Décembre

isuzu

Samedi 1e décembre 2012

07 h 00

Le réveil sonne. Je l'éteins, machinalement. Puis je me lève, péniblement. J'essaie de mettre mon cerveau en route : Quel cours ai-je aujourd'hui ? Je n'ai pas la moindre idée de quel jour on est. Alors j'essaie vaguement de me rappeler d'hier. Quel cours ai-je eu hier ? D'après les quelques souvenirs qui me reviennent, ça ressemblait vaguement à un vendredi. Donc on serait samedi. Je cherche mon portable. Je lui fais plus confiance qu'à ma mémoire, surtout le matin. Je ne le trouve pas. J'attrape mon ordinateur au pied du lit. Je l'allume, tape le code, le bruit du démarrage retenti. Je regarde en bas à droite : « 07 :08 01/12/12 ». Nous sommes donc le premier décembre. Je passe ma souris sur l'horloge, « samedi 1 décembre 2012 ». J'éteins mon PC aussi sec. Je me recouche en me maudissant d'avoir une fois de plus oublié d'éteindre mon réveil la veille. Peu à peu les quelques neurones qui s'étaient éveillés dans mon cerveau se rendorment.

09 h 34

Je me réveille doucement. Je jette un œil sur le réveil, il indique 09 : 35 très exactement. Je me lève sans me presser. Je me dirige vers le frigo et je prend la brique de lait et le jus d'orange. Je referme le frigo et prends un bol, un verre et le paquet de céréales dans le placard. Je m'installe à table et mange en regardant le paquet de céréale et la bouteille de jus d'orange, qui ne sont pas de très bonnes compagnie.

Je débarrasse la table,et projette de m'attaquer à la montagne de vaisselle qui déborde de l'évier. La perspective d'une telle aventure ne me plaît pas trop. Je préfère de loin m'installer sur mon lit avec mon ordinateur portable sur les genoux. L'écran s'allume et je lance aussi tôt internet. Un popup m'informe à nouveau des douze message contenue dans ma boite de réception. Je commence donc, comme d'habitude, par un rapide tour sur ma messagerie. Quelques newsletters m'informent de choses dont je n'ai la plupart du temps rien à faire ou dont je suis déjà au courant. Les pubs me donnent des codes de promotions dont je me servirais jamais. 10 euros sur un produit dont je n'ai pas besoin, 15 euros à partir des 100 euros d'achat que je ne dépenserais jamais... Un mail du site d'annonce de petit boulot, qui deux jours après m'assure que mon annonce est bien en ligne et une énième pétition à signer. J'ai souvent tendance à penser que ma boite de réception est à l'image de ma vie. En ce moment est elle plus qu'ennuyeuse.

Je vais un rapide tour sur facebook où il n'y a rien de très intéressant non plus. J'apprends qu'une de mes amie n'est maintenant plus en couple avec cet idiot superficiel qui lui servait jusqu'à présent de petit ami. Le « j'aime » et la trentaine de commentaires d'insultes très peu recherchées qui s'en suivent, donnent une très bonne idée de la bêtise humaine. J'aimerais dire que twitter relève un peu le niveau, mais pas ce matin. Il y a exactement quatre photos de chaton et six mauvaises blagues sur la fin du monde.

Depuis le temps je pensais que les gens s'étaient calmer sur la fin du monde. Depuis que l'an 2000 est passé sans encombre le peuple avide de catastrophe s'est tournée vers le calendrier Maya. Ce semblant d'hypothèse rendu célèbre par le film 2012 a réussi à alimenter à lui seul toute les blagues foireuses de Noël et du nouvel an 2011. Je n'ai pas vu ce film, mais j'imagine qu'il n'a rien de plus que tout les films de catastrophes conçu sur le même modèle qui lui ont précédé. Et pourquoi tant d'extrapolation sur ce calendrier Maya ?! C'est un vulgaire calendrier, pas une prophétie. Surtout qu'il a été créé par un peuple qui s'est éteint bien avant la fin de son calendrier. Et qui plus est depuis d'autres calendriers Mayas allant plus loin que la date « fatidique » du 21 décembre 2012 ont été trouvés. Pourquoi à notre époque où la science à fait tant de découverte, autant de gens sont encore aussi obnubilé par les prophéties et autres messages tirés de diverses croyance à la véracité plus que douteuse ?

Que pensent-ils qu'il arrivera ce fichu 21 décembre ? L'explosion de la terre ? La destruction du soleil ? Des séismes et ras de marré titanesque ? Une catastrophe nucléaire ? Le retour des prophètes ou la venue d'un nouveau ? L'arrivé des quatre cavalier de l'apocalypse ? Le jugement dernier ? Et pourquoi pas le retour du roi Arthur ? La bêtise sans fin de l'humanité m'étonnera toujours.

