Coup de torchon

Marc Menu

La rivière allait bon train, charriant branches et autres vestiges de la tempête.  On l'aurait dite en crue de printemps - alors qu'on était au plus flamboyant, au plus fauve de l'automne.

L'orage de la nuit précédente t'avait laissé pantelant, exsangue, électrique. Ce matin, assis au bord de cette Loue qui n'en finissait pas de bouillonner, tu regardais, là-bas, là-haut, les premières pentes du Jura.

Tes pensées allaient à cette autre rivière,  le Hérisson de tes anciennes amours, qui, gorgées d'eau, devaient cascader comme jamais.

Et tu attendais, comme dans le proverbe. Que passe le cadavre de tes ennemis. 

  • De sacrées chouettes tournures: Le hérisson de tes anciennes amours, j'aime de la façon dont ça pique/percute. Que passe le cadavre de tes ennemis...Et le fauve de l'automne.
    un ensemble qui a de la gueule.

    · Ago about 9 years ·
    Avat

    hel

    • waouw ! grand merci... un commentaire qui fait du bien :-)

      · Ago about 9 years ·
      Pend%c3%a9

      Marc Menu

  • Fiction disiez-vous?

    · Ago over 9 years ·
    Clamoiselle

    Véronique Pollet

    • toute ressemblance... etc.

      · Ago over 9 years ·
      Pend%c3%a9

      Marc Menu

Report this text