Les complètes.

effect

Le silence creux.

Son clitoris avait été si fortement mâché durant l'amour que ses lèvres et ses sentiments au matin devenaient sensibles. Le chat levait sa queue contre la chaise en lui tournant autour, et la fenêtre à peine ouverte laissait filer un petit vent qui gonflait et déformait les motifs en cascade d'un rideau de couleur affligeante: dans l'ondulation, les ronds devenaient presque des gouttes et le mauve terni. Mon sexe terminait sa bave et se reposait sur ma cuisse. Un claquement de porte tua ce silence, ce silence creux lorsque l'amour fini, les corps étendus sur le dos restent à ne plus rien faire.

- T'as bandé mou cette nuit !

- J'ai bandé mou, certes, mais je me suis tout de même affiché dans un joli poster, non ?

- Poster de mes fesses ! T'as léché ma chatte et c'est tout ! On va pas en faire une saladie !

- Une saladie ?

- Oui une saladie ! Comme pour malade, une maladie ! C'est pas parce que t'as écrit plus haut 'mâcher' au lieu de 'lécher' que mon minou va s'en démettre !

- Remettre !

- T'es prof de Français ? Non ! Bon alors ! Et puis si tu crois que je vais m'emmerder à relire tes conneries, autant tout de suite te la foutre sur les dents !

- ???

- La salade ! Putain tu suis plus après 3 lignes !

Quand Betty aiguise son couteau, c'est pas pour vous le planter là ou là, c'est pour vous découper en petites rondelles tous les ingrédients avant d'appuyer bien fort sur la tête du mixeur ! Sur sa carte de visite, en dessous de Responsable beauté et soins du visage, elle a fait ajouter: Formules émincés de cucurbitacées sur demande. Celles de concombre ou d'aloe vera étant ses meilleures ventes.

Pour Betty, l'intelligence se mesure à la beauté... et comme qui dirait plus t'es moche plus t'es conne... à moins d'avoir un bon compte épargne ou un mari riche, si t'as pas la chance d'avoir une belle gueule, tu te taperas toute ta vie la misère et les vitres !

Changeons de sujet, allons faire un tour à la piscine.

Je me souviens du jour ou j'avais loué une grue pour restaurer le chapeau de notre cheminée. Un chapeau du XVIII ème tout en fonte, pas encore en feutre, aussi lourd qu'une cloche d'enterrement Creusois. Betty était surprise de voir un tel engin entrer par le jardin, écraser nos plates-bandes et ses pas japonais donnant accès à sa piscine. Je la revois encore par la fenêtre de la chambre, pointer sur moi son sèche-cheveux comme un fusil pour du méfait dans Bonnie & Clyde, et me lancer la réplique suivante:

- Non mais tu vas où avec ton engin ?

- Ma chérie, c'est pour prendre le chapeau de la cheminée ! Pèse un bras ce con ! Plus qu'une machine à laver sans son bon de garantie !

- Et mes pas ?

- Quoi tes pas ?

- T'as vu la gueule de mes pas ! C'est qui qui va les refaire mes pas ? C'est pas toi qui marche dessus ! 

Changeons de sujet, laissons la route de la piscine, allons en ville.

Betty avait un cul que je ne cessais de regarder. Dans les journées shopping et portage, je me laissais distraire aux feux et passages à piétons. J'aimais ça, mourir sous des sacs qui sentaient bon.

Quand on rentrait des journées de dépenses inutiles, je nettoyais le saladier d'argent et j'embrassais Du Vice et de la Vertu peinte par Lorenzo Lotto, allégorie que nous avions en reproduction dans son format original (56,5x42,2 cm), accrochée entre une photographie de plateau d'Ornella Muti s'offrant à Ben Gazzara dans Conte de la folie ordinaire (80X60cm) et la frimousse de Justin Bieber retouchée sans points noirs, en format carte postale (10,5x14,8cm) et pré-timbrée.

J'embrassais de par pudeur et manque d'imagination le nourrisson joufflu de Lorenzo, me prétextant que j'aurai tout à loisir de me masturber devant Ornella plus tard ou faire un don postale à une amie fan d'indécence pubère.

A la cuisine, les rayons du soleil venaient se coucher sur notre frigo, laissant paraître une véritable admiration pour la Vache qui rit et le Nutella: la collection de magnets brillait sur de vieux mots d'amour délébiles et des listes de courses non moins oubliées et toutes aussi effaçables: pour des tomates, de la mozarella et du Skip, nous avions encore assez de mémoire.

- Faudrait p't'être penser à le changer ! 12 ans qu'on l'a !

- Ouais 12 ans et alors ? Ça marche!  Pourquoi changer un truc qui marche !

- 12 ans, c'est quand même long ! C'est le temps de voir passer 3 coupes du monde sans rien ramener à la maison !

- Ouais ben là, on sera sûrement dans la 20ème année !

- Qu'est-ce que t'es rabat-joie ! Toujours à marmonner dans ton coin ! Fais gaffe, tu vas finir par sentir le moisi ! Ils disent tous qu'on va p't'être la gagner !

- Oui, mais c'est les autres !

- Tu veux que je te dise ?

- Quoi ?

- Jésus avait raison quand il disait face à ses apôtres: Et rappelez-vous bien une chose... que l'homme isolé meurt en détruisant avec lui tout le fruit de ses innombrables expériences qu'ignorera un autre homme isolé. L'homme en société conserve le savoir de ceux qui l'ont précédé et ajoute à ses connaissances antérieures son savoir propre...

- Forcément ! A treize dans une équipe, t'as plus de chance de gagner qu'à onze !

Signaler ce texte