J'éteins mon ordinateur et décide d'aller prendre ma douche plutôt que passé plus de temps à m'énerver toute seule contre l'humanité entière. Je met mon pantalon de survêtement et un vieux t-shirt, et décide de me plonger un peu dans mes cours. Après tout je n'ai rien de mieux à faire. J'en viens presque à regretter de mettre fait virer de mon boulot. Ne plus travailler le week-end me promet de belle perspective d'ennui. Il faut vraiment vite que je me trouve un autre travail avant d'avoir envie d'acheter une télé pour passer le temps. La littérature du 20e siècle n'est pas devenue plus passionnante avec l'ennui. Et dresser la carte du roman Lolita ne m'apparaît pas comme une activité plus intéressante. Mais bon pour une fois que j'ai le temps de faire un devoir sans le bâcler. Et puis comme ça après je pourrais regarder un film sans culpabiliser...

11 h 45

Je décide que j'ai assez travailler pour aujourd'hui et me lance à la recherche du dernier DVD que j'ai emprunté à la médiathèque. J'allume mon ordinateur et lance le film : Batman : le défis de Tim Burton. J'aime beaucoup Batman, jusqu'ici j'ai aimé tout les films que j'ai vu de Tim Burton, ça s'annonce bien. Je me demande un moment si le pingouin de Tim Burton arrivera à me faire aussi peur que celui du dessin animé que je regardais quand j'étais gamine. Je me pose pas la question longtemps, le film est aussi bon que je l'espérait.

Vers treize heure j'interrompt le film pour manger un morceau. Je réchauffe un reste de pâte à la bolognaise que je mange en regardant les exploits de Batman. Le film fini je me décide à faire la vaisselle en écoutant la musique du générique. La musique stoppe avant que j'en ai fini la moitié, mais je continue sur ma lancée. Plutôt satisfaite de moi, je m'assois sur mon lit avec mon ordinateur sur les genoux et commence à regarder la dernière saison de Docteur House, que je n'ai toujours pas vu. Mon portable sonne au milieu du 6e épisode. Guidé par le bruit de la sonnerie je retrouve ce dernier sur ma table de chevet. Sur le portable s'inscrit le nom de Camille, je décroche.

- Allo Lucie ?


- Allo Camille ça va ? Justement j'allais t'envoyer un message. Ça te dit de faire un ciné ou autre chose ce soir ?

- Putain, j'en étais sûre que t'étais pas au courant !

- Quoi ? De quoi je suis pas au courant ? Y'a un truc prévu ?

- Mais allume ta télé bordel ! Regarde les infos ! C'est la fin du monde !

- D'une j'ai pas de télé, et de deux, pour la fin du monde c'est bon hein ! Je sais qu'on est le premier décembre 2012 et que selon le calendrier Maya et tout les oracles de la galaxie, la terre, l'humanité et tout le tralala va disparaître dans 20 jours. La blague est de mauvais goût.

- Mais va voir sur internet, un astrologue -non pas un astrologue- bref un astro-machin à repéré un truc pas net. La NASA, et tout les autres astro-trucs sont en train d'étudier la chose, c'est le gros bordel personne comprend rien mais ils disent que la planète est en danger.

- Allons bon, la planète est en danger, encore une mission pour Superman !

- Mais je rigole pas, va voir sur internet !

- On trouve tout sur internet. C'est sur qu'il y a au moins un fou plus ou moins savant qui a déjà eu cette théorie.

- Sur les sites officiel idiote ! Ou viens à la maison regarder la télé !

- Okay j'arrive.

Je m'assoit devant mon ordi et jette un coup d'oeil vite fait au site du Monde. En premier page un article titre La fin du monde ? Je passe par tout un tas d'émotion, d'abord la surprise. Je n'arrive pas à croire que le Monde puisse prendre ça au sérieux. Je suis totalement incrédule et cherche la blague. Pourtant on est le premier décembre et pas le premier avril. Je commence à lire l'article. Ça parle d'astronome, d'astronaute et de NASA, d'une planète X, d'objet céleste non identifié et d'une possible collision. Je n'y comprend pas grand chose. Je commence à douter. Je parcoure rapidement l'article, ça à l'air vrai et assez grave. L'inquiétude commence à 'envahir. Je me lève et commence à tourner en rond dans ma cuisine. Comment est-ce possible ? Pourquoi si soudainement ? Pourquoi personne n'a pu le prévoir. Que vont-ils faire, les astronautes, les hommes politiques et tout le tralala ? Que peut-on faire contre ça ? Que doit-on faire ? Que dois-je faire ? Une télé, effectivement, il me faut un télé. Il y forcément des annonces officielles. Je jette un coup d'œil à mon ordinateur. Je pourrais aller faire un tour sur les sites des chaînes françaises, voir ce qu'ils nous disent de faire. Je me rassoit devant l'ordinateur. Je panique complètement. Je me dis alors que je ferrais mieux d'aller chez Lucie, commencer par sortir. Voir comment tout le monde réagit. Ne pas rester seule à paniquer, surtout ne pas rester seule.

