La vie quitte tes veines

Emilie Musseau

Elle se dilue avec la peine

Dans l'eau d'un feu de paille

Elle se consume en bataille

D'une simple goutte de plume

Dans une volute d'amertume

Ne devenant qu'une larme

Elle rallume alors son charme

Qui au hasard s'immisce à travers

Les mots, les champs, les pieds de vers


La mort a ceci qu'elle ne se fane pas avec le temps.

Elle se ternit tout simplement.


Elle quitte tes veines d'un balancement

D'un sentiment indolent qui s'étend

Dans mes souvenirs, il y a tes sourires

Ces lignes bleus qui me soupirent

Que le flux qui s'envolent

Est un mouvement d'éole


Le ciel se morcelle et craque

C'est la chanson des anges qui m'attaque

Alors les gouttelettes de mes yeux

Brouillent ma joie de n'être plus deux.


La vie a ceci qu'elle garde le temps d'un présent

Elle sourit malgré la nuit des enfants


Ceux qui un jour sont devenus grands

Dans les couloirs d'un rose sang

Couleur qui inonde mon écran

Du soleil mûre de tes éternels printemps


En souvenir de Toi Mon papa chéri

Ta vie laisse place à une autre vie 

Signaler ce texte