La compagne de l'été

Anne Charlotte Mauboussin

La compagne de l’été

            Elle semble danser sous ses voilages légers qu’agite la brise parfumée. Le soleil ne fait qu’effleurer ses traits parfaits lorsqu’elle se prélasse. Elle se dresse fièrement, surplombant les champs d’oliviers qui descendent vers la mer d’un bleu profond, boudée de la houle et scintillante à souhait. J’aime son obstination, son insolence aussi. Jour et nuit elle accompagne l’été et le chant des cigales. Je préfère la rejoindre après le déjeuner, car elle m’offre le confort et accueille mon repos avec une tranquillité bienvenue. Sans elle, la chaleur de l’astre serait écrasante et la vue bien insignifiante. Un coin de paradis se dessine pour chaque moment passé avec elle. Elle me surprend encore et m’attire toujours. Elle reçoit les rires des amis durant les longues soirées sans jamais se lasser. Le sentiment de bienêtre me paraît curieux à son évocation, pourtant c’est une réalité indéniable. Toujours ouverte, je l’aime au naturel. C’est au moment où je la retrouve que mon inspiration prend tout son sens. Elle me surveille et me protège dès que je m’installe pour travailler, ou lire Pagnol : elle semble s’animer divinement lorsque je plonge dans ces aventures d’une fraîcheur incroyable. C’est aussi son univers ! C’est pour cela que je l’aime. Elle est le reflet de toutes mes aspirations : de ce que je recherche dans ces étendues dorées, dans un fruit juteux, dans une nuit paisible ou dans la tiédeur du vent. Elle n’a pas son pareil pour m’offrir gracieusement ces instants paisibles de bonheur. Elle me ressemble un peu : sans artifices. Ce que j’apprécie ce bijou ! Et toi ? Raconte-moi ta terrasse.

Report this text