Mystère , cheval de guerre

robin

Il y a quelques années , mon fidèle destrier et moi , étions séparés par la mort . Ces chiens de Sarrasins l'avaient pris pour une vache . Entaiilé par les coups d'épées , il ne pu survivre aux blessures infligées . C'était pendant la croisade de Constantinople .

Aujourd'hui , le soleil révèle toute la splendeur de la nature . Je décide de choisir un cheval respectable , mon nouveau destrier . Il m'accompagnera aux tournois , pendant ces temps de paix . Triompher aux joutes et rencontrer une dame de toute beauté , est mon but .

J'éprouve déjà pour elle , l'amour fou ! Elle sera mon égal , je l'aimerai toujours et de nos corps naitra ce désir qui altère tant la raison .

Avec l'appui de mon seigneur , le comte Henry et de son altesse Louis 7 , Roi de France , je m'installerai dans la région boisée de la ville du Mans . Ce sera la vie de château . Aimé de tous et tous aimé . On se mariera . Mon domaine , ma femme , tous possédé par le désir de la vie , que je décupabiliserai , avec leur aide . Ce vieux rêve d'homme , vivre d'amour et de liberté ! Je promets de le réaliser .

J'allais acheter ma montre , chez le grand Zoop , paysan et ancien écuyer . J'y découvirai à coup sûr une bonne affaire .

En fait , j'ai rencontré " Mystère " , il y a quelques temps . Il semblait un peu sauvage mais du point de vue de l'allure , il avait une très belle course .

Il a 7 ans et est en bonne santé . Il a très vite appris me dit Zoop . Au dressage , il n'aimait pas s'ennuyer . L'habituer docilement était un jeu d'enfant . Il est rapide , régulier et prends du plaisir . Cela lui donne un air majestueux . Il aime paître , tout au long de l'année , dans les prés . Il ne refuse jamais ses 4 kilos de foins journaliers , ni même l'avoine dont il raffole . Il boit l'eau fraîche dans un abreuvoir . Pour un entrainement intensif , il lui faudra un abreuvoir d'eau salée  , pour qu'il tienne le coup . Mais tout cela est normal , vous le savez !

Après ces recommandations , je m'apprêtais à l'essayer . Il senti ma présence et se mit à hennir , comme pour me dire bonjour . Ce fut un moment magique ! Il est impressionnant !

Immédiatement , je me suis rendu compte qu'il était au dessus de ce que j'escomptais . D'un pas heureux , je l'achetai !

Je m'approche , c'est incroyable ! Un vrai puissance dégage de lui . La symbiose est totale . Je lui attache les rênes , puis lui sangle la selle en cordouan . Règle les brides en faisant doucement connaissance . Le cheval semble décontracté , en machant ses mors . La relation est noble . Quel bel animal ! Une vrai beauté .

Je le promène , puis imposant un rythme plus élevé , je me mis à courrir . Je le sens aussi très excité . Il est sportif . On parcourt le pré d'une bonne allure . Comme en volant de mes propres ailes , je saute alors sur la selle . Je m'appui sur le pommeau , puis le troussequin , je cherche les étriers ... enfin ! Je tends les jambes ! Ca y est , je l'ai ! je le lance au galop ! Il répond à la moindre de mes demandes , à toutes mes curiosités .

Sûr , il accomplira sa vie avec moi ! J'ai un compagnon de voyage maintenant !

Sans en avoir conscience , je m'imaginais sur le chemin de tous ces châteaux ; y chercher la dame de mes pensées . Je lui présenterai ce qui est à mes yeux , le plus beau cheval du monde . De toute la splendeur du ciel , il se leva , puis se cambra en faisant une cabriole olympienne .

Je respirai la vie comme jamais ! J'avais un frère , un complice pour ma quête guerrière et amoureuse . On adorait se retrouver . Jour après jour , ballades et entrainements me firent admirer sa force , son courage , sa beauté , sa vitesse et sa gentillesse . Une affectueuse complicité était née . Je lui offris en cadeau , une magnifique barde pour l'habiller et lui garantir une protection . Elle est brodée de mailles légères . Je lui offris aussi un chanfrein en fer , pour affronter la lance de l'adversaire .