J'attrape mon portable, ma veste, mon écharpe, mon porteufeuilles et mes clés et sors en vitesse de mon appartement. Dehors c'est encore loin d'être l'apocalypse. On sent un petit dérèglement, une inquiétude, mais rien de plus. Ça me soulage, finalement ce n'est peut être pas grand chose. Je passe devant le bureaux de tabac et je jette un œil aux unes des journaux. Elles affichent toutes les mêmes mots « fin du monde ». J'attrape le Monde, derrière la première page, je découvre une autre Une, plus « normal ». Voyant mon air interrogateur le vendeur m'explique :

- Ils bouclent en fin de journée chez le Monde, il avait déjà tout imprimé quand ils ont sut pour la fin du monde. Alors ils ont refait deux pages. Ils auraient bien eu l'air bête à parler d'autre chose.

- Okay...

- Si vous saviez le nombre de personne qui m'ont demandé le pourquoi du comment, du coup maintenant j'explique direct, ça va plus vite. Bon vous le prenez ?  

Je paye le journal en question et file à l'arrêt de bus, bien sûr le prochain bus est dans une vingtaine de minutes. Je m'attaque à la lecture du journal. En bas de la deuxième page, un petit encart explique qu'effectivement la première double page à été rajouté à la dernière minute, et que du coup la suite de l'article se situe en dernière page. Je respire profondément, et me lance dans la lecture de l'article.

Le bus arrive alors que je viens de finir les doubles pages. Tout semble un peu plus claire. Un astronome anglais a découvert la planète X ou Nibiru, enfin un astre céleste non identifié dont l'existence était déjà supposée. Il a contacté tout les grands centres de recherche spatiale, et ils en sont tous arrivé à la même conclusion. Selon les estimation l'orbite de Nibiru est dans le voisinage de la terre, ce qui risque de causer quelque dérèglement. Il y a tout un passage qui explique pourquoi Nibiru était, et apparemment est toujours, invisible. Apparemment les astronomes ne la voit que par la force de gravité qu'elle exerce. C'est assez incroyable qu'une planète soit invisible. C'est d'ailleurs pour ça que d'après ce que j'ai compris ce ne peut pas être une planète. L'orbite est étrange, la taille est inconnue. On ne sait pas si c'est une lune, une planète ou autre chose. Bref c'est beaucoup de supposition. Ça se trouve c'est seulement un gros cailloux qui va passer près de la terre, une comète quoi. A l'avant dernière page le Monde fait un rappel des différents corps céleste et de leurs caractéristique, un vrai cours de science. Ils fait aussi état des différents télescope, satellite et station en orbite qui sont utile dans la recherche spatiale. Je descend du bus, j'ai l'impression que les passagers sont tous dans le même état, soit ils discutent pour essayer de comprendre soit ils semblent entrer en profonde réflexion.

J'arrive chez Camille, je sonne à l'interphone et elle vient tout de suite m'ouvrir. Elle à l'air un peu paniquée.7

- Salut, ça va ? Lance t'elle le regard dans le vague

-Je t'avoue que je sais pas vraiment, et toi ?

- Oui voilà, c'est exactement ça j'en sais rien. Va s'y entre.

- Ta colloque sont pas là ?

- Non elle est rentrée pour le week-end. Putain je comprends rien du tout à tout ce qu'ils racontent, j'ai l'impression que la fin du monde commence par la fin de mon cerveau.  

Je lui tend le journal.

- Tiens, commence par lire ça, ça résume et explique plutôt bien

Lucie commence à lire, elle à l'air de se calmer un peu. Je fais le tour des chaînes de télé. Les chaînes d'info n'ont plus que les mots « fin du monde » à la bouche. Sur toutes les autres chaînes, quelque soit le programme des bandeaux rouges défilent avec écrit en lettre capitale des propos totalement alarmant « fin du monde » « collision de planète » « destruction de la terre »...

- Alors ? C'est bon t'as compris ?

- Oui, mais il est vieux se journal, à la télé ils ont l'air bien plus inquiet.

- Tout le monde panique, tant que les scientifiques n'ont pas plus d'information ça sert à rien de s'emballer. Si c'était tellement grave et tellement certain des procédures d'urgence aurait déjà été déclenché.

