Diablogue

Archange Flippé

Vous m'en direz Satan

— De quelle consistance êtes-vous ?

— Ailée.

— Pardon ?

— J'ai dit ailée. Mais pourquoi me posiez-vous cette question ?

— Parce que je vous trouve immatériel.

— Normal, je suis un archange. (silence pesant)
Un ange au-dessus de tout, si vous préférez.

— Je ne préfère pas, je m'interroge.

— Non, vous m'interrogez.

— C'est bien naturel.

— Vous trouvez ?

— Je ne parlais pas de votre condition mais de ma curiosité.
Et de quelle origine ?

— Céleste.

— Eh bien, vous ne doutez de rien. Mais je m'y attendais.

— Vous êtes devin ?

— Non, c'est vous.

— Pas devin, divin, si je puis dire.

— Excusez-moi.

— Il n'y a pas de mal.

— Tiens. Pourtant, je croyais...

— Ah ! Vous aussi !

— Je n'ai jamais prétendu le contraire.

— Alors, pourquoi toutes ces questions ?

— Je vous l'ai déjà dit, par curiosité.

— Mais moi, je ne sais rien de vous.

— Sûr ? Il se pourrait que vous ne connaissiez que moi.

— Diable !

— Enchanté, mais je ne sais toujours pas comment vous vous appelez. 

— Réfléchissez et devinez.

— Saint-Michel ?

— Là, vous voyez, ce n'était guère difficile.

— Certes, mais vous auriez tout aussi bien pu être Gabriel.

— Oui, mais pourquoi alors poinçonnerais-je
des tickets de métro ?

— Vous avez raison, mais c'est du passé.

— C'est un fait. Nous nous rencontrons en un temps reculé.

— Je pense.

— Bien, si vous avez fini, je pourrais peut-être m'occuper
de la rame suivante.

— Je pensais que vous voliez.

— Je parlais du métro.

— Et moi du boulot.

— Vous êtes confus.

— C'est du passé. Je ne recommencerai pas.

— Ainsi, il arrive au Diable de reconnaître ses erreurs.

— Oui, et ses petits.

— Vous êtes père ?

— Bien sûr. Vous devez m'envier d'ailleurs.

— Pourquoi cela ?

— Tout le monde sait que les anges n'ont pas de sexe.

— Les anges non, mais pour les archanges c'est différent.

— Vous êtes dotés d'un super sexe ?

— Ne soyez pas grossier !

— Encore une fois, ce n'est que de la curiosité.

— Curiosité mal placée.

— Évidemment, si vous ne voulez pas répondre...

— C'est délicat.

— Je me disais aussi.

— La QUESTION est délicate !

— N'en parlons plus.

— Vous ne savez pas ce que vous voulez.

— Mais enfin, allez-vous finir de m'ennuyer avec votre
libido débridée ?

— Moi ??

— Brisons là.

— Ah ! NON !

— Vous êtez stupide. Je voulais dire terminons cette conversation, séparons-nous, retournons dans nos foyers.

— Parlez pour vous.

— Vous savez, on dit bien que certains ont un tempérament du feu de Dieu.

— C'est une image.

— Une image pieuse ?

— Facile d'ironiser lorsqu'on est le Diable.

— C'est cela, oui. Après « au diable l'avarice » pourquoi pas
« au diable l'ironie » ?

— Puisque nous en sommes aux lieux communs, je n'ai jamais compris l'expression « au diable vauvert ».

— Vous avez bien le veau d'or laissez-nous le choix de la couleur de notre cheptel !

— Je crois que vous êtes dans le vrai ; cette discussion tourne court.

— Enfin !

— Du monde ? Désolé, je plaisantais.

— Bien, je vous salue. Si vous ajoutez Marie,
JE VOUS CASSE LA GUEULE !


Report this text