Maux d'amour, maux de tous les jours

chess

Ce matin en me réveillant, je me sentais fatiguée. Fatiguée d'avoir dormi. Fatiguée de cette vie morne et lassante. Bref, je me suis réveillée, et j'en suis heureuse, car certains ne se sont pas réveillés ce matin, et ils sont peut-être dans un monde meilleur... ou alors dans les ténèbres. Bref, je me suis réveillée et la musique permanente dans ma tête murmurait plus doucement ce matin, comme si mes acouphènes étaient encore présents, rendant mon crâne enveloppé dans un drap sec et épais. J'ai pris une douche, puis mon téléphone ; et là, c'est le drame. Un message, parvenu dans la nuit, au beau milieu de la nuit, pendant que je dormais profondément, un message de cet Homme. Putain. Je pensais qu'il ne me parlerait plus, et depuis ma découverte de sa photo sur Facebook, je ne voulais plus lui parler. Et son message... Il me conseillait un film. Juste ça. Un film. En me disant que ça me plairait sûrement. Un putain de film. Que j'ai déjà vu, en plus, mais quand même. J'ai su lui répondre, deux heures plus tard, par un merci et en complimentant la bande son de ce film que j'écoute actuellement.

Je tremble, j'ai froid. Mais je me sens bien. Aucune larme aujourd'hui, je n'ai presque pas pleuré de la semaine. Pris aucun cachet, mais fumé deux voire trois paquets. Je me guéris peu à peu, et je sais maintenant lui reparler sans m'apitoyer sur son départ.  Peut-être qu'il attend que j'aille mieux, peut-être qu'il m'aime encore, peut-être que.. Je sais pas. Pourquoi m'envoyer un sms ? Pourquoi me dire une telle chose ? Pourquoi me reparler alors que je suis sensible ? Pourquoi ? Et je n'ose pas lui demander, sinon ça va encore partir en live, je le sais, je le connais ce bonhomme. Sous la tignasse bouclée et ses yeux bleus, un véritable lion enragé pavane fièrement. Une brute épaisse habillé comme un dandy. Putain. Mes peines m'écœurent, et lui, il m'éventre. 

Tu crois qu'il reviendra dans mes bras, toi ? Moi j'crois plus à rien, je fais danser mes cigarettes au bout de mes lèvres rouges, je passe mes doigts sous mes yeux pour chasser les cernes, et je m'extasie sous la douceur de mes cheveux. Et si quelqu'un venait les caresser à ma place ? 

Il y a bien cet homme, ce beau brun, geek sur les bords, avec ses beaux yeux, ses longs cheveux et ses doigts adroits. Il m'a embrassé. Il a embrassé mon âme. Et je n'ai rien su faire, impuissante face à cet affront. Et pourtant, ce baiser a rallumé une flamme en moi. "Tu as les yeux étincelants", qu'il m'a dit. "Tu as les yeux aussi beaux que le ciel", qu'il m'a murmuré. Alors que pourtant, mes yeux sont noirs. "Ma muse" qu'il m'appelle, "Mon destin" qu'il me surnomme. Et si finalement, il y avait de la lumière dans ma tête? Et si finalement, la voix qui me répète que je serais lente, frappée, malheureuse et dévastée se trompait ? Et si mon Alex intérieur revenait ? Et si... et si, et si. On pourrait refaire le monde avec des si, comme le dit mon père. Et si j'avais prévu Sa mort ? Et si j'avais refusé Son avance, et si j'avais dit oui, et si j'avais menti, et si j'avais été plus franche, je serais plus heureuse, sûrement. Mais sûrement aussi dévastée qu'une maison à l'abandon. Je fonds devant chaque homme séduisant, je me dis amoureuse tous les jours, alors qu'en fait, je n'attends que ça : être amoureuse; bordel. Ressentir un regard désireux sur mon corps, dessiner pour cet Être, frémir au contact de mains fortes et hésitantes.

Et tu penses vraiment que je vais m'en sortir ?

Sincèrement, tu crois vraiment qu'on va s'extasier devant ma pâleur, devant mes lèvres purpurines, devant mes yeux noirs de jais, devant mes cheveux décoiffés ? La perdue de service, qu'on me crie, la nana toujours paumée, qu'ils rigolent. J'ai beau regardé des films d'horreur, je ne ressens rien. J'me sens vide, morte, inerte, translucide, livide, malade, pâle, digérable, attaquée, perchée, déchue, nue, adorée, abandonnée. 

J'écris une histoire, sinon, une nouvelle sur une pirate aux longs cheveux bruns. Et puis, j'écris aussi l'isolement d'une petite fille dans un monde ignoble et dégoûtant. Et puis, j'écris ma vie. J'écris ma vie, mais pas avec du mascara, j'écris ma vie avec mon sang, mes larmes, ma cyprine, ma bave, ma sueur;  j'écris pour vivre, car ces lettres sont une échappatoire.

Quand je me pends à ses bras

Il me parle tout bas

Je vois la vie morose

Il me dit des maux d'amour

Des maux de tous les jours

Et ça m'fait quelque chose

Il est entré dans mon cœur

A fait quelques malheurs

Dont je connais la cause

[...]

Et dès que je l'aperçois

Alors je sens en moi

Mon être qui s'éteint. 

XX

  • Super texte ! ( ça inquiète un peu, quand même... )
    Signé : la fille qui attend toujours d'être amoureuse également. ^^

    · Ago almost 6 years ·
    Tumblr n8o58mrakn1s2i1yqo3 250

    maelle

  • Je suis de l'autre côté de la barrière, côté "Hommes". Et je ressens pourtant une partie de ces sentiments. Comme quoi, tout n'est pas qu'une question de genre.
    Touché par ce texte que je viens d'ajouter dans mes coups de cœur.

    · Ago almost 6 years ·
    Photo profil

    wacsim

  • allez faut y croire à nouveau en l'amour!
    courage!
    tes mots sont touchants.

    · Ago almost 6 years ·
    Suicideblonde dita von teese l 1 195

    Sweety

Report this text