- T'es sûre ?

- Oui, totalement sûre. Bon je propose qu'on se change les idées. Ça te dit qu'on aille au ciné ?

- Pourquoi pas...

Le ciné déborde, à croire que tout le monde à la même idée que nous. Il faut dire que regarder la télé avec ses bandeau rouge doit être agaçant pour tout le monde. On achète une place pour une séance à 22h, le film c'est « Populaire », l'histoire d'une secrétaire à l'époque des machines à écrire. Je pense que ça va être assez efficace pour se changer les idées. En attendant on se mange un sandwich en flânant dans les rues. Les rues sont illuminé, les devantures des magasins pleines de jouets. Tout ce qui m'insupporte et me fait grogner contre notre société et le consumérisme sans fin de l'humanité. Mais là ça me rassure, tout est comme d'habitude, rien n'indique de fin du monde imminente. Puis l'heure vient d'aller au cinéma. Toute la salle semble fuir cette nouvelle incertaine. Pendant le film j'oublie tout, comme s'il n'y avait plus rien dehors. Je n'avais jamais autant sauté à pied joint dans un film. Mais tout à une fin, à commencé par le film. Alors que nous sortons du cinéma nous voyons d'étranges affiches sont placardée un peu partout. Il est inscrit en lettre capitale de se tenir au courant par la télé la radio et internet durant les prochains jours en raison des risques très sérieux pour notre planète.

Dimanche 2 décembre

00 h 05

Camille et moi restant un instant sans rien faire devant les affiches.

- Oui en effet. Mais y'a pas non plus marqué « Fin du monde » hein, juste « des risques » tu vois, « des risques ».

- L'espoir fait vivre.

- Ça ressemble pas mal à une procédure d'urgence ça quand même, dit alors Camille pour rompre le silence

L'expression n'a jamais été aussi vrai. J'allume mon portable, quatorze appel en absence de ma mère. J'appellerais plus tard. Je me connecte sur internet.

- Alors ?  me demande Camille

- Et bien la dernière théorie c'est que Nibiru – le nom a été adopté- va percuter la terre de plein fouet d'ici la fin du mois.

- Je te paris que ça va tomber en plein pendant le 21 décembre.  

- Alors déjà c'est une théorie, pas une prophétie. Pas la peine de nous condamner à mort en ressortant le calendrier Maya. C'est une hypothèse, il ne sont sur de rien. Et puis ça se trouve c'est juste un cailloux. C'est pas la première fois qu'un gros cailloux tombe sur la terre, ça va faire un peu mal et puis c'est tout.

- Mais t'en sais rien ! T'es pas experte ! Tu fais un double cursus ? En plus de la licence de lettre tu fais de l'astrophysique ? T'as fais un bac L putain, qu'est-ce que t'y comprends aux planètes ?!

- Déjà apparemment plus que toi, et puis j'étais très bonne en science quand j'étais gamine. Je voulais même devenir astronaute quand j'avais sept ans.

L'anecdote fait rire Camille qui se calme un peu.

- Et pourquoi t'es pas astronaute alors ?

- Parce qu'après j'ai lu Harry Potter et que j'ai passé le reste de mon enfance -que dis-je, de ma vie- à attendre la lettre pour Poudlard.

- T'attends toujours ?

- Qui sait, avec un bon coup de magique on peut peut être changer Nibiru en étoile filante.

Camille rit de nouveau.

- Bon, tu viens à la maison ?

- On ferait mieux d'aller chez moi, y'a la télé.

- Oui mais chez toi c'est trop loin, il est tard et y'a plus de bus.

- Okay on va chez toi.

Ça doit être la première fois que Camille entre dans mon appart et qu'il est rangé, la réaction se fait vite entendre.

- Et bah dit donc, c'est sûrement ça qui va causer la fin de monde en fait.

- Ça n'a rien à voir avec la fin du monde, je suis juste au chômage. Du coup je m'emmerde tellement qu'hier j'ai rangé l'appartement et qu'aujourd'hui j'ai fais la vaisselle.

- Pourquoi t'as été viré déjà ?

- J'ai traité mon patron de crétin, ce qu'il est totalement, mais il a pas vraiment apprécier.

- Personne n'apprécie.

- Je l'aurais cru plus habitué, c'est tellement un abruti fini.

- Je me suis toujours demander un truc

- Oui ?

- Pourquoi t'as un canapé si t'as pas de télé ?

- C'est juste pour invité des gens à dormir. T'es plutôt contente que j'ai un canapé non ?

- En effet.

Camille et moi discutons de chose et d'autre avant de décider d'aller dormir au alentour de deux heures du matin.

