Iseult dans les fils de la toile

papillote

 FICHE 

 Iseult Elicartine-Leicester, surnommée « Elle » est une jeune professeur en poste à la Nouvelle Orléans. Fille unique de Mary, avocate et de Jean, chef cuisinier français, elle a vécu son enfance et son adolescence en Louisiane au sein d’une famille unie.

Lorsqu’un cyclone frappe et dévaste la ville, elle s’illustre en portant assistance aux agents d’un bureau du FBI assiégé par les membres d’une organisation d’extrême droite. Ce groupuscule, profitant de la désorganisation  des forces de sécurité, tente de libérer leur leader interpellé suite à un attentat manqué. La jeune femme réussit à les neutraliser faisant preuve d’un sang froid et d’une ingéniosité hors du commun.Remarquée par la CIA, elle est recrutée au sein de l’agence pour des missions coups de poings où son sens de l’improvisation et sa rapidité d’exécution font des merveilles. Elle collabore à cette occasion avec les différentes agences internationales alliées et en particulier avec la DGSE.

Iseult, superbe jeune femme de trente ans  se décline au gré des lettres de son prénom.

Intelligente : elle obtient après des études brillantes un doctorat en sciences physiques et astronomie à l’université de la Nouvelle-Orléans. Elle maîtrise parfaitement plusieurs langues étrangères dont le français.

Sensuelle : Ses longs cheveux noirs mettent en valeur ses traits fins et ses lèvres pulpeuses. Ses grands yeux noisette dévorent son visage à l’ossature fine. Avec sa silhouette élancée à la peau laiteuse et aux formes généreuses, elle est sans conteste une femme à la beauté féline inoubliable.

Effrontée, elle n’hésite pas à se moquer des conventions.

Ultra féminine. Consciente de son pouvoir de séduction, elle cultive sa féminité à l’extrême. Envoûtante, elle n’hésite pas à user de son charme pour arriver à ses fins.

Libre, elle apprécie l’indépendance et son mot d’ordre est « quand je le veux et où je le veux » 

Talentueuse, elle s’est illustrée dans de nombreux sports de combat mais surtout en gymnastique, discipline dans laquelle elle excelle.

SYNOPTIS

 Pour sa première mission en tant qu’agente de la CIA, Iseult doit intervenir en France pour intercepter un document impliquant une chef d’état ami dans une sordide histoire politique. Cette machination montée de toutes pièces par une organisation terroriste a pour but de faire échouer un traité politique entre la présidente Anna Corbitjan, récente alliée des Etats Unis et Michaëlle  Ibotovitch, leader de la  république démocratique de Gatbatie. Les deux femmes récemment portées au pouvoir par des révolutions pacifiques, tentent d’instaurer un processus de paix durable entre leurs deux nations. En mettant fin aux dictatures qui ont rendu exsangue l’économie et malmené leurs deux peuples, elles se heurtent à de fortes réticences au sein même de leurs instances gouvernementales. Leurs opposants, pour la plupart d’anciens partisans des tyrans déchus, ont rejoint secrètement, un réseau terroriste international dont le seul but est de déstabiliser les jeunes régimes démocratiques pour les remplacer par des gouvernances autoritaires dévouées aux intérêts économiques du mystérieux M. X.

Depuis des années, cet homme est associé à la plupart des coups d’état qui se sont produits dans le monde en apportant son soutien financier aux dictateurs en puissance, désireux d’imposer leurs dogmes politiques ou religieux. En échange, ces derniers lui versent une rente conséquente et s’engagent à conclure des contrats avec les entreprises qu’il désigne. En rejoignant la confrérie de la toile, ils s’unissent à vie à leur mécène et à ne jamais révéler le lien qui les unit.

S’appuyant sur une vidéo truquée montrant Anna Corbitjan complotant contre son homologue gatbatienne, l’organisation terroriste veut profiter du voyage officiel de la présidente à Washington, pour diffuser la vidéo sur Internet et fomenter un coup d’état en Veldizan, en s’appuyant sur la réprobation populaire. La CIA dont plusieurs agents ont déjà infiltré l’organisation, a eu vent de la machination à l’encontre de la dirigeante et contacté la DGSE pour l’informer de la présence d’une ramification sur son territoire. Une association culturelle siégeant à Paris, suspectée d’être à l’origine du document truqué est placée sous surveillance.

