Les Iris (17)

Alain Balussou

pièce 17 de DESHERENCE- parag 1, Les Prémices
Violet, l'iris colonise
les cimetières de chez nous.
Au coin des murs, où se dénoue
le vent du nord en mille brises,
quand renaît le temps des cerises
il pique ses lances verdies
au souffle des morts endormis
vers le clocher blanc des églises.


Puis il fleurit hâtivement
à la couleur épiscopale
dispersée par taches étales,
elles dureront un moment.
Mais peu importe, à nos parents,
aux anciens dormeurs androgynes
sous le feutrage des racines,
la palette de ce printemps.


Calfeutré l'hiver dans la terre
et ses feuilles l'iris attend,
en froide patience il prend
son mal, au coin des cimetières.
L'été reviendra mais nos frères
ne savent le trop ou l'assez
et dans leurs costumes glacés
ne se lamentent ni n'espèrent.

                    -------

  • Joli poème concernant une fleur qui semble ici décriée ou est-ce une interprétation erronée de ma part ?

    · Ago 2 months ·
    Coquelicots

    Sy Lou

    • fleur un peu méprisée, dans sa forme sauvage, par ceux qui n'en perçoivent pas la noblesse (noblesse subjective, évidemment)

      · Ago 2 months ·
      Photo 1 orig

      Alain Balussou

  • des iris comme des cierges
    (ici ce sont des marguerites dans le sable des allées)

    · Ago 3 months ·
    Photo

    Susanne Dereve

    • increvable et austère, l'iris, le premier à fleurir et ne demandant ni soins ni arrosage ; la marguerite paraît plus sympathique mais, elle, elle ne tient pas le sol des talus

      · Ago 3 months ·
      Photo 1 orig

      Alain Balussou

  • un petit vent aigrelet que j'aime bien

    · Ago 3 months ·
    Autoportrait(small carr%c3%a9)

    Gabriel Meunier

    • J'allais oublier...un petit vent aigrelet qui nous emporte très loin...

      · Ago 3 months ·
      Autoportrait(small carr%c3%a9)

      Gabriel Meunier

    • tu lis bien

      · Ago 3 months ·
      Photo 1 orig

      Alain Balussou

Report this text