09 h 04

Mon portable sonne, je l'attrape et regarde qui essai donc de m'appeler si tôt. Avant de regarder je connais déjà la réponse : ma mère. Je réponds donc sans tarder

- Allo

- Allo Lucie, ça va ? Me demande ma mère affoler

- Oui ça va, et vous ?

- Bien, bien, pour l'instant tout va bien ! T'es au courant de ce qu'il se passe au moins ?

- Oui, oui je suis au courant, j'ai acheté le journal et j'ai vu sur internet, t'en fais pas.

- Bon, c'est quand que tu rentres à la maison ?

Ça ne m'avait pas du tout traverser l'esprit, rentrer à la maison. Ma mère pense sûrement que nous devons tous être réuni pour mourir ensemble. J'en suis pas encore là, j'ai l'intention d'aller en cours lundi, et les jours qui suivent. D'attendre au moins la confirmation de la catastrophe avant de s'alarmer. Et puis surtout je voudrais pas avoir à payer un billet de train et me taper quatre heures de voyage pour rentrer chez mes parents pour devoir faire l'inverse deux jours plus tard parce que c'était rien. Toutes ses pensées traversent très vite mon esprit et je réponds.

- Je rentre pas à la maison pour l'instant.

- Mais enfin c'est la fin du monde ! Qu'est-ce qu'il te faut de plus pour rentrer à la maison ?!

- C'est pas la fin du monde, enfin on en est pas encore sûr ! Ça se trouve c'est rien ! Et j'ai cours lundi, enfin j'ai pas reçu de mail d'annulation des cours en tout cas ! Tant que j'ai cours, je reste ici !

J'entends Camille se réveiller en grognant. Ma mère s'énerve au bout du fil et commence à me traiter de fille indigne.

- J'essaie de t'appeler depuis hier et toi t'en a rien à faire !

-J'étais au cinéma, j'allais pas vous appeler à minuit !

-Au cinéma ! Au cinéma ! C'est la fin du monde et toi tu vas au cinéma ! T'as même plus de travail en plus ! Avec quel argent tu vas au cinéma !

- Hé oh ! C'est bon hein, soit tu m'engueule parce que je rentre pas pour passer la fin du monde avec vous, soit parce que j'ai plus de boulot, mais pas les deux à la fois !

-Alors je croyais que selon toi c'était pas la fin du monde ?!

- Tu m'emmerde !

Je raccroche violemment sous les yeux inquiet de Camille.

- Ça va ?

- Oui, oui ça va. Fin du monde ou pas la plupart des coups de fils avec ma mère finissent comme ça. Elle s'emporte très vite.

- Toi aussi.

- Disons qu'on a le même caractère alors. Et toi t'as appeler tes parents ?

- Ils m'ont appeler juste avant que je t'appelle. Ça c'est passé beaucoup plus calmement.

- Donc toi aussi t'as décider de rester.

- C'était pas aussi alarmant hier. Mais je pense que je vais rester. C'est vrai qu'a priori ont à toujours cours, et tant qu'on à cours c'est qu'il ne passe rien de vraiment grave.

- Oui, à moi aussi ça me semble être un bon indicateur de catastrophe.

Camille sourit

- Je trouve ça dingue que même en pleine fin du monde tu arrives à rester aussi calme et raisonner aussi facilement.

- Tu aurais du me voir hier face à internet, j'étais pas calme du tout. Je suis calme parce que pour l'instant je comprends ce qu'il se passe. D'ailleurs il est temps de voir un peu ce qu'il se passe.

J'allume mon ordinateur et vais directement sur le site de France inter. Pendant que je fais le café la radio raconte encore les même chose, rien de bien nouveau, rien de très sûr.

10 h 30

Nous arrivons chez Camille. Il n'y a pas de bus le dimanche et c'est bien la première fois que je fais le trajet à pied. Nous allumons la télé, la chaîne d'info ressasse toujours les mêmes informations. Quelques déclaration de ministres et de présidents de la planète entière ne sachant pas trop quoi dire. Le notre est dans la moyenne, il a l'air de comprendre les grands lignes de ce qu'il se passe et demande surtout que pour l'instant on reste calme. J'ai l'impression que partout c'est le même refrain. Enfin presque, certains dirigeant assure que Dieu va protégé la patrie. D'autres que le régime est infaillible, qu'il n'y a rien de grave, qu'ils ont raison et le reste du monde à tort.

Samedi 1e décembre 2012

09 h 34

Je me réveille doucement. Je jette un œil sur le réveil, il indique 09 : 35 très exactement. Je me lève sans me presser. Je me dirige vers le frigo et je prend la brique de lait et le jus d'orange. Je referme le frigo et prends un bol, un verre et le paquet de céréales dans le placard. Je m'installe à table et mange en regardant le paquet de céréale et la bouteille de jus d'orange, qui ne sont pas de très bonnes compagnie.

