Le cadeau

Fabien Dumaitre

Lucy était une jeune mère de famille épanouie. Elle vivait le parfait amour avec Vincent, son mari depuis cinq ans et leurs deux petits bouts de choux, Kevin et Julia. Nous étions le 14 décembre. Vincent avait amené les enfants au cinéma voir le dernier dessin animé à la mode en ces périodes de fêtes. Lucy se tenait devant son écran d’ordinateur,  recherchant désespérément un cadeau de Noël pour son cher et tendre époux. Soudain, elle se souvint du site internet que lui avait donné une de ses amies qui bossait dans le milieu du porno. Elle se connecta et tomba sur la page d’accueil où toute une ribambelle de jeunes femmes, minces et d’une grande souplesse, se faisait prendre sauvagement. Il y avait un icône Faites un cadeau original à votre compagnon. Elle cliqua dessus et commença à lire le texte qui s’afficha.

Offrez un cadeau original à votre compagnon. Devenez actrice de X dans un film qui lui serra intégralement dédié. Nous mettons tout à votre disposition : le lieu, le matériel, les acteurs ou actrices, l’équipe technique et le réalisateur. A la fin du tournage, la vidéo sera gravée sur un DVD avec une jaquette personnalisée et, si vous le désirez, nous l’enverrons sur votre boite mail au moment que vous aurez choisi.

Le visage de Lucy s’illumina. Elle remplit le formulaire d’inscription et envoya le mail. Vingt minutes plus tard, elle reçu la réponse. Rendez-vous était pris le 20 décembre à 14 heures dans un appartement de la banlieue Parisienne.

Le grand jour arriva. Elle avait demandé à son amie Clarisse, la fameuse actrice de porno, de l’accompagner par précaution. Vincent ne débauchait pas avant 19 heures et les enfants restaient à la garderie après l’école. Lucy avait prétexté qu’elle voulait faire les courses de Noël en toute tranquillité et son mari l’avait très bien compris. Elles se rendirent donc au lieu de rendez-vous. Lucy frappa à la porte et un grand type blond leur ouvrit un sourire radieux sur le visage. Il les invita à entrer dans l’appartement et verrouilla la porte derrière elles. Le lieu était chaud et convivial. Un lit en baldaquin trônait au milieu de la pièce et une multitude de sextoys était posé sur un immense buffet en chêne. Le blondinet fit les présentations. Il y avait James et Steve, les deux acteurs qu’elle avait sélectionné sur le site, David et Sandra, les deux caméramans et lui-même, le réalisateur qui répondait au doux nom de Marc. Il lui lança soudain d’une voix mielleuse :

-         « Vos habits de soubrette sont dans la salle de bain. Vous pouvez aller vous changer et quand vous serez prête, on pourra attaquer. »

Elle acquiesça d’un hochement de tête et disparut avec Clarisse dans la salle de bain. Alors qu’elle attachait ses porte-jarretelles, elle leva la tête vers son amie et dit d’un air hésitant :

-         « Je ne sais pas si c’est une bonne idée. Qu’est ce que tu en penses ? »

-         « Je pense que c’est le plus beau cadeau que tu puisses lui faire. Tu sais qu’il est porté sur la chose et voir sa femme en véritable actrice de X va le faire bander comme un taureau. Il sera tellement excité qu’il va te faire passer une torride nuit d’amour. Et puis, ça reste entre toi et lui. Personne ne verra la vidéo. »

Rassurée par les encouragements de son amie, elle se leva puis se rendit dans la chambre. L’équipe avait fermé les volets et posté des éclairages aux quatre coins de la pièce. James et Steve regardèrent la jeune femme pénétrer dans la pièce avec des yeux brillants. Ils étaient assis sur le bord du lit entrain de se masturber pour obtenir une érection convenable. Lucy détourna les yeux. James était un grand métis bien bâti à la chevelure noire quand à Steve, il était tout aussi musclé mais un poil moins grand. Il avait le crâne lisse comme un œuf et son visage était truffé de piercing. Le cœur de Lucy battait à tout rompre. Elle était à la fois excitée et effrayée. Ses deux partenaires avaient des sexes énormes, beaucoup plus que celui de Vincent,  elle avait peur d’avoir mal. Marc la rassura puis lui demanda de s’asseoir sur le lit. Après lui avoir fait lire puis signer le contrat, il prit la parole de sa voix chaude.

-         « Steve et James vont te guider. Laisses toi faire et surtout, prends du plaisir. Mais avant de commencer, je vais te filmer en gros plan et tu vas dire un petit mot pour ton amoureux.»

Il régla l’objectif de la caméra puis fit un signe à Lucy. Celle-ci se lança la voix légèrement tremblante.

