entre deux bouts

nessim

 
J'ai sondé bien des mers aux abîmes infinis,
depuis les creux aux crêtes les vagues m'ont vidé
dans chaque traversée j'ai failli perdre vie
une étoile dans ma nuit de loin m'a incité
à me tenir  debout…
 
J'ai pris d'autres coutumes, adopté d'autres vues
appris une autre langue et le sourire poli,
sous le masque j'ai gardé mes peintures de vie,
je ne voulais pas me battre on m'a voulu battu
j'ai vaincu debout…
J'ai vécu dans des villes de verre et de béton
j'y ai trouvé la nuit et le silence des mots,
en vieux loup solitaire j'ai su faire attention,
à faux plier l'échine, ne pas courber le dos
pour rester debout…
 
J'ai battu des forêts peuplées d'arbres gravés
chacun d'eux avait sens pour relier l'âme aux cieux
aucune n'offrait racine au pommier de mes vœux,
j'ai préféré passer plutôt que m'agenouiller,
pour rester debout…
J'ai grimpé nu les pentes arides du volcan,
parvenu au cratère sans recul j'ai plongé
j'ai laissé en fusion bien des rêves d'enfants
ma peau a résisté dessous je me suis brûlé
j'en suis sorti debout…
J'ai traversé déserts et dunes interminables,
à chaque pas j'ai cru ne pas m'y voir au bout,
mes pieds ont raviné ma route dans le sable
j'en ai gagné des rides comme traces des coups
qui m'ont laissé debout…
 
j'ai trouvé le cimetière recueil du temps passé,
j'y ai creusé une tombe dans la terre à mains nues
pour y mettre le feu à ce qui pourrait rester
des cendres au goût amer de ce qui n'a pas tenu
n'a pas voulu
rester debout 
j'ai avancé plus loin, tête au ciel, il fallait
encore me rappeler le possible des "toujours",
refuser d'abdiquer au meurtre des "jamais",
étouffoirs des peut-être sacrifiés aux vautours
 
pour continuer debout
 
jusqu'au jour, plus tard, devoir me coucher
aux pieds d' une belle brune faisant obligation,
au corps de se laisser, entier s'abandonner, 
pour laisser à l'esprit, loisir de réflexion

à toute vérité, encore debout...

  • J'aime beaucoup. Mais j'aurais mis le mot "vivant" au lieu de debout car cela aurait surajouté à la puissance du texte. Qu'en pensez vous ?

    · Ago almost 6 years ·
    Welovewords

    Isabelle Polle

    • "tu es vivant tant que tu peux te tenir sur un pied" c'est une citation que j'aime bien car elle implique le mouvement dans la vie, c'est pourquoi j'ai préféré debout à vivant. Le sens n'est évidement pas loin, mais à mon sens être debout c'est plus qu'être vivant c'est agir...merci de cette lecture près du texte Isabelle

      · Ago almost 6 years ·
      Img 1355 2

      nessim

  • La femme est-elle le refuge de l'homme ou son à venir? Debout...Tant de tourmentes et le rester. La force de l'être plus résistante que les entraves des autres.

    · Ago about 6 years ·
    D9c7802e0eae80da795440eabd05ae17

    lyselotte

    • "La femme est-elle le refuge de l'homme ou son à venir?" le refuge ou il peut préparer l'avenir peut être...la force plus résistante que les entraves des autres... l'histoire le dit, il y a des peuples qui on traversé des tempétes en gardant espoir et dignité, comme il en est de la vie de certains homme...merci de votre lecture Lyselotte

      · Ago about 6 years ·
      Img 1355 2

      nessim

    • J'aime partager les lectures qui me marquent. J'ai lu Qui se souvient des Hommes de Jean Raspail

      http://jeanraspail.free.fr/bibliographie_raspail.htm

      Une histoire qui fait mal mais que j'ai lu jusqu'à la fin tant l'écriture et le récit m'ont empoignée. Une histoire d'Hommes...

      · Ago about 6 years ·
      D9c7802e0eae80da795440eabd05ae17

      lyselotte

    • Merci lyselotte, j'ai jeté un oeil aux critiques ce livre a vraiment l'air d'être intéressant, je vais me le procurer ...

      · Ago about 6 years ·
      Img 1355 2

      nessim

    • Bonjour, il est vraiment très dur...limite plombant mais je l'ai aimé. Bonne lecture à toi.

      · Ago about 6 years ·
      D9c7802e0eae80da795440eabd05ae17

      lyselotte

Report this text