J'attendais avec " Mystère " près d'un arbre  et lui caressais le bout du nez pour le calmer . Depuis toutes ces batailles , je savais que la roue de la chance ne tournait qu'une fois ! Elle finissait toujours par s'arrêter .

Pendant ces quatre jours , à lieu le grand tournoi de chevalerie du Maine ; le tournoi des six lances ! L'échoppe d'inscription fait des émules . Mystère sens sûrement la frénésie qui s'échappe du lieu ; il tape ses sabots contre le sol ! Les chevaliers affluent de partout . Des ménestrels jouent près des tribunes , pour des spectateurs de renom . La fille du comte du Maine  , écuyère et jongleuse est présente ; elle est digne d'un grand prince et est convoitée par de nombreux seigneurs candidats au mariage . Jolie demoiselle aux cheveux dorés , ses yeux brillent comme des étoiles . L ecoeur blessé , elle doit accepter ce mariage pour assurer l'héritage du Maine .

Autour des lices s'agglutine la population des villes et villages environnants . Les joutes captivent tout le monde . Dans une heure les inscriptions seront closes . Le spectacle pourra commencer .

Une estimation de 110 chevaliers est prononcée.

En l'an de grâce 1153 , sur autorisation du Roi de France , je déclare ouvert l'unique tournoi des six lances .

Toutes bannières levées , commence enfin la présentation des armoiries . Les chevaliers défilent avec leurs chevaux dans les lices !

" Tenez voici le corps d'honneur de la chevalerie ! Acclamons messire Roger , qui parcourt la France entière pour écumer les prix et récompenses aux joutes ! Le tournoi se déroule en 40 phases d'attaques  de 6 chevaliers se rencontrant en face à face . Les règles sont strictes . Tout chevalier désarçonné est eliminé . Après 3 joutes maximum sans gagnant , un combat à terre déterminera le champion ! Maintenant place au jeu . Il y aura un vainqueur ! "

C"est ainsi que j'entamai une vie intense , partagée entre l'amour de mon maître et la peur d'être embroché , malgré les protections ; il est vrai que je risque moins que mon cavalier , et je le propulserai lors des affrontement droit sur l'adversaire . J'ai bien compris , je fonce droit et j'ajuste ma vitesse à la demande de Robin ; je vais bien droit . Les trompettes retentissent !

Le cheval adverse me jauge droit du regard . Il a l'air géné par la lourdeur de l'attirail de son maître . Bientôt , je vais recevoir l'ordre d'attaquer ! Ca y est le départ est lancé ; je suis parti à fond comme une flèche décochée d'un arc bien bandé . Nous allons leur arriver dessus . Le galop dure quelques secondes . Le choc est violent .

Le bruit des lances se fracassants sur les écus est net . Je ressents la double impact , mais je ne m'arrête pas . Je fonce droit devant . L'angoisse du départ s'envole aussitôt . Ma concentration est extrème . Le cavalier adverse est tombé à terre ! Nous sommes passés . Hourra ! Robin me flatte l'encolure pour me remercier ; il a bien jouté et le public se fait entendre . Hourra ! Robin avec ses grands airs de fierté est très applaudi . Nous avons gagné notre premier combat  . Il nous faudra jouer avec la chance plus de quatre fois encore , pour atteindre la finale .

Mais vite , il me conduit aux écuries , improvisées dans un champs , en retrait de la foule . Puis là , le silence , comme une stupeur , hébété , je me retrouve seul avec d'autres chevaux . Robin étant parti signer l'accord pour participer à la 2ème sélection , il ne me restait plus qu'à paître dans ce vert paturage .

Les deux jours suivant se passèrent ausii pour le mieux , nous avions gagné par 3 fois et rencontrions "Roger " en finale . La foule survoltée encourageai Robin le légendaire et son cheval Mystère le divin contre Roger le glorieux .

