La splendeur et le musc.(1)

effect

Extrait de: " J'ai pallié mon manque de nicotine et mon taux d'alcoolémie en me rongeant les ongles des mains et comme ça ne suffisait pas, j'ai aussi attaqué ceux des pieds."

J'en venais à penser, que les filles des îles sont plus amoureuses que les métropolitaines...

- C'est normal ! Elles se font tellement chier sur leurs plages et sous leurs cocotiers que lorsqu'elles tombent dans les bras d'un homme elles espèrent autre chose !

- Quoi d'autre ma chérie ?

- Ben à aller au restaurant avec des bougies ou faire Morzine et du ski ! Tu crois que voir chuter des noix en renouant son paréo à longueur de journée ça fait faire une vie ? Autant vendre des mojitos sur une piste cyclable !

- Tu sous-entends que l'ennui rendrait plus amoureux ?

- Ben oui ! Regarde, toi par exemple ! Tellement tout t'emmerde que tu tombes tout le temps amoureux ! J'ai pas raison ? A peine tu fais 300 mètres avec ta Mercedes que tu voudrais déjà que la première jolie fille qui traine sur un trottoir, monte dans ta voiture ! Si ça c'est pas d'l'ennui, c'est quoi ? De la pitié ?

Nous avions cette année là, avec la fortune acquise en vendant des antidépresseurs bios à base de jus de carottes et d'élixir modifié à la poudre de perlimpinpin sur les parkings visiteurs des EHPAD de France, acheté un château avec gros travaux pour seulement un euro. Bern était venu nous rendre visite pour les petits aménagements et la défiscalisation:

- Et là Stéphane vous voyez quoi ?

- Une coiffeuse ! Mon Dieu bien sûr une coiffeuse ! J'imagine tout à fait la Reine se laissant pomponner par ses domestiques, l'une appliquant sur son visage du blanc de céruse et rehaussant d'un rouge carmin de craie ses pommettes et terminant d'une mouche par là (Stéphane désignait par son doigt sur sa joue, l'emplacement de celle-ci), tandis qu'une deuxième viendrait avec son atomiseur, parfumer de musc à l'ambre gris et de civette, le cou et les épaules de notre Dame dans un gros nuage !

- De la civette ? Du blaireau de nos campagnes ?

Betty détestait les odeurs animales. Elle avait fait couper les glandes surrénales de notre chienne pour pas que dans la voiture ça sente les chaleurs...

(...)


Signaler ce texte