HEUREUSEMENT ...NOUS NOUS AIMONS

mysterieuse

 

Inéluctable, ton plaisir s'affaiblit. Sur mon corps alangui, encore en proie aux spasmes d'un orgasme foudroyant, tu poses tes yeux de loup repu et fatigué. Tu as l'air un peu gauche, presque gêné par ton comportement. Tu souris bêtement pour signifier la fin des hostilités. C'est émouvant ! J'en frissonne ! J'aime cet instant privilégié, où je te sens plus vulnérable, à ma portée. Ta part féminine l'emporte sur ta virilité et cela te donne une fragilité attendrissante. Ne seraient-ce ces caresses tendres et dénuées de désir que tu offres à mes courbes. Je ferme les yeux. Sous ta paume chaude et douce je ressens l'esquisse d'une silhouette. Tu parcours sans fébrilité chaque parcelle de mon dos jusqu'à ma chute de rein et son tremplin. La rondeur de mes fesses semble bouleverser ton calme apparent. Tu t'y arrêtes un instant. Ta mémoire sensorielle semble merveilleusement fonctionner. Tes yeux oscillent entre ma cambrure et mon regard camouflé sous ma chevelure désordonnée. Mon visage, enfoui dans les draps parfumés du mélange subtil de nos fragrances respectives, rayonne encore du plaisir que tu m'as prodigué.  Lucarne sensuelle que le reflet de mes pupilles, contraste saisissant du black and white. Il t'éclabousse, te chavire parce qu'audacieux et complice. C'est le moment propice pour jouer l'intrigante, à l'instar de Brigitte Bardot dans le Mépris !  

« Tu les trouves jolies mes fesses ? Et mes seins, tu les aimes ? Qu'est-ce que tu préfères : mes seins ou la pointe de mes seins ? » 

Intérieurement, Je m'adresse à ta main, mais murmure ces paroles avec une telle lascivité, que tu ne peux t'en sentir que l'unique destinataire !

Que n'ai-je prononcé ! Ta main si douce, m'afflige une fessée ! Punition ou flatterie ? Pluralité des interprétations. Tu souris, tu me maudis, tu resurgis, tu bondis …et me dis,

« Tu es très désirable, Ma chérie, mais je suis crevé là !»

Mauvaise option !

En d'autres temps, j'aurais rugi, tempêté…tel un ouragan

Nous avons passé l'âge des orages …heureusement …Nous nous aimons …

 

 

Report this text