Corridor fleuri

Christian Le Meur


Ton corps nu

                   Revêtu du voile pudique de l'aurore

Frissonne de désir

                    De plaisir

Lorsque sur ta peau

                    La rosée dépose des perles de sensualité



Insouciants, nous accueillons l'aube naissante

                   Jeu de caresses

Qu'orchestre en Do-Ré de lumière

Le chant des anges ici conviés.


Elle: demain, m'aimeras-tu encore?


Réfugié dans cet instant d'éternité

Mes rêves laissent place à la simplicité du bonheur

Enfin vivant, je te répond par mon sourire

                    Mon silence.


(Photo de l'auteur)
Report this text