Les lilas de Juillet

rosedulas

Touché par l'Amour tout homme devient Poète - Platon

C'était l'été, je n'avais jamais vu, la montagne

Quand les lilas de Mars, fleurissaient tout juillet

L'absence évaporait, les contours de Laragne

Le bonheur divaguait, mes yeux émerveillés


Où l'air pur me grisait, coulait de la cascade

Une avalanche d'eau, grossissant un ruisseau

Le soleil admirait, la vallée des chamades

Mes écrits sauront-ils, en vibrer les échos


J'ai de ces baisers d'âme, des souvenirs sereins

Croire en l'inoubliable, envahit mes deux mains

D'un désir à combler, vos esprits de tendresse


La nature a ce charme, des plus douces caresses

Ne pensez plus à rien, et dans le chant du vent

Laissez à l'innocence, bercer vos coeurs d'enfants


20 novembre 2020



Report this text