La Célérité De L'acide #10 - Les Moleskines - Dans Paris

dyonisos

Carnet de voyage numero dix - Réaumur Sébastopol #LaCéléritéDeL'acide

Un billet dans le nez, de la poudre blanche qui traîne le long d'une rampe d'escalier en bois. Tout l'art d'un rituel réside en son suivi scrupuleux.

Méticuleusement, je fais rentrer chacune des molécules d'acide en moi avec l'assurance et le savoir-faire d'un artiste de variété. Ce rituel est un des ciments de la communauté des paumés Parisiens, de ceux qui pensent que la nuit leur appartient alors qu'elle les dévore et éteint leurs énergies. La traînée blanche a envahi Paris, elle se déverse dans les clubs branchés comme une avalanche, brûle les cerveaux et catalyse la recherche de l'immédiateté du bonheur.

Un billet dans le nez, une trace blanche posée sur une table noire laquée, sur un corps fatigué ou dans les chiottes d'une discothèque, boulevard Sébastopol. L'acide aiguise la cognition, dilate mes pupilles qui s'ouvrent grand sur le monde et m'emmène loin de moi dans un mouvement étourdissant. Vite, très vite, les lumières deviennent vives et embrasent la rétine. Les sons s'écrivent comme gravés dans le tympan. Les douleurs quotidiennes et les pensées morbides s'éliminent en même temps que l'acide s'infuse dans mon sang. Le champ des possibles devient immense. La force et l'intensité des sensations sont démultipliées. La machine corporelle tourne à plein régime, peut-être jusqu'à l'implosion.

Enfermé dans un sachet au fond de ma poche, côtoyant mon iPhone, ma carte bleue et mes clés d'appartement, le gramme d'acide est le palliatif des chagrins de ma vie. Mon gramme d'acide, c'est l'éphémère pourvoyeur de mes plaisirs nocturnes, il réveille mon corps et me donne la sensation d'exister encore, puissamment et vigoureusement.

Longtemps, l'acide a irrigué mes veines. Paris semblait alors à portée de mes doigts. Mes nuits étaient pleines, folles et chacune d'elle tenait sa promesse : oublier la fadeur du jour et le temps qui s'échappe.

A suivre

Carnet de voyage numéro onze – Porte des Lilas #11Capucine

Report this text