Iseult après une rencontre secrète avec les services secrets français, devra  récupérer le Cd-rom et le remettre en mains propres  à la présidente. Elle collaborera avec le séduisant agent Marc Véran dont le rôle sera de neutraliser la toile sur le territoire français. Entre eux, va s’engager un jeu du chat et de la souris où tous les coups érotiques sont permis.

Au cours de cette mission, elle va côtoyer des personnages hauts en couleurs.

Le séduisant Micha Batsan, doux rêveur à la tête de la fraternité Gatbato-Veldizane qui ignorant les agissements terroristes de son trésorier, va risquer sa vie pour aider la jeune femme à le neutraliser. Ensemble, ils découvriront que l’homme, informaticien chevronné est le créateur de la vidéo truquée et qu’il se servait de l’association pour approcher des personnalités influentes sur le territoire. En fouillant son appartement, Iseult découvrira la photo de la belle Helena Novitch, jeune femme passionnée, vivant à Marseille. Fille du tyran déchu par l’élection de Michaelle Ibotovitch, elle se révèlera une dangereuse adversaire aussi belle que perverse. Elle croisera la route du dangereux Igor Vlanedik, homme de main dont la mission est  de réceptionner le document pour le remettre à son patron, Adam Khasinovan, instigateur du coup d’état en Veldizan.

Iseult sortira triomphante de cette mission riche en péripéties et en rencontres susceptibles de satisfaire son appétit insatiable.

SCENE D ACTION

Iseult se glissa par la lucarne ouverte et atterrit sur un vieux divan mis au rebut dans le grenier. Elle avança lentement en prenant soin de ne pas faire grincer les lattes du plancher. Au bout de quelques secondes, elle arriva devant la porte qu’elle entrouvrit délicatement. Par l’entrebâillement, elle aperçut l’escalier qui descendait directement dans le hall d’entrée. Elle fit la moue. Cela n’arrangeait pas ses affaires de se retrouver à découvert dans un lieu de passage. Lorsque des bruits de pas et des éclats de voix lui parvinrent, elle referma la porte et colla son oreille contre le bois. Reconnaissant l’accent typique d’Igor Vlanedik, elle jura. Il fallait qu’elle agisse plus rapidement que prévu, la transaction était imminente. Elle ressortit par la petite fenêtre, glissa le long de la toiture et se retrouva dans le jardin. Elle se dissimula derrière l’abri bois et enleva sa combinaison noire qu’elle fourra dans son sac en toile. Elle se retrouva en jupe ultra courte  et brassière moulante, qui mettaient en valeur chacune de ses formes avantageuses.

Elle remonta sa poitrine de façon à faire poindre l’auréole de ses mamelons et s’approcha de la porte d’entrée. Elle sonna avec insistance jusqu’à ce qu’un homme d’une soixantaine d’années vienne ouvrir.

-bonjour. Je m’appelle Cindy. J’offre mes services en animant vos fêtes d’anniversaires, de mariage…enfin tout ce qui peut se fêter. Je fais le tour du quartier pour me faire une clientèle. Vous avez compris que je m’adresse plutôt à un public adulte.  Je suis très professionnelle dans tout ce que j’entreprends. Je peux faire une démonstration de mes talents si vous le souhaitez. Je n’accepte pas les chèques mais le liquide.

Iseult se retourna et se baissa, faisant mine d’enlever une herbe sur ses sandales. Elle dévoila à l’homme tétanisé, deux fesses séparées par une ridicule ficelle noire.

-Pour la démo, je préfère être à l’intérieur si cela ne vous dérange pas.

L’homme se cala contre la porte pour la laisser passer. Il lui désigna une pièce sur la droite.

-Entrez ! Cela tombe bien. Je fête mes soixante deux ans dans une semaine. Veuillez me suivre.

Il ouvrit la porte et la poussa rudement dedans. Deux individus étaient attablés autour d’une grande table. Ils la regardèrent étonnés. L’homme ferma la porte à clé et lança hilare à ses compagnons.

-Mademoiselle n’accepte que le liquide pour ses prestations. J’ai pensé qu’on pourrait lui en fournir en grande quantité ! J’en ai les couilles plei…

Avant même qu’il puisse finir sa phrase, Iseult le neutralisa avec son silencieux . Il s’avachit lourdement sur la table. Surpris par cette attaque inattendue, ses congénères n’eurent pas le temps de riposter. Avec agilité, la jeune femme sauta sur la table et les foudroya. Elle regarda sa montre et fit une moue boudeuse.

