La chute

nyckie-alause

Wilhem, Kurt et Hanna n'ont pas entendu les claquements de mains de Carlo qui préviennent les danseurs que bientôt ils vont devoir changer de partenaire. C'est ainsi. Toutes les fins de leçons, ces dix dernières minutes permettent aux participants d'imaginer d'autres possibles, une autre vie, des départs, des rencontres secrètes, enfin comme je le disais, d'autres possibles. Ensuite, le cours finit, les danseurs se saluent, se serrent même la main comme à la fin d'un combat, beaux-joueurs, sans rancune. 

Carlo n'a pas frappé dans ses mains… à moins que les trois enfants en bousculade derrière la porte n'aient manqué de vigilance ? Ils n'attendent pourtant que cela. Ce signal qui les autorise à se faufiler entre les danseurs en glissant, comme sur le canal en février. Ils ont chaussé leurs souliers du dimanche pour l'occasion. Ces chaussures si bien cirées que l'on peut presque voir son reflet dans le cuir brillant comme un miroir, celles qui ont un petit bout ferré qu'ils font claquer sur les marches de l'escalier de pierre de l'église, avec leurs semelles de cuir parfaites. Parfaites pour glisser sur le parquet ciré et légèrement sablé, surtout après le cours de danse. Quand les élèves regardent ailleurs que vers le sol, quand les danseurs se libèrent des habitudes et des contraintes du quotidien.

Les enfants s'agglutinent. Hanna, l'aînée, tourne avec précaution la poignée libérant un interstice par lequel lumière chaude et musique captivent hypnotisent les enfants fébriles.

Alors d'un seul élan Kurt, Wilhem et Hanna pénètrent dans la salle, louvoient entre les danseurs qui, le regard haut ne se rendent compte de rien. Mais où est Carlo ? Habituellement ses claquements de mains sont applaudissements relançant les mouvements, scandant la mesure, comptant les pas et les figures, indiquant aux enfants les directions à prendre ou à éviter. 

Mais où est-elle ? Le grammophone déroule la mélodie voluptueuse d'une danse latine. Les yeux des danseuses et des danseurs sont hallucinés.

Hanna attrape Kurt par la main pour le tirer vers les jolies petites chaises et l'assoit avec autorité. Elle repart en louvoyant vers le centre de la piste pour récupérer le petit Wilhem, le tout petit Wilhem qui glisse et s'échappe entre les jupes noires et les pantalons brillants. Il tournoie, avec une assurance étonnante pour un si petit garçon il évite les couples qui se regardent yeux dans les yeux. Il glisse, dérape, se redresse et repart de plus belle, sans qu'Hanna ne parvienne à le rejoindre. 

Carlo où es-tu donc ? Il faut que cela cesse.

Alors Hanna qui, bien qu'étant la plus âgée des trois enfants danseurs ,n'est pas bien grande, s'approche du grammophone, se dresse sur la pointe de ses souliers du dimanche et soulève le bras de l'appareil qui glisse sur le disque en un grincement assez sinistre et enfin la musique s'arrête. Les danseurs sont comme pétrifiés. L'enfant emporté par l'élan de sa fuite se heurte à un homme barbu dressé comme un roc noir devant lui et chute. Le dernier son que l'on perçoit est un petit cri de peur et le crissement  des fers sur le sable et le parquet de chêne de la salle de danse. Carlo tombe dans les bras de son cavalier un jeune homme moustachu affublé d'une cravate dorée. Légère, elle rit. Wilhem sanglote, de rage et de jalousie.


Texte d'atelier sur un extrait de "Une ascension" de Stefan Hertmans
Report this text