Je débarrasse la table,et projette de m'attaquer à la montagne de vaisselle qui déborde de l'évier. La perspective d'une telle aventure ne me plaît pas trop. Je préfère de loin m'installer sur mon lit avec mon ordinateur portable sur les genoux. L'écran s'allume et je lance aussi tôt internet. Un popup m'informe à nouveau des douze message contenue dans ma boite de réception. Je commence donc, comme d'habitude, par un rapide tour sur ma messagerie. Quelques newsletters m'informent de choses dont je n'ai la plupart du temps rien à faire ou dont je suis déjà au courant. Les pubs me donnent des codes de promotions dont je me servirais jamais. 10 euros sur un produit dont je n'ai pas besoin, 15 euros à partir des 100 euros d'achat que je ne dépenserais jamais... Un mail du site d'annonce de petit boulot, qui deux jours après m'assure que mon annonce est bien en ligne et une énième pétition à signer. J'ai souvent tendance à penser que ma boite de réception est à l'image de ma vie. En ce moment est elle plus qu'ennuyeuse.

Je vais un rapide tour sur facebook où il n'y a rien de très intéressant non plus. J'apprends qu'une de mes amie n'est maintenant plus en couple avec cet idiot superficiel qui lui servait jusqu'à présent de petit ami. Le « j'aime » et la trentaine de commentaires d'insultes très peu recherchées qui s'en suivent, donnent une très bonne idée de la bêtise humaine. J'aimerais dire que twitter relève un peu le niveau, mais pas ce matin. Il y a exactement quatre photos de chaton et six mauvaises blagues sur la fin du monde.

Depuis le temps je pensais que les gens s'étaient calmer sur la fin du monde. Depuis que l'an 2000 est passé sans encombre le peuple avide de catastrophe s'est tournée vers le calendrier Maya. Ce semblant d'hypothèse rendu célèbre par le film 2012 a réussi à alimenter à lui seul toute les blagues foireuses de Noël et du nouvel an 2011. Je n'ai pas vu ce film, mais j'imagine qu'il n'a rien de plus que tout les films de catastrophes conçu sur le même modèle qui lui ont précédé. Et pourquoi tant d'extrapolation sur ce calendrier Maya ?! C'est un vulgaire calendrier, pas une prophétie. Surtout qu'il a été créé par un peuple qui s'est éteint bien avant la fin de son calendrier. Et qui plus est depuis d'autres calendriers Mayas allant plus loin que la date « fatidique » du 21 décembre 2012 ont été trouvés. Pourquoi à notre époque où la science à fait tant de découverte, autant de gens sont encore aussi obnubilé par les prophéties et autres messages tirés de diverses croyance à la véracité plus que douteuse ?

Que pensent-ils qu'il arrivera ce fichu 21 décembre ? L'explosion de la terre ? La destruction du soleil ? Des séismes et ras de marré titanesque ? Une catastrophe nucléaire ? Le retour des prophètes ou la venue d'un nouveau ? L'arrivé des quatre cavalier de l'apocalypse ? Le jugement dernier ? Et pourquoi pas le retour du roi Arthur ? La bêtise sans fin de l'humanité m'étonnera toujours.

J'éteins mon ordinateur et décide d'aller prendre ma douche plutôt que passé plus de temps à m'énerver toute seule contre l'humanité entière. Je met mon pantalon de survêtement et un vieux t-shirt, et décide de me plonger un peu dans mes cours. Après tout je n'ai rien de mieux à faire. J'en viens presque à regretter de mettre fait virer de mon boulot. Ne plus travailler le week-end me promet de belle perspective d'ennui. Il faut vraiment vite que je me trouve un autre travail avant d'avoir envie d'acheter une télé pour passer le temps. La littérature du 20e siècle n'est pas devenue plus passionnante avec l'ennui. Et dresser la carte du roman Lolita ne m'apparaît pas comme une activité plus intéressante. Mais bon pour une fois que j'ai le temps de faire un devoir sans le bâcler. Et puis comme ça après je pourrais regarder un film sans culpabiliser...

11 h 45

Je décide que j'ai assez travailler pour aujourd'hui et me lance à la recherche du dernier DVD que j'ai emprunté à la médiathèque. J'allume mon ordinateur et lance le film : Batman : le défis de Tim Burton. J'aime beaucoup Batman, jusqu'ici j'ai aimé tout les films que j'ai vu de Tim Burton, ça s'annonce bien. Je me demande un moment si le pingouin de Tim Burton arrivera à me faire aussi peur que celui du dessin animé que je regardais quand j'étais gamine. Je me pose pas la question longtemps, le film est aussi bon que je l'espérait.