-         « Mon cher Vincent. Je ne savais pas quoi t’offrir à Noël, tu es tellement difficile. Alors j’ai décidé de t’offrir cette petite vidéo. Bien sûr, je ne suis pas Julia Love mais tu vas voir que je ne débrouille pas mal quand même et que je reste attirante malgré mais deux grossesses. Je t’aime mon lapin. Bon film et joyeux Noël ! »

-         « Ok, c’est dans la boite. On peut y aller. Tu es prête ? »

-         « Allons-y ! »

Les deux hommes s’avancèrent vers Lucy. Elle attrapa le sexe de Steve d’une main et commença à le branler. De l’autre main, elle décalotta le gland de James puis lui titilla le frein du bout de la langue. Il posa une main sur sa tête et elle se mit à le sucer avec vigueur. Elle mouillait abondamment. Sa petite culotte était toute trempée et une chaleur agréable montait dans sa poitrine. James appuya sur la tête de Lucy et sa bite s’enfonça un peu plus avant dans la bouche de la belle. Elle eut un haut le cœur puis se reprit. James se retira subitement et poussa Lucy qui s’allongea sur le dos. Elle écarta les jambes et le jeune apollon au corps de rêve plongea son museau entre ses cuisses. Il écarta les lèvres dégoulinantes de cyprine et commença à lui lécher le clitoris. Steve se coucha à côté d’elle et enfourna son gros pénis dans la bouche baveuse de l’apprentie soubrette. Lucy poussa de petits gémissements étouffés. Elle suçait Steve goulument presque aussi bien qu’une pro. Sentant l’excitation de Lucy monter, James remonta lentement le long de son ventre jusqu’à ses seins et se mit à lui mordiller les tétons fiévreusement. Sentant le moment venu, il enfourna son pénis dans le vagin de Lucy qui se mit à crier. Il entama un va et vient lent et régulier. Le bas-ventre de la belle était secoué de spasme sous les impulsions du bellâtre à la peau ambrée. D’un geste brusque, il la retourna et elle se retrouva sur James qui continua à la pilonner à grands coups de reins. Son collègue se positionna derrière elle et attrapa un tube de lubrifiant. Il lui écarta les fesses et commença à badigeonner son trou de balle avec le produit translucide. Elle se bloqua d’un coup et prévint le jeune homme que c’était la première fois qu’elle le faisait par le cul.

-         « Je vais y aller en douceur ma chérie, ne t’inquiète pas. » lui lança t’il de sa voix grave.

Il colla son gland sur le petit trou ridé et commença a poussé. Lucy serra les dents et  une grimace de douleur déforma son visage. De longs gémissements sortirent du fond de sa gorge. Son anus se dilata et Steve s’introduisit complètement. Elle eut un petit cri aigu puis elle se mit à rigoler.

-         « Allez y, baisez moi ! » parvint elle à articuler.

 Ils se mirent à la ramoner en cadence dans une bruyante symphonie de cris. Elle était au bord de la jouissance quand les deux hommes s’extirpèrent des orifices  et  s’agenouillèrent face à elle. Lucy se tourna vers ses deux énormes bites et mit sa tête dessous prête à recevoir la précieuse semence. C’est Steve qui éjacula le premier. Il déversa son sperme chaud et onctueux sur le visage de la jeune femme dans un râle de plaisir. Elle se lécha les babines et se délecta de la douce substance crémeuse. James se sentit venir. Il prit Lucy par les cheveux et approcha son sexe d’elle. Elle ouvrit la bouche en grand et goba le bâton de chair brunâtre. Un long flot de sperme coula dans la gorge de Lucy.  James sortit son membre à la hâte. Elle cracha le liquide sur les draps du lit et faillit vomir. Elle attrapa de nouveau les chibres des deux hommes et les branla pour récolter les dernières gouttes de ce délicieux breuvage.

-         « Super, dit Marc, c’est dans la boite. Tu as été géniale ma belle. Tu devrais te lancer dans le porno, tu ferais un carton. »

Elle s’essuya le visage puis partie dans la salle de bain. Une fois douchée et rhabillée, elle rejoignit ses partenaires dans la chambre puis pris congé en compagnie de Clarisse qui ne manqua pas au passage de noter les numéros de téléphones des deux beaux mâles. La vidéo serait sur la boite mail de Vincent le 24 décembre au soir à minuit une précise.

