Histoire d'une mite - j

Laure Cassus

suite

Quelques jours plus tard, il fallut songer à placer les enfants en couveuse. La lumière était trop forte sur le fauteuil et la chaleur aléatoire . On décida donc de véhiculer les bambins un à un jusqu'au tapis où se trouvaient les coquillettes. La gravité n'avait que très peu évolué depuis leur dernière tentative de hisse et elle était à leur avantage dans ce sens là du mouvement. Aussi firent-ils rouler les petits au bord du fauteuil puis les firent tomber tout simplement. Ce n'était pas un gros problème, les bébés mites étant très peu pesants, la gravité de 9.81 m/sec/g  était un baptême comme un autre après tout. La chute dura donc 9.81x0.5mx0.001g =0.004405 secondes chacun.

Une fois au sol, ils les placèrent dans 6 des coquillettes en attente sous le tapis et se retrouvèrent avec  9 coquillettes en rab.

Pas de souci, dit la petite mite, on y rangera nos ressources et nos vivres. D'ailleurs on n'a pas un voyage de noce à effectuer tous les deux ? susurra-t-il accompagné d'un regard langoureux, passablement lubrique.

Nous ? fit la mite, qui ne se voyait pas en devoir conjugal tout de suite là. C'est pas pressé non plus, on est déjà unis par les liens de l'engendrement non ?

Et le romantisme chérie (ayé il se lançait), c'est pour les enfants, moi tu sais… faudra bien leur dire qu'on est unis sous la loi de l'union sinon ils pourraient se sentir élevés par des irresponsables….

On n'est peut être pas obligés de leur apprendre à parler.

Comment ça ? tu penses pas à les laisser végéter non plus ? Ce sont des mites, elles ont droit à la conscience merde ! supérieure c'est une autre affaire, mais le dialogue bordel !

Oh deux secondes, tu parles à qui exactement ? On n'est pas sur un terrain de foot que je sache.

Hein ? et tu me fais la leçon maintenant ? mon comportement sur un terrain de foot ? mais qu'est ce que t'en connais de mon comportement sur un terrain de foot ?

Je te voyais plutôt dans les gradins.

Oh alors là, tu l'auras bien cherché, et il effectua un quart de tour sur lui-même lui exposant son flanc.

Pendant ce temps de boude, la mite en profita pour nettoyer quelques coquillettes vides et faire la liste des courses. De temps à autre elle jetait un œil sur son footballeur qui ne bougeait pas d'un degré, toujours à 90.

Bon elle avait bien négocié l'absence de relation sexuelle ou fraternelle pour au moins quelques jours, le temps de regalber ses ailes arrières et de laisser le désir monter. On n'était pas des bêtes chez les mites. On était même une société matriologue. A savoir, un groupe d'indépendantistes isolées très érudit sur la question de la puissance féminine d'origine certaine, mais pas du tout à même de la mettre en place auprès du monde extérieur, les conjoints étant généralement complètement sous le joug de la culture des proprios dont le monde entier dépendait.

Ce n'est pas maintenant qu'elle allait réfléchir à un programme politique de libération de la mite, elle qui venait de mettre bas dans un process opérationnel parfaitement soumis à la loi de la nature. Or la nature disait clairement une chose : les proprios sont les maîtres du monde et ils manipuleront vos petits mâles jusqu'à l'extinction de vos espèces.

Elle pleura.

Le baby blues bon sang ! ce shoot hormonal de grossesse, tu le payes cher au final, rien n'est gratos ici bas, bouh, mais qu'est ce que je fous là ?

Ouinnn,lui rappela un petit.

Ah oui, c'est vrai. Et elle s'achemina en toute effervescence, dodelinant de l'arrière train, en direction des couveuses où l'attendaient plus qu'impatiemment les mini mites trop choupinettes qui étaient autant de rayons extériorisés de son spendide astre intérieur à elle. Elle était du signe du cancer, un signe assez tourné vers la famille paraissait-il.

Elle assume parfaitement son signe, pensa son compagnon qui ne bougeait toujours pas. C'est une super nana ma mite, elle a raison, je ne suis qu'un supporter constitutionnellement fait pour la mauvaise foi et les élans sportifs en groupe fantasmés.