Vers treize heure j'interrompt le film pour manger un morceau. Je réchauffe un reste de pâte à la bolognaise que je mange en regardant les exploits de Batman. Le film fini je me décide à faire la vaisselle en écoutant la musique du générique. La musique stoppe avant que j'en ai fini la moitié, mais je continue sur ma lancée. Plutôt satisfaite de moi, je m'assois sur mon lit avec mon ordinateur sur les genoux et commence à regarder la dernière saison de Docteur House, que je n'ai toujours pas vu. Mon portable sonne au milieu du 6e épisode. Guidé par le bruit de la sonnerie je retrouve ce dernier sur ma table de chevet. Sur le portable s'inscrit le nom de Camille, je décroche.

Allo Lucie ?

Allo Camille ça va ? Justement j'allais t'envoyer un message. Ça te dit de faire un ciné ou autre chose ce soir ?

Putain, j'en étais sûre que t'étais pas au courant !

Quoi ? De quoi je suis pas au courant ? Y'a un truc prévu ?

Mais allume ta télé bordel ! Regarde les infos ! C'est la fin du monde !

D'une j'ai pas de télé, et de deux, pour la fin du monde c'est bon hein ! Je sais qu'on est le premier décembre 2012 et que selon le calendrier Maya et tout les oracles de la galaxie, la terre, l'humanité et tout le tralala va disparaître dans 20 jours. La blague est de mauvais goût.

Mais va voir sur internet, un astrologue -non pas un astrologue- bref un astro-machin à repéré un truc pas net. La NASA, et tout les autres astro-trucs sont en train d'étudier la chose, c'est le gros bordel personne comprend rien mais ils disent que la planète est en danger.

Allons bon, la planète est en danger, encore une mission pour Superman !

Mais je rigole pas, va voir sur internet !

On trouve tout sur internet. C'est sur qu'il y a au moins un fou plus ou moins savant qui a déjà eu cette théorie.

Sur les sites officiel idiote ! Ou viens à la maison regarder la télé !

Okay j'arrive.

Et prends ton ordi, le mien est mort.

Okay à toute.

Je m'assoit devant mon ordi et jette un coup d'oeil vite fait au site du Monde. En premier page un article titre La fin du monde ? Je passe par tout un tas d'émotion, d'abord la surprise. Je n'arrive pas à croire que le Monde puisse prendre ça au sérieux. Je suis totalement incrédule et cherche la blague. Pourtant on est le premier décembre et pas le premier avril. Je commence à lire l'article. Ça parle d'astronome, d'astronaute et de NASA, d'une planète X, d'objet céleste non identifié et d'une possible collision. Je n'y comprend pas grand chose. Je commence à douter. Je parcoure rapidement l'article, ça à l'air vrai et assez grave. L'inquiétude commence à 'envahir. Je me lève et commence à tourner en rond dans ma cuisine. Comment est-ce possible ? Pourquoi si soudainement ? Pourquoi personne n'a pu le prévoir. Que vont-ils faire, les astronautes, les hommes politiques et tout le tralala ? Que peut-on faire contre ça ? Que doit-on faire ? Que dois-je faire ? Une télé, effectivement, il me faut un télé. Il y forcément des annonces officielles. Je jette un coup d'œil à mon ordinateur. Je pourrais aller faire un tour sur les sites des chaînes françaises, voir ce qu'ils nous disent de faire. Je me rassoit devant l'ordinateur. Je panique complètement. Je me dis alors que je ferrais mieux d'aller chez Lucie, commencer par sortir. Voir comment tout le monde réagit. Ne pas rester seule à paniquer, surtout ne pas rester seule.

Je J'attrape ma sacoche et y fourre mon ordinateur, mon chargeur et mon portefeuille. J'enfile mes chaussure, attrape mon portable ma veste, mon écharpe et mes clés et sors en vitesse de mon appartement. Dehors c'est encore loin d'être l'apocalypse. On sent un petit dérèglement, une inquiétude, mais rien de plus. Ça me soulage, finalement ce n'est peut être pas grand chose. Je passe devant le bureaux de tabac et je jette un œil aux unes des journaux. Elles affichent toutes les mêmes mots « fin du monde ». J'attrape le Monde, derrière la première page, je découvre une autre Une, plus « normal ». Voyant mon air interrogateur le vendeur m'explique :

Ils bouclent en fin de journée chez le Monde, il avait déjà tout imprimé quand ils ont sut pour la fin du monde. Alors ils ont refait deux pages. Ils auraient bien eu l'air bête à parler d'autre chose.

Okay...