Tu faiblis ma cocotte ! Deux secondes de trop ! Il va falloir retourner à l’entraînement.

SCENE EROTIQUE 

 Iseult s’approcha de l’homme dont les mains étaient menottées  à la canalisation d’eau de la maison. Son torse dénudé ruisselait de sueur et son jean baissé sur ses chevilles découvrait un fessier au galbe parfait. Moulé dans un  boxer en lycra, sa puissante musculature tendait le tissu sensuellement. La tête penchée en avant, il semblait s’être assoupi de fatigue. Ses cheveux blonds mi-long dissimulait son beau visage. La jeune femme scruta chaque centimètre carré de sa peau dorée et constata soulagée qu’il ne souffrait d’aucune blessure. Elle quitta des yeux le captif et inspecta les environs. A quelques mètres de sa position, elle aperçut deux hommes attablés. Ils ricanaient bêtement en visionnant un DVD sur un petit poste de télévision. Aux gémissements poussés par l’actrice et à la petite musique rythmée qui accompagnait les plaintes, Iseult n’eut aucun doute sur le type de film visionné. Elle sourit. Ces hommes libidineux seraient plus occupés à se branler qu’à surveiller ses faits et gestes.

La jeune femme s’approcha  lentement de l’agent menotté. Elle se glissa derrière la pile de cartons qui la séparait du captif. Du bout des doigts, elle frôla sa cuisse. Il sursauta puis ses yeux brillèrent d’étonnement et d’espoir en apercevant la silhouette féline accroupie à quelques centimètres de lui. Il tenta d’ articuler son prénom malgré le ruban adhésif collé sur sa bouche.

-Ise !

-Chut… murmura la jeune femme en lui désignant les deux gardes.

Elle se plaça derrière lui et lui plaqua sur le visage un masque protecteur. Elle sortit de son soutien-gorge deux petites capsules qu’elle brisa et jeta sous la table des ravisseurs. En quelques secondes, les deux gardes s’écroulèrent foudroyés par le gaz. Les deux agents comptèrent jusqu’à soixante puis Iseult enleva leurs masques.

-Bonjour Marc

Il répondit par un marmonnement  indescriptible qui fit sourire la jeune femme. Elle se plaça devant lui, triomphante. D’un geste lent, elle ôta son minuscule haut dévoilant deux seins lourds et gonflés. Elle fit glisser sa jupe le long de ses cuisses découvrant une fente pulpeuse recouverte d’un duvet soyeux. L’homme se tortilla et articula désespérément pour qu’elle le libère de ses liens. Elle sentit un frisson de désir envahir le corps de l’homme. Elle se plaça devant lui et sa langue glissa le long de son torse jusqu’à la naissance de son pénis. Ses deux mains empoignèrent ses hanches et ses dents attrapèrent la ceinture du boxer. D’un geste expert, elle descendit le fin vêtement jusqu’aux cuisses. L’homme ne bougeait plus et sa cambrure était une véritable invitation sexuelle. Les mains de la jeune femme glissèrent sur son bas ventre et saisirent le membre dressé. Elle l’enserra délicatement d’une main tandis que de l’autre, elle frôlait avec son index le méat de son gland dans un lent mouvement de rotation. Le pénis était agité de soubresauts de désir incontrôlé. La jeune femme glissa sa langue sur les testicules tout en stimulant le sexe de l’homme avec des mouvements de va et vient. Elle sentit la contracture de l’éjaculation imminente et plaça son sexe dans sa bouche. Elle caressa le gland avec le bout de sa langue jusqu’à ce que l’homme atteigne l’orgasme. Le pénis profondément enfoncé dans sa bouche, elle  aspira lentement la semence salée de l’homme.

Iseult se redressa et passa une langue gourmande sur ses lèvres. Elle s’approcha du captif et colla son corps nu contre lui puis d’un geste brusque, arracha le sparadrap qui l’empêchait de s’exprimer. Marc cria.

- Ise ! Putain ! Tu joues à quoi?

 

 

  • Très belle plume !

    Pourquoi ne pas aussi participer à l'appel à textes LEITMOTIVE (jusqu'au 15 juillet 2011) ?
    http://www.suite101.fr/content/jacques-flament-comment-on-devient-editeur-a27752
    Cliquer sur LEITMOTIVE...

    · Ago over 8 years ·
    Photos libres.com orig

    3d0

Report this text