Loneliness

violetta

Nous avons fini par former un couple, ma solitude et moi.

Elle inlassable et froide, moi luttant toujours moins contre son emprise.

Le temps a passé et maintenant nous sommes apprivoisées.

Elle fait pour ainsi dire partie de moi. C'est une compagne.

Les autres sont presque des ennemis, à tout le moins des gêneurs.

Que faudrait-il accomplir comme prodige pour me libérer d'elle ?

Sur quelles ressources surhumaines puis-je compter pour y parvenir ?

Déjà l'idée d'un tel effort à accomplir m'épuise,

Dont il faudrait que jour après jour j'entretienne la flamme.

Du renoncement, jaillira-t-il une embellie ?

L'enfer c'est les autres, mais la solitude n'est pas le paradis.

C'est face à soi-même qu'on agit, mais face aux autres qu'on existe.

Les images du bonheur sont-elles le bonheur ?

Les souvenirs heureux ont-ils vraiment été ?

Report this text