Moustiques

charles-menut-img

Joe parle tellement peu que ses cordes vocales s'éteignent, s'étiolent, s'effacent. Les moustiques harcèlent sa peau, perforent sans consentement. Ils aspirent le sang plein d'alcool. Assommés sur les murs, ils se délectent de leur viol. C'est la dernière chose qu'ils ressentent avant d'inexister. Puis le silence. Le silence et le vrombissement des machines de la chambre froide.

Report this text