La maison était en effervescence. Kevin et Julia (dont Vincent avait emprunté le prénom à son actrice fétiche : Julia Love) chahutaient dans le salon tandis que Vincent préparait le diner dans la cuisine. Un délicieux fumet de dinde rôtie embaumait toute la demeure. Lucy se trouvait dans la salle de bain au premier étage. Après s’être rasé le pubis et épilé les jambes et les aisselles, elle sortit de la douche et se planta devant le miroir. Elle avait de longues jambes fines, une taille de guêpe avec des hanches aux courbes harmonieuses, de jolies fesses rebondies et de craquants petits seins à la tenue impeccable. Elle mit les sous-vêtements que son homme lui avait achetés pour son dernier anniversaire et enfila une robe courte marron et des bottes en peau de daim. Elle laissa ses longs cheveux bruns détachés et s’aspergea de son parfum favori, une fragrance aux délicieux relents de fruits exotiques. Une fois prête, elle rejoignit sa petite famille au rez-de-chaussée. Ils partagèrent un  repas copieux et raffiné avant de mettre les enfants au lit sur le coup des 22 heures. Une fois assurés que les chérubins dormaient profondément, ils descendirent au salon pour terminer la soirée au coin du feu avec une bonne bouteille de bordeaux. Minuit arriva et Lucy, après quelques hésitations, conseilla à son mari d’aller voir sa boite mail. Une fois devant l’écran, il tomba sur le fameux message et l’ouvrit. Le contenu se téléchargea et c’est avec une grande émotion qu’il découvrit les exploits sexuels de sa femme. Ses yeux luisaient et quelques larmes de joie roulèrent sur son visage. La vidéo terminée, il se leva et embrassa sa femme fougueusement puis il la traina jusque dans le salon et l’allongea sur la peau de bête auprès du feu. Son ventre était brulant. Il souleva la robe de Lucy et enfouit sa tête entre ses cuisses. Elle mouillait abondamment. Tout en lui faisant un agréable cunnilingus, il prit les seins de sa tendre épouse à pleines mains et les malaxa comme une vulgaire patte à pain. Sentant le désir monter en lui, il se déshabilla et exhiba son sexe en érection. Lucy attrapa le pénis dur comme un barreau de chaise et se mit à le sucer goulument. Son souffle était court et son cœur battait la chamade. Vincent la poussa soudain en arrière et la pénétra avec excitation. Lucy attrapa un des coussins posé sur le canapé à côté d’elle et se le mit sur le visage pour étouffer ses gémissements. Les coups de reins de Vincent se firent de plus en plus rapide puis, d’un coup sec, il sortit du vagin de Lucy et la retourna comme une crêpe. Il se coucha sur elle et introduisit son pénis entre les magnifiques fesses de sa femme. Il ne tarda pas à atteindre son anus et fourra son membre dans son cul, s’enfonçant au plus profond de ses entrailles. Il se mit à pousser de petits gémissements puis tout se corps se crispa et il se vida de son sperme inondant le rectum de Lucy. Ils recommencèrent à faire l’amour à trois reprise mettant en pratique certaines choses qu’ils n’avaient jusqu’à présent jamais osé faire. Lucy se fit défoncer par tous les trous, adopta toutes les positions possibles et imaginables et c’est soulagés et heureux de cette libido retrouvée qu’ils allèrent se coucher. Vers 5 heures du matin, alors que sa femme dormait profondément, Vincent se leva et descendit au salon. Il  alluma l’ordinateur et regarda la vidéo à nouveau. Ses yeux brillaient d’une lueur malveillante. En quelques clics, il mit la vidéo des ébats de Lucy sur un site de téléchargement accompagnée d’un petit message :

Jeune femme débutante, décomplexée et avide de sensations forts, cherche producteurs et réalisateurs pour tournage X. Je suis ouverte à toute proposition. Contactez mon agent sur le lien suivant.

Il joignit son adresse de messagerie électronique puis prit son téléphone portable et composa un numéro. Au bout de cinq sonneries, il tomba sur la messagerie où une voix suave invitait le correspondant à laisser un message. Quand le bip retentit, il prit la parole d’une voix calme.

-         « Salut Clarisse. Tout à fonctionné comme prévu. J’ai mis la vidéo en téléchargement. Ma femme va devenir la nouvelle Julia Love sur X. Merci encore et à bientôt… »

Il retourna dans la chambre et s’installa à côté de Lucy. Celle-ci ouvrit et œil et se tourna vers lui légèrement vaseuse.

-         « Qu’es ce que tu faisais chéri ? »

-         « Je posais les cadeaux sous le sapin. Rendors-toi, les enfants ne vont pas tarder à se lever. »

-         « Tu feras attention à ce que personne ne voit la vidéo. »

-         « T’inquiètes pas ma chérie, elle est en lieu sûr. »

Vincent s’affala sur le dos et ferma les yeux. Une foule d’images lui vinrent en tête. Son rêve le plus inavouable allait devenir réalité. Un petit rictus apparut sur son visage d’ange puis il sombra dans le sommeil.

Le lendemain matin, toute la petite famille se retrouva autour du sapin pour fêter ce merveilleux moment qu’est Noël. Vincent s’absenta quelques minutes pour aller consulter son ordinateur. Il y avait un message d’un certain Flavio. Il l’ouvrit et lut avec empressement :

J’ai été impressionné par votre performance et je souhaiterais vous proposer un contrat avec notre boite de production. Vous pouvez nous contacter au lien ci-joint. Bonne fête et à bientôt.

Vincent retourna dans le salon et saisit un paquet rectangulaire sous le sapin qu’il tendit à sa femme.

-         « Tiens chérie, c’est pour toi. »

Elle déchira le papier cadeau rageusement et découvrit avec stupéfaction un agenda.

-         « Merci mon amour. J’espère que je vais enfin trouver du boulot cette année et que je pourrai noircir de rendez-vous les pages de cet agenda. »

-         « Ca viendra peut être plus vite que tu ne le penses. »

 

Report this text