je vis sur une île au soleil et là, je suis formel, ça n'a rien à voir. Objectivement, ça sent... la cigarette, la banlieue et la vie ordinaire. Inexplicablement, je suis fasciné par l'endroit. Et puis d'un coup, il y a elle au milieu et je comprends pourquoi.
Elle m'évoque Elsa : comme elle, elle me tourne le dos. Comme pour elle, j'éprouve une attraction magnétique, mais le degré d'implication est plus intense : là, derrière elle, je sens que j'ai un vrai rôle à jouer, le mien. Mes sens sont en émoi mais je me contente de l'épier, parce que ma présence relève de l'anormalité, je crois. Elle pianote sur les touches d'un clavier, assise en face d'un vieux PC, pendant qu'un texte noircit la surface du moniteur. Elle s'interrompt à peine pour tirer sur une blonde entamée, qui répand dans la pièce des volutes de fumée acre et bleutée. La curiosité me tenaille mais j'ai peur de m'approcher. Je pense qu'elle sait que je suis là, mais que nous n'osons pas nous faire face. Pas encore... C'est au moment où je m'apprête à ouvrir la bouche que je retombe sur mon lit, enivré, et frustré.
Ça, c'était la première fois. Depuis, les visions se multiplient et je finis par les espérer. Elle vient de là, la voix, j'en suis persuadé. Qui est cette femme ? Quelle est la nature du lien qui nous unit ? Se pourrait-il qu'elle existe vraiment ? Jai besoin d'elle et confusément, je devine qu'elle a besoin de moi. Alors tant pis si je sombre dans la folie mais pour elle, pour les réponses qu'elle doit m'amener, je suis prêt à aller au bout du monde, et même au delà. Pourquoi je dis ça ? Ça n'a pas de sens. Enfin peut-être, je ne sais pas...

Pour l'heure, je vais partir pour le stade où je gagnerai mon affrontement. Evidemment, je vais gagner parce que c'est ce qu'on attend de moi. Ensuite... ensuite, je continuerai à faire ce qu'on attend de moi. Je fêterai mon triomphe et puis je ferai l'amour à Elsa. Mais la nuit après ça, et toutes les nuits qui suivront, je fermerai les yeux pour retourner là-bas, chez cette femme d'un monde que je ne connais pas... Et le moment venu, j'établirai la connexion. 

Synopsis

Presque quadragénaire en mal d'amour et d'émotions oubliées, Sonia rêve d'une irrationnelle évasion. Coincée entre son statut de mère affranchie et son quotidien huilé, c'est virtuellement qu'elle se résout à prendre la fuite, via la rédaction d'une romance passionnée, dans laquelle elle se lance corps et âme. Voyage au pays des merveilles par procuration, au travers de l'héroïne de son récit, qu'elle dessine à sa propre image.
Jouissance incomparable que de réinventer le monde comme un conte de fées. Sonia retrouve son cœur de gamine et découvre la liberté. Démiurge omnipotent à l'intérieur de son histoire, elle éprouve le sentiment de s'envoler, portée par les ailes du dragon de la création. À Maravillas - nom qu'elle choisit pour désigner l'univers de sa fantaisie -  toutes les lubies sont permises, y compris celle de s'assurer l'amour indéfectible du prince charmant, et de prêter à ce dernier les traits et la destinée hors norme d'un vrai champion sportif adulé, le sublime Carlo Nives, dont la plastique avantageuse la fait fantasmer. Quelques mots ajoutés, quelques phrases habilement tournées et hop ! Milan le héros est né. Façon de parler : une naissance au sens symbolique du terme. À moins que...

Tellement né au contraire, tellement galvanisé par l'Amour, irrésistiblement attiré vers le monde des hommes par le désir impétueux de sa créatrice que Milan transcende la métaphore, débarquant au milieu du salon et de la vie de Sonia pour la prendre au mot, lui offrir le miracle d'une passion infinie pour voyage, celui auquel elle semblait tant aspirer. Aller simple pour Maravillas avec le prince charmant...
Seulement... les miracles peuvent devenir embarrassant quand ils vous conduisent au pied du mur de vos contradictions. Contrainte d'entériner la venue de Milan comme un fait tangible et non comme un accès de schizophrénie passager, Sonia n'est pas prête pour le grand départ tout compte fait. Elle réalise qu'elle veut Milan en chair et en os à ses côtés. Problème : malgré la volonté de Sonia, Milan demeure insaisissable, incapable de se matérialiser pour de bon, une véritable enveloppe charnelle lui faisant défaut. Insoluble ? Peut-être pas.

Parachuté malgré lui dans la peau de Carlo Nives, suivant un nouveau décret prodigieux de Sonia, Milan accèdera aux exigences de sa créatrice. Mais quand le rêve épouse la réalité, les choses se compliquent sérieusement et Sonia l'apprendra à ses dépens. Bazardé au cœur du livre de Sonia dans un lien de cause à effet, le véritable Carlo entraînera finalement l'écrivaine dans un drôle de voyage, mission de sauvetage improvisée.

Un jeu de rôles inversés qui virera au cauchemar loufoque, dans un monde où il ne fait pas bon être simple mortel. Action, suspense, anachronismes et délires garantis, mais il faudra toute l'ingéniosité de Milan, promu champion terrien par intérim, pour sortir Carlo et Sonia du pétrin et tenter d'échafauder une invraisemblable stratégie afin de s'octroyer à son tour, une place au soleil de l'humanité.
Dans cet imbroglio d'aventures surréalistes, le dragon de la création a beau n'en faire qu'à sa tête, il aura fort à faire pour prouver que le grand Amour est compatible avec l'exercice de la vie sur terre.

Report this text