Ce denier après 3 combats d ejoutes sans départage , dû combattre à terre . Le combat s'était mal passé pour son adversaire , qui lors de la mercy , a cédé ses biens et son château pour ne pas mourrir . Roger outrepassa les rèles de chevalerie et persiffla le résigné en pavanant face au public . Il menaça d'abréger ses souffrances dans son plus simple appareil . Il ricanait . Dans le desepoir , le chevalier a terre surprena Roger le félon et le chargea à la hache . Ce combat de traître n'eu qu'une issue . Roger pourfenda l'ennemi de son épée longue , puis sans hésitation lui trancha la tête devant les spectateurs horrifiés . Il devint impopulaire aux yeux des nombreux dignitaires .

Le comte décida d'appliquer la justice royale et de trainer le félon au pilori . Son fidèle prévôt se chargerait du jugement . " Toutefois " annonce le futur Roi d'Angleterre " je fais demande de grâce à notre Dieu , sa noblesse divine Jésus Christ " Si vous gagnez le tournoi , j'annule la peine et vous rends vos titres de noblesses , vos fiefs et votre réputation de glorieux ! J'ai besoin d'hommes capables pour rejoindre une ost spéciale en Angleterre !  " Qu'il en soit ainsi " ajouta t'il d'un ton grâve !

" Ce comte est fou " pensais-je ! On va se faire stropier par l'énergie du desepoir dans laquelle est tombée le félon . Mon maître à l'air inquiet Je m'approchais de lui et me mit à hennir comme pour lui parler ! Cela ne peut que le rassurer ! On est deux à comprendre qu'aujourd'hui est peut-etre notre dernière journée sur cette foutue planète , par Ptolémée ! Je ne veux pas m'agiter mais me reposer avec Robin . Je l'invite à se hisser sur la selle et le laisse me diriger vers l'auberge . Jusqu'au petit chemin ça va , pensais-je ! Mais là , au chêne cornier , je décide de jouer le sourd à ses commandes . Il fait encore jour , profitons de ces quelques heures de répit pour se balader . Robin força les rênes mais je ne pu m'empécher d'hennir de nouveau . Robin comprit qu'il fallait me laisser un peu libre car selon lui , j'avais bien travaillé au tournoi . Il observa , en ajustant son équilibre , la route que j'empruntai . Moi , je me laissais guider à l'instinct ; je suivai tantôt un oiseau , tantôt la forme d'un arbre lointain . Bientôt , nous arrivâmes près d'une rivière . Le coin est tranquille et la nature luxuriante . Je m'arretai . Robin décida de sauter à terre  . Après quelques tapes sur le bassin , il me laissa la liberté d'aller . Je m'abreuvai dans le cours d'eau . Mon maître , lui , se lava le visage , puis s'étendi sur le dos , dans l'herbe fleurie , que je mangeai aussitôt ! Quelle belle campagne !

Il sifflait des ritournelles ! Il était heureux ! Sans un mot , on passa l'après-midi ensemble , moi à côté sans bouger . Je l'écoutai , c'était merveilleux !

Mais , nous n'étions pas au paradis et le jour se cachait doucement . Robin accentua son chant comme pour m'appeler . Je m'ordonnai et d'une légereté féline , me grimpa dessus ! Nous nous rendîmes vite à l'auberge . Le garçon d'écurie promit de prendre soin de moi . Robin me souhaita bonne nuit doucement à l'oreille . Puis , il me regarda droit dans les yeuxet me dit de bien me reposer car le lendemain , il avait besoin de toute ma vitesse pour vaincre le félon .

Je suppose qu'avant se coucher , il mangea une petite croûte ! La fumée des cuisines entrait dans les écuries . Cela sentait bon le boudin aux épices rares . On entendait aussi le bruit des assiètes . Les chants en l'honneur de Robin me firent plaisir à entendre . Les chansons à boire finirent de me bercer . Je parti pour le royaume des rêves  . Le lendemain soir , après une autre journée de détente , nous nous rendîmes au tournoi , à l'extérieur des remparts nords . Nous avions partagé tant de moments que nous étions impatients de gagner ce tournoi !

L'annonce de la finale nocturne résonna dans ma tête , lorsque l'ensemble des trompettes se mirent à sonner l'hymne des chevaliers ! Puis l'arbitre fit une brève apparté . Le cheval de Roger est forfait pour cause d'empoisonnement . Il accuse messire Robin d'etre responsable de la colique de son cheval de guerre . Le ton monte d'un cran . 

