La grande vague

vasily

Rêve en Alexandrin

                                         I

Arrivés sur la plage on peut voir les bateaux
Sur la mer lumineuse et entendre ses flots.
Ses vagues vont s'étendre en dessous du soleil,
Lustre qui sur ta peau jette un éclat vermeil.

Le vent est bienveillant, il vient sur le visage
Pareil à la maman qui sur l'être en bas-âge, 
Vient souffler ses chansons quand sur son cœur le tient.
Et aujourd'hui on croit savoir aimer demain.

Ton âme brille au fond de ton œil qui chatoie,
Et sur les eaux je vois les reflets de ta joie.
Il n'y a les ressacs ruisselants des regrets,
Juste le sable chaud qui vient mordre nos pieds.

Il y a mélodies du vent et de la mer.
C'est un rêve à jamais qui m'est parfois amer
Quand je t'y imagine avec ton si beau rire
Sous un vaste ciel bleu qui ne pourrait mourir.

Signaler ce texte