Héros d'un jour

Chris Toffans

Patrick n'était pas vraiment un Don Juan. Son physique ingrat ne lui avait pas permis jusqu'ici de connaître l'amour véritable, ni même de côtoyer intimement une personne du sexe opposé. Pourtant Dieu sait s'il aimait les femmes. Il les idolâtrait. Et plus particulièrement les stars du grand écran, pour lesquelles il vouait une passion sans bornes.

Le cinéma était d'ailleurs pour lui une échappatoire salutaire, car cet univers de paillettes lui donnait l'occasion de s'évader de sa vie misérable, en s'identifiant aux héros qu'il ne serait sans doute jamais.

Paris, sa ville de résidence, accueillait fréquemment des tournages pour des longs métrages hollywoodiens. Et lorsque c'était le cas, il s'arrangeait toujours pour être dans les parages, se délectant des allées et venues de ses vedettes préférées, ne manquant pas une miette de l'action qui se déroulait sous ses yeux. Cela lui permettait de découvrir l'envers du décor, de voir certaines personnalités sous des angles différents qui révélaient leurs qualités ou leurs défauts, leur caractère jovial, capricieux ou même colérique.

Parfois il racontait quelques petites anecdotes à ses potes de bistrot, pensant que ceux-ci allaient y prêter un tant soit peu d'intérêt. "Vous savez quoi ? J'ai vu Ellen Page embrasser une fille sur le tournage d'Inception. Mais elle ne l'a pas embrassée pour le film, elle l'a embrassée pour de vrai ! Et sur la bouche !"... Le problème c'est que les copains de Patrick se foutaient éperdument de ce qu'il avait à dire : "Incroyable ! Hélène Machin a embrassé on sait pas qui et on sait pas pourquoi !" Ils se moquaient sans cesse de lui, de son acharnement à vouloir évoluer dans un monde virtuel, où la fiction est synonyme de superficialité. "Au fait, t'as raison de te montrer Patrick, tu finiras peut-être un de ces quatre par décrocher un rôle de figurant. On sait jamais, s'ils font un remake de Thriller ! Ou même carrément un premier rôle, pourquoi pas, s'ils tournent un nouveau Frankenstein" Ce genre de blagues l'irritait plus que tout. Ces ignares ne comprenaient rien, ils ne s'intéressaient à rien, sinon à leur propre personne et à qui allait payer la prochaine tournée. Il s'était juré de leur montrer, un jour, une image de lui dont ils ne reviendraient pas. Quelque chose d'inouï, qui leur clouerait le bec une bonne fois pour toutes.

Et ce jour-là avait fini par arriver. Un soir de bringue où tous ses copains étaient présents et pas encore trop bourrés, Patrick exposa solennellement son projet à l'assistance : "Je vous fais le pari que j'apparaîtrai dans le prochain film avec Angelina Jolie, et qu'elle me serrera dans ses bras". La nouvelle ne manqua pas de faire son effet. Ou tout du moins pendant quelques secondes, le temps que les joyeux fêtards enregistrent le message et le considèrent comme la meilleure blague qu'ils avaient entendue depuis des lustres. "Ahahaha ! Sacré Patrick ! Tu nous feras toujours rire."

Rira bien qui rira le dernier, pensait Patrick, qui pour une fois était absolument sûr de lui. Car son plan était aussi simple qu'infaillible. Il faut dire qu'il connaissait personnellement quelqu'un dans le milieu du cinéma. Quelqu'un d'essentiel dans l'élaboration d'une scène d'action : un cascadeur. En effet, son ami Rémi avait accepté que Patrick le remplace pour une cascade relativement facile, lors de laquelle il devait piloter une moto de forte cylindrée sur un chemin rocailleux. Le jour J, Patrick se rendit donc sur le lieu du tournage, vêtu de la combinaison et du casque de Rémi, et joua la scène comme prévu. Nickel ! Personne ne s'aperçut de la supercherie. Personne, à part les potes de Patrick bien sûr, qui une fois mis dans la confidence ont pu identifier celui-ci au guidon de la moto grâce à la cicatrice distinctive qu'il porte sur le cou.

Lors de la projection, la satisfaction de Patrick fut totale. Quel bonheur de les voir ainsi bouches bées devant son image en plein écran, immense, héroïque, incarnant Brad Pitt sur une Harley Davidson dernier cri. Et quelle jouissance surtout, lorsqu'Angelina a enfourché l'engin pour s'accrocher à lui comme on s'accroche à l'amour de sa vie. A cet instant précis, Patrick en était persuadé, ses potes auraient tout donné pour pouvoir l'imiter.

Report this text