Monsieur Singulier --- première partie

ristretto

Monsieur Singulier n'était pas comme tout le monde, vous vous en doutez bien.

Pourquoi diable faudrait il ressembler à son voisin de palier ?

D'ailleurs sur son palier ne vivait qu'une veuve d'officier de marine passablement acariâtre – aucun intérêt.

Dans cette petite ville de province, par un consensus séculaire, la population affichait grise mine ce qui avait pour effet de la fondre dans le décor.

Toutefois, on pouvait relever trois sortes de catégories : les Gris-caméléon, les Bleu-marine qui semblaient oublier que La Royale ne régnait plus vraiment sur les quais, et comme dans de nombreuses autres contrées les Tendances s'ingéniant à singer les photos de magasines en portant des tenues tout aussi inadéquates et uniformisées qu'onéreuses.

Monsieur Singulier en avait cure.

La mode ne le préoccupait pas plus que sa dernière chemise. Chemises qu'il portait toujours avec cravate – il en avait une collection impressionnante et imprimée – et bien souvent sous son veston, portait-il encore une paire de bretelles à l'ancienne mais efficace.

Ses tenues, quoiqu'elles ait pu paraître conventionnelles – de loin- surprenaient par la pointe d'originalité qu'il savait y ajouter – tout comme un chef cuisinier métamorphose un plat traditionnel par l'adjonction d'un ingrédient inattendu, savoureux au point que nos papilles surprises en restent bouche bée.

Une chose est sûre, M. Singulier était coquet.

Portant un soin tout particulier à sa chevelure, il n'hésitait pas à faire usage d'artifice que la gente féminine utilise couramment, à savoir la teinture.

Arborant fièrement une toison rousse, des tenues originales, quelques bijoux de bon goût, un visage rieur, il apparaissait alors comme un spécimen rare dans la grise ville.

Les jours sans – oui, ces jours où aucune obligation contraignante vous jette au dehors- il trainaillait vêtu d'un peignoir antédiluvien, en privé le confort lui était primordial.

N'allez pas croire que M. Singulier soit coupé du monde et des avancées technologiques.

Au contraire, il se passionnait pour tous les équipements électroniques divers, variés, plus ou moins sophistiqués, plus ou moins fonctionnels, voire plus ou moins inutiles.

Son salon-bureau-salle à manger-et autres fonctions était rempli comme un oeuf – qu'il aimait d'ailleurs au plat et arrosé de sauce piquante. 

Collectionneur dans l'âme, on pouvait dénombrer pas moins de cinq paires de lunettes, autant de téléphones portables, de nombreuses montres l'une affichant l'heure de Rio de Janeiro l'autre testée pour la plongée sous marine en conditions extrêmes (loisir qu'il ne pratiquait pas), divers briquets farfelus (certains tenant plus du couteau suisse que de l'accessoire du parfait fumeur) qu'il conservait bien qu'il eut cessé de fumer, des télécommandes de tous types pour des types d'appareils tels que chaine hifi, radios, télévision, ordinateurs, mixeurs et autres tourniquettes comme disait Boris 

Cette pièce était sa pièce, son univers.

Le reste de l'appartement n'avait qu'un rôle pratique . Une chambre simple et dépouillée, un salle d'eau utilitaire, une autre chambre faisant tour à tour office de lingerie, atelier, ou salle de sport les jours de grandes décisions (vous savez celles de début d'année)

Toutefois la cuisine avait son importance. Il y concoctait de nombreux petits plats qui arrondissaient inévitablement son tour de taille, mais qui lui apportaient tant de plaisir qu'il eut été hors de question de s'en passer.

Donc dans Sa pièce, là, qu'il soit las ou d'humeur guillerette, Monsieur Singulier vivait.

À suivre …

  • Belle entrée en matière, une savoureuse introduction qui comme le personnage nous met l'eau à la bouche.
    En attendant le plat de résistance... Amitiés

    · Ago over 9 years ·
    Dsc00245 orig

    jones

  • merci lectrice :-)
    en fait c'est une impro .. je ne savais pas encore ce qui allait suivre
    à c't'heure, j'ai une petite suite
    l'été , faut s'amuser comme on peut quand l'orage suinte au dehors

    · Ago over 9 years ·
    Img 0012

    ristretto

  • Une mise en bouche fort appétissante... La suite !

    · Ago over 9 years ·
    Nature orig

    mls

Report this text