Histoire corse.

Hervé Lénervé

Je vous épargne l’accent et le parler corse, pour la seule et unique raison que je ne les connais pas.

-         Eh, Marius, qu'est-ce tu fais, là ?

-         Bé, je suis là, quoi !

-         Oui ! mais qu'est-ce tu fais ?

-         Ah, t'as besoin de faire quelque chose, toi, pour être quelque part ? Et là, toi, qu'est-ce que tu fais pour être là ?

-         Bé, rien, té !

-         Ben moi, c'est comme toi, César, je suis là, mais je ne fais rien.

-         Il parait que c'est très mauvais pour la santé de ne rien faire. Viens allons boire un Pastis ça nous occupera.

-         Ca tombe bien, c'est l'heure de mes cachets.

-         Té, malade, con ?

-         Non, c'est en prévention.

-         D'une maladie ?

-         Pire ! Figure-toi, que j'ai su par la petite Fadette, tu vois ???

-         Peu cher, si je vois ! Elle est plutôt mignonette la petite coquine !

-         T'emballe pas, c'est ma fille.

-         Putaing ! Pourquoi, tu le dis pas, couillon.

-         Pourquoi, tu la connais ma fille ?

-         Bé, non !

-         Alors, je ne l'ai pas dit, voilà ! Mais qu'est-ce qu'on disait déjà ?

-         Tes cachets ?

-         Oui, j'ai su donc, que ma… au fait, tu la connais ma femme ?

-         Bé, non, pardi !

-         Donc que la belle et jolie femme, miss vieux Port, que j'ai épousée a l'intention de me faire planter des arbres.

-         Putaing ! Combien ?

-         Deux !

-         Merde, une forêt !

-       Comme tu dis ! Donc je prends des cachets par prévention de l'effort.

-         Et ça marche ?

-         On le dit, mais moi, je n'ai pas vu de différence.

-         Pourquoi, parce que tu en as déjà fait, des efforts, toi ?

-     Non ! Jamais ! C'est très mauvais pour les muscles et l'ossature.

-         Moi, j'ai déjà fait un effort, un jour, je n'ai pas aimé.

-         Qu-est-ce que t'avais fait.

-         J'avais accroché un hamac entre deux arbres.

-         Et en parlant d'arbres, faut faire des trous profonds ?

-         Non ! Té, tu les poses debout, les racines se démerderont pour se planter toute seules dans la terre.

-         Et comment ils vont tenir debout tous seuls, tes arbres ?

-         Il faut les étayer.

-       Putaing con ! je vais les laisser coucher, ils se démerderont bien pour se relever avec le temps.

-        Tu as raison les arbres, ils poussaient déjà, avant qu'il y ait un fada pour commencer à les planter. Tu as déjà vu pousser un arbre couché, toi ?

-        Par chez nous, jamais ! En Corse peut-être ?

-        Ah, me parle pas des Corses, ce sont des sacrés fainéants, ceux-là !

***

Je vous l'avais bien dit que c'était une histoire corse.

  • Les arbres, ... c'était des boulots non ? :o)))

    · Ago about 1 year ·
    Gaston

    daniel-m

  • Pour moins se fatiguer à le redresser mieux vaut planter un arbre sur un sol en forte pente.

    · Ago about 1 year ·
    30ansagathe orig

    yl5

    • Certes, mais qui va le traîner dans la forte pente ? :o))

      · Ago about 1 year ·
      Photo rv livre

      Hervé Lénervé

    • On aurait dit qu'il y avait du vent ou des moutons attelés lors de la transhumance ?

      · Ago about 1 year ·
      30ansagathe orig

      yl5

    • ;o))

      · Ago about 1 year ·
      Photo rv livre

      Hervé Lénervé

  • Tu l'avais bien dit mais fallait bien y lire jusqu'au bout pour y croire :-)

    · Ago about 1 year ·
    Visage etaine eire capture %c3%a9cran

    Etaine Eire

    • Oui ! je sais , c'est fatigant. moi, généralement je ne dépasse pas le titre. :o))

      · Ago about 1 year ·
      Photo rv livre

      Hervé Lénervé

  • Ha, ha, ha !!!!

    · Ago about 1 year ·
    Louve blanche

    Louve

Report this text