Ne M'abandonne Plus #17 - Les Moleskines - Dans Paris

dyonisos

Carnet de Voyage numéro dix-sept – Gabriel Péri #NeM'abandonnePlus

Que fait-il ? Que fait-il de ses nuits ? Que fait-il de ses nuits et avec qui dort-il ?

L'hiver et ses vents froids drainent dans leur sillon des questions intérieures qui, hélas, resteront sans réponses. Ces questions s'amoncellent, s'imbriquent et alimentent les relents paranoïaques qui dorment en chacun de nous. Elles font écho au désarroi primaire qui m'inonde chaque hiver : comme un chien, l'œil mort, sur une affiche de la SPA… putain, j'ai peur qu'on m'abandonne. Encore.

L'automne est désormais un vieux souvenir d'enfance : les jours d'été s'enfuient chassés par les nuits de l'hiver. Je peste, me mouche, met le chauffage, essuie mes larmes froides qui irritent mes joues. Cet été, j'avais oublié les chagrins des amours, trop occupé à divaguer et en quête d'Absolut. Cet été, le souvenir de Raphaël avait été soluble dans l'alcool. Cet hiver, je prends dans la face le vent glacial qui pique ma peau. Cet hiver, je prends dans la face, les souvenirs du corps de Raphaël. Cet hiver, resurgit le souvenir que Raphaël m'a abandonné, presque attaché à un arbre au bord d'une autoroute.

Mais putain que fait-il de ses nuits ? Obsédante question qui me hante des mois après le glas.

Quand survient l'automne, cet entre-deux sans saveur, en même temps que les feuilles mortes, je virevolte sans but dans l'air froid et glacial.

Je me souviens des nuits chaudes avec Raphaël, quand l'été dardait ses rayons ardents.

Cet hiver, comme dans un chalet sans fenêtre, je suis en quête de bois pour nourrir le feu qui m'habite.

A suivre

Carnet de Voyage numéro dix-huit – Porte de Vincennes #LaSentinelle

Report this text