"Je n'aurai jamais un cheval aussi fort pour le remplacer ; quoiqu'un chameau suffirait contre ces poltrons " dit-il en regardant Julianne , tendue , dans les tribunes . Il se mit à rire comme un Gaulois !

"Le félon souhaite aussi un combat à mort pour blanchir sa réputation". Il nargua Robin en criant " fais tes prières car dans un instant tu rejoindras mon dernier adversaire dans la mort  " . " J'en fais une pour vous " lui envoya Robin !

Puis les deux chevaliers se placèrent face à face  et saisir les armes présentées par les ecuyers . Implacable , Robin fit un signe de croix tout en observant l'ennemi impétueux empoigner et lever sa lance menaçante  .

L'annonce du départ est donné par le comte .

Je m'élance alors sous l'impulsion de Robin ; mon rythme cardiaque s'affole ; je sens mon maître tendu comme un arc en bois de roseau et dansantavec le vent , prêt à fouetter l'ennemi arrivant sur nous ; je galope de toute ma puissance ; le choc est imminent .

Robin absorbe l'impact de la lance ennemi avec son bouclier . Les lances volent en éclats , et déchirent le silence . Jes entais le poids de Robin qui vacillait quelques secondes . Je rétabli immédiatement son équilibre et traversa la lice juqu'au bout pour valider rapidement son égalité . Robin reste accroché à l'arçon !

Roger aussi était passé . Il nous faut refaire un passage sans attendre car déjà l'ennemi s'élance vers nous , la silhouette menaçante .

 Mon cavalier bien affuté reprends une lance . Je sens ses éperons me piquer le flanc avec sévérités  . Avec autorité , je repris le galop sur le champs . Déjà , une seconde rencontre se prépare . La collision sera surement fatale . Robin semble avoir la main mise grâce à ma vélocité . Je charge droit sur la cible mouvante . Soudain , le temps s'arreta , c'est surnaturel . Sous le choc rompant le silence , le ciel gronda . Nous sentîmes la peur du public . Robin avait projetté et renversé le félon à terre . Hourra !

Abandonné à son échec , a son déshonneur , il resta sur place sans bouger , sous le poids de la honte et des cris du public . Robin est ovationné !

Nous sommes victorieux , ouf ! Je me délectais de ce moment unique , inoubliable ! Avec gloire , nous allâmes chercher l'estime de notre suzerain Henry , qui partageai les félicités entre tous . A terre , le chevalier ne faisait pas le larron , cette fois . Il a tout perdu . Les soldats de l'officier de justice emmenèrent le hors la loi droit en prison ! Demain , il sera jugé en public .

J'ai bien réflechi pendant le tournoi . Notre vie n'a tenu qu'a un fil . Robin , je veux te dire que je souffrirai seul sans toi . On a connu des joies , des gloires . Notre amitié est réelle . Je n'oubli pas les soins que tu m'apportent et tout cela me comble de plaisir . Je joue à tes côtés , joue avec toi mon être , avec toi !

Fidèle à la vie , à la mort . J'ai souvent peur , bien entendu mais je te suivrai partout car je t'aime mon fou d'humain !

On s'aime ! Je te défendrais à coups de dents , de ruades ; comme tu me protègerais de ton épée . Ce mystère que tu voyais parfois dans mes yeux , tantôt rassurant , tantôt effrayant , venait du fruit de mon âme . Je sens l'amertume que tu gardes au fond de ton coeur . Celui des combats pendant les croisades  . Tu as senti l'odeur du sang , tu as vu des êtres en pitiés  . Moi , aujourd'hui , je pleure d'amour pour toi Robin . Je pleure car je sens que ton coeur ne s'éloigne pas de moi . Tu me contemples toujours dans les yeux en remerciant la vie  . C'est extraordinaire , tout ton être me rend humain et élève mon esprit . Soit fort Robin car tu auras besoin d'un coeur énorme pour lutter contre les misères de cette existence . Dépèche toi mon ami, triomphe , car moi je sens que ma vie est de galoper avec la dulcinée de mes rêves , dans les prés verdoyants !    

  

Report this text