Le tourniquet.(2)

effect

"L'on prenait des grogs pour que nos gorges soient douces et du talc pour que nos fesses aussi."

Lorsque Betty rentrait du spa et pénétrait la chambre, sa bonne humeur lui faisait gonfler ses seins, à la manière d'une Victoria Beckham chez les Spice Girls. Elle chantait comme elle comme un pied, mais j'avais l'avantage de profiter du reste à portée de main, sans devoir forcément faire la queue devant un Arena, et sans attendre de me laisser jeter dessus, son peignoir à la gueule:

- C'est mieux comme ça mon chéri, tu trouves pas ?

- Oui, c'est plus lisible quand tout est nu !

Afin de temps en temps se reposer de nos pulsions, on allumait le 'Cranach'* pour un peu de passivité et de chips au guacamole. On faisait semblant de zapper sur les chaînes pour s'occuper l'esprit et on s'endormait d'avoir trop bu de champagne devant l'ennui. Au réveil, une sorte de mauvaise conscience nous habitait: était-ce l'effet de l'alcool ou le sentiment de temps perdu ?

- Tu m'as touchée ?

- Non, je ne crois pas !

- Comme j'ai mal au pioupiou !

- C'est sans doute le guacamole !

- Tu crois ?

Pour Betty, l'oubli faisait partie de son dressing. Même si celui-ci comportait un tas de boites pour mieux en séparer les choses, elle avait du mal à savoir où tout était rangé à sa place. Le vider pour en faire l'inventaire, aurait représenté un doute de plus à sa raison: - Pourquoi que j'ai mis ce truc là, là ?

A l'hôtel, Betty trouvait que les murs avaient un parfum de citron:

- Tu te fais des films Betty !

- Mais si je t'assure, viens sentir ! 

Je sentais.

- Ouais, faut le dire vite ! Moi je trouve que ça sent plutôt le papier peint !

- Mais toi en fait, t'as aucune imagination dans ta tête ! A part dire que certaines filles sentent le cul, tu sens quoi d'autre ? 

...

* Voir épisode (1)
Report this text