Vous n'auriez pas quelques tendances masochistes ? dit une voix intérieure. Elle provenait de l'auteur. Et puis vous y allez un peu fort sur la mammiférisation de la mise bas de vos petits, vous n'êtes que des mites, vous pondez, oubliez un peu ces mamelles et les meurtrissures post parturiantes, vous n'êtes pas concernés.  L'anachronisme miteux, c'est sympa, c'est rigolo,  mais je ne peux pas tout cautionner non plus.

Ok, fit la petite mite, et il arrêta de faire la gueule à cause d'une insulte footbalistique de bas étage, et de surcroît d'origine féminine. Rien à foutre.

S'approchant des petits, il contempla fugacement l'attention qui se déposait sur les berceaux, c'était une sorte d'aura jaune pastel comme on en voyait sur les icones russes du bas Moyen-Age.

Comme tu es belle Marie, lacha-t-il dans un souffle…

Marie ? qui c'est celle là ? fit la mite

Non je voulais dire, ma mite, comme tu es belle.

Ah oui, merci mon loup, j'ai dressé une liste pour les courses au fait.

J'y cours j'y vole, je vais te préparer un repas de rêve tu vas voir. Et il décolla.

La mite avait entendu, mais elle avait encore pas mal de bouches à nourrir et elle lui faisait confiance de toute façon.

Quand il revint de la cuisine, on ne sût pas ce qu'il y avait trouvé, il maintint le suspens jusqu'au soir, s'activant dans son coin, astiquant ses ailes, ses pattes et des organes.

La mite s'assit sur le canapé, qui sur un fauteuil de cette taille, était un pli dans le galon, et elle attendit patiemment. Arriva le moment où il dévoila son dispositif.

Tatain, un grand voile partit dans les airs et une table Louis XVI apparut plantée de deux chandeliers vénitiens oscillant sous la flamme de courtes bougies incandescentes confectionnées en gelée royale . Les ombres miroitantes créaient une rotation visuelle autour d'eux et ils furent saisis par le tourbillon nocturne d'un rendez-vous mito.

Oh j'adore, dit la mite. Et elle fondit sur son compagnon, oubliant toute velléité de guérison post prendriale.

La suite fût torride et aimante, les deux ayant poussé le bouchon un peu loin quant à la désolidarisation de leurs égos, et il était temps de revivre une fusion totale des êtres, matriarcat, championnat ou nouveaux agrégats mis à part.

Plus tard, allongés sur la table d'acajou, ils virent passer les papillons de nuit et les cousins de lumière. Que c'est agréable d'avoir une cour, fit la mite.

Et des dauphins, ajouta-t-il.

C'est vrai que nous sommes chanceux avec ces petits, nous allons leur préparer un destin extraordinaire, digne des plus grands esclavagistes.

Euh, c'est-à-dire, fit-il inquiet.

Il nous faut leur trouver un terrain sur lequel régner. Rappelle-toi quand tu régnais sur le lagon bleu, et moi sur les alpages.

Oui, enfin, on est pas mal ici non plus.

On y restera le temps que nos tout-petits absorbent la mentalité des proprios et ainsi ils pourront devenir tout puissants.

Pour quoi faire, dit-il ?

Pour montrer que nous aussi les mites on peut devenir comme eux.

Ouais, si t'insiste (mais il n'était pas top motiv).

Tout est une question d'éducation, au combat, à la compet, ou à la paresse. On n'est pas là pour rigoler.

Dommage, fit-il en rangeant son dispositif scénique.

....

to be continued

  • Encore une dans mon placard, je vais acheter des boîtes… ici ce n'est pas une couveuse mais!!!

    · Ago almost 4 years ·
    Avatar

    nyckie-alause

    • attention la mite appelle la mite .................................

      · Ago almost 4 years ·
      Laure cassus 012

      Laure Cassus

  • C de plus en plus rigolo je trouve, moi j'les vois tes mites sont choupinettes, fendard pense à mon mp vraiment... Tente le coup who cares just do it comme dit la pub nike !

    · Ago almost 4 years ·
    P 20140419 154141 1 smalllll2

    Christophe Paris

    • ... super que tu ne te lasses pas... elles continuent leur bonnemite de chemin....

      · Ago almost 4 years ·
      Laure cassus 012

      Laure Cassus

Report this text