LES DRONES DE MONSTRES

Philippe Larue

Issy-les-Moulineaux

Il est 7h ce matin lorsque le soleil est venu apporter ses oranges pour les presser dans les verres de Malina et Philippe. Dans la chambre à l'étage, les paupières sont encore fermées. À vrai dire, à rêver des Monstres & Cie de la veille. 

La maman est venus ouvrir les rideaux, caresser les cheveux ébouriffés de ses enfants d'une main bienfaisante.

- Bouh, c'est déjà l'heure de se lever, murmura Philippe?

- Oui, dépêchez-vous de vous habiller. Vous avez une tartine de marmelade d'orange amère, une tasse de chocolat chaud et une verre de jus de fruits.

Philippe bondit du lit, enfila son bermuda et fila à la salle de bain se peigner. Quand à Malina, elle attend que son frère sorte pour déneiger ses cheveux du nœud de papillon blanc. Les porcs-épic ont brossés à l'aveugle les dents en ivoire. Rien à parasiter, crie la carrie triste.

8h- Ce n'est pas le car "Isidore" qui vient chercher Malina et Philippe. Non, ce sont des drôles d'engins: des drones programmés.

- Lequel tu prends aujourd'hui Malina, crie Philippe? 

- Celui qui ressemble à Spiderman

- D'accord, je prend le Casimir, marmonna Philippe 

Avant de décoller, la maman vérifie qu'ils sont bien attachées, puis embrasse ses enfants en leurs faisant une dernière recommandation. Son index appuie sur le bouton "GO"! Aussitôt, les drones s'élèvent dans les airs. Pas très haut, non. Juste au-dessus des trottoirs et des pistes cyclables, deux mètres exactement. Issy-les-Moulineaux a investit dans les technologies futuristes. 

Les transports en commun étant saturés, les voitures électriques en très grande quantité, les drones sont devenus un moyen de locomotion pratique. Les mamans n'ont plus besoin de se déplacer à la crèche ou à la maternelle. Les drones s'en occupent. Plus de bouchons, c'est propre, économique et écologique. 

Des essais ont lieu en campagne, permettant d'aider les personnes se trouvant dans l'impossibilité de se déplacer ou avec des horaires incompatibles. Malina et Philippe s'amusent à s'observer à travers l'écran portatif. La maman aussi suit le trajet à la télévision sauf quand elle part plus tôt au travail où c'est la tablette ou bien le téléphone mobile qui prend le relais. 

Assis dans un siège caréné et indestructible et d'un casque comme les formule 1, Malina et Philippe se  prennent pour des girafes en passant devant la boulangerie où sont présentés des tranches de cake Savane.

À présent, les villes sont propres, dépolluées par des implantations aériennes de Langue de Belle-Mère, les azalées et les cactus. On respire et l'hiver est fleuri par les cyclamens et les chrysanthèmes. L'asthme a disparu ainsi que la bronchiolyte et les nombreuses toux. Après avoir déposés les enfants, les drones n'étant pas aux 35h, ils alimentent les maisons de la presse en magasines. On peut louer les drones â la minute prêt. Ils fonctionnent à l'énergie solaire. Il suffit d'entrer une destination que le drone calcule grâce  son GPS intégré. Les villes sont beaucoup moins bruyantes, elles sont redevenues plus humaines. Sans oublier les drones-flics qui surveillent les villes 24h/24h. Il y a les drones-secouristes de premières urgences. Ils apportent dans la trousse portative, désinfectant, compresses et sparadrap ainsi que d'autres produits de nécessités. 

Les drones sont aussi livreurs à domicile. Pour ses tâches, ils empruntent le réseau routier à un étage supérieur. Le nombre d'accidents a considérablement diminué. 

Il est 17h30 lorsque Malina et Philippe rentrent à la maison. Ce soir à nouveau, les Monstres & Cie riront de peurs pacifiques...

Ailleurs, des prototypes de drones plus motorisés sont à l'essais pour adultes, à places tandem, et pour des triplées. Les futurs taxis individuels, moins encombrants dans un périmètre de quelques kilomètres. 


*Idées et plans déposés et protégés à l'INPI. 

Report this text