Si vous saviez le nombre de personne qui m'ont demandé le pourquoi du comment, du coup maintenant j'explique direct, ça va plus vite. Bon vous le prenez ?

Je paye le journal en question et file à l'arrêt de bus, bien sûr le prochain bus est dans une vingtaine de minutes. Je m'attaque à la lecture du journal. En bas de la deuxième page, un petit encart explique qu'effectivement la première double page à été rajouté à la dernière minute, et que du coup la suite de l'article se situe en dernière page. Je respire profondément, et me lance dans la lecture de l'article.

Le bus arrive alors que je viens de finir les doubles pages. Tout semble un peu plus claire. Un astronome anglais a découvert la planète X ou Nibiru, enfin un astre céleste non identifié dont l'existence était déjà supposée. Il a contacté tout les grands centres de recherche spatiale, et ils en sont tous arrivé à la même conclusion. Selon les estimation l'orbite de Nibiru est dans le voisinage de la terre, ce qui risque de causer quelque dérèglement. Il y a tout un passage qui explique pourquoi Nibiru était, et apparemment est toujours, invisible. Apparemment les astronomes ne la voit que par la force de gravité qu'elle exerce. C'est assez incroyable qu'une planète soit invisible. C'est d'ailleurs pour ça que d'après ce que j'ai compris ce ne peut pas être une planète. L'orbite est étrange, la taille est inconnue. On ne sait pas si c'est une lune, une planète ou autre chose. Bref c'est beaucoup de supposition. Ça se trouve c'est seulement un gros cailloux qui va passer près de la terre, une comète quoi. A l'avant dernière page le Monde fait un rappel des différents corps céleste et de leurs caractéristique, un vrai cours de science. Ils fait aussi état des différents télescope, satellite et station en orbite qui sont utile dans la recherche spatiale. Je descend du bus, j'ai l'impression que les passagers sont tous dans le même état, soit ils discutent pour essayer de comprendre soit ils semblent entrer en profonde réflexion.

J'arrive chez Camille, je sonne à l'interphone et elle vient tout de suite m'ouvrir. Elle à l'air un peu paniquée.

Salut, ça va ? Lance t'elle le regard dans le vague

Je t'avoue que je sais pas vraiment, et toi ?

Oui voilà, c'est exactement ça j'en sais rien. Va s'y entre.

Ta colloque sont pas là ?

Non elle est rentrée pour le week-end. Putain je comprends rien du tout à tout ce qu'ils racontent, j'ai l'impression que la fin du monde commence par la fin de mon cerveau.

Je lui tend le journal.

Tiens, commence par lire ça, ça résume et explique plutôt bien

Lucie commence à lire, elle à l'air de se calmer un peu. Je fais le tour des chaînes de télé. Les chaînes d'info n'ont plus que les mots « fin du monde » à la bouche. Sur toutes les autres chaînes, quelque soit le programme des bandeaux rouges défilent avec écrit en lettre capitale des propos totalement alarmant « fin du monde » « collision de planète » « destruction de la terre »...

Alors ? C'est bon t'as compris ?

Oui, mais il est vieux se journal, à la télé ils ont l'air bien plus inquiet.

Tout le monde panique, tant que les scientifiques n'ont pas plus d'information ça sert à rien de s'emballer. Si c'était tellement grave et tellement certain des procédures d'urgence aurait déjà été déclenché.

T'es sûre ?

Oui, totalement sûre. Bon je propose qu'on se change les idées. Ça te dit qu'on aille au ciné ?

Pourquoi pas.

Le ciné déborde, à croire que tout le monde à la même idée que nous. Il faut dire que regarder la télé avec ses bandeau rouge doit être agaçant pour tout le monde. On achète une place pour une séance à 22h, le film c'est « Populaire », l'histoire d'une secrétaire à l'époque des machines à écrire. Je pense que ça va être assez efficace pour se changer les idées. En attendant on se mange un sandwich en flânant dans les rues. Les rues sont illuminé, les devantures des magasins pleines de jouets. Tout ce qui m'insupporte et me fait grogner contre notre société et le consumérisme sans fin de l'humanité. Mais là ça me rassure, tout est comme d'habitude, rien n'indique de fin du monde imminente. Puis l'heure vient d'aller au cinéma. Toute la salle semble fuir cette nouvelle incertaine. Pendant le film j'oublie tout, comme s'il n'y avait plus rien dehors. Je n'avais jamais autant sauté à pied joint dans un film. Mais tout à une fin, à commencé par le film. Alors que nous sortons du cinéma nous voyons d'étranges affiches sont placardée un peu partout. Il est inscrit en lettre capitale de se tenir au courant par la télé la radio et internet durant les prochains jours en raison des risques très sérieux pour notre planète.

Report this text