« Maman, c'est une maladie la différence ? »

Maux Délaissés.


- Maman, pourquoi le médecin a déclaré que j'étais différent ? C'est grave ? Et puis pourquoi tout le monde a rigolé autour quand je l'ai dis à l'école ? 

- Tu n'es pas différent, ce sont eux qui sont différents.

- Non, sinon le médecin n'aurait pas dit que c'était moi le différent. Je suis un intrus, hein, c'est ça ?

- Je vais te dire la vérité. Ecoute moi, c'est tout ce que je te demande.

Tu es un enfant extraordinaire, tu es le seul que je connaisse qui passe son temps à vouloir compter les étoiles, à leur parler et à leur avoir donné des noms aussi beaux, tel que « Espérance », « Futur », « Douceur », « Suis moi » , « Fleur d'une nuit ». C'est vrai, les autres ne font pas ça, encore moins à ton âge, ni à l'heure à laquelle tu le fais, à cette heure là ils dorment, après avoir été bercé par la douce voix de leur mère qui leur avait lu une histoire. Mais qui te dis qu'ils ne rêvent pas secrètement de se relever pour aller parler aux étoiles, eux aussi ?

- Maman, je m'accroche aux étoiles, car elles sont différentes elles aussi, elles ne brillent que la nuit et en plus de ça, elles ne sont jamais comme on les dessinent.


Je t'ai souvent entendu parler de vivre dans l'espace, dans un autre temps, dans un monde où le temps s'arrêterait. Je t'ai vu admirer au coin de ta fenêtre, le couché du soleil chaque soir, et écrire sur le haut d'un carnet « aujourd'hui le soleil a encore rayonné, mais j'aimerais qu'il me brûle, je veux sentir la douleur, je veux qu'il me brûle à ne plus m'en faire ressentir le regard moqueur des autres derrière moi »


La différence n'est pas une maladie, ce qui est une maladie c'est leur peur d'admettre que la différence est la plus belle chose qui puisse exister sur cette terre.

Cette terre qui n'a jamais et ne tournera jamais rond, elle ne doit pas aimer la banalité elle non plus.


« Mais, qui te dis qu'ils ne rêvent pas secrètement de se relever pour aller parler aux étoiles, eux